Burundi/ Justice: Libération d'un journaliste de la RPA arrêté pour tentative d'assassinat

Share Button

bdi_rpa_msd_burundi2014A Bujumbura, ce vendredi 19 décembre 2014,  M. Eloge Niyonzima,  correspondant en province de Bubanza  de la radio Radio Publique Africaine RPA ( média appartenant au très sulfureux M. Alexis Sinduhije, Président du parti politique burundais MSD – http://burundi-agnews.org/sports-and-games/?p=14821 –   ), a  été libéré après 4 jours de détention, accusé d’avoir participé à une tentative d’assassinat sur un jeune burundais -militant du CNDD-FDD -, M. Jean de Dieu Irakoze, à  Bubanza  pendant la nuit du dimanche 14 décembre 2014. M. Jean de Dieu Irakoze,la victime, qui avait été tabassée par des militants qui seraient du parti anarchiste MSD,  a cité M. Eloge Niyonzima de la RPA parmi les 3 noms des personnes qui l’avaient agressé.  M. Eloge Niyonzima est connu de la justice burundaise car il a plus de 4 affaires en cours à son encontre.
Dès lors, lundi 22 décembre 2014 au matin, la police burundaise procédait à l’arrestation de  M. Eloge Niyonzima avec  4 autres membres qui seraient  du parti anarchiste MSD, sur ordre du substitut du procureur de Bubanza, Mme Rosalia Nahishakiye.
Ces derniers seront entendus pendant plus de 10 heures , puis  ils  seront conduits à la prison centrale de Bubanza.
Mardi 23 décembre 2014, au procès du journaliste M. Eloge Niyonzima au Tribunal de Grande Instance à Bubanza, les juges qui siégeaient en flagrance ( comme demandée par le ministère public, parti accusateur ) avaient constaté une faute de procédure de la part du parquet. En effet, Me Jean Bosco Ngendakubwayo, avocat de la défense,  avait plaidé pour que ce dossier soit traité en excluant l’hypothèse de fragrance et que son client soit libéré provisoirement. Après 30 Minutes de délibération, les membres du siège avaient décidé de classer cette affaire dans les dossiers ordinaires excluant l’hypothèse de fragrance comme demandé par la défense.
Il faudra attendre l’après-midi de jeudi 18 Décembre 2014  pour que les juges décident de  libérer le journaliste provisoirement avec mise en application directe.
Ce vendredi 19 décembre 2014, M. Eloge Niyonzima est sorti de prison bénéficiant de la liberté provisoire. Mais, il lui est défendu de passer les frontières du Burundi ni de se rendre à l’aéroport international de Bujumbura.

Au Burundi, l’autorité de régulations des média ( le CNC – Conseil National de la Communication ) et de nombreux Barundi,  en ont assez des nombreux débordement de la RPA qui ne se conduit pas comme  un média professionnel mais bien comme un outil de propagande politique dangereux. Voici les propos du directeur de la RPA concernant l’arrestation de son journaliste M. Eloge Niyonzima. Il ne parle nullement de la victime ou du moins ne présente même pas de compassion à son égard.  Car ce dernier, en l’entend bien,  est en campagne contre le CNDD-FDD et rien d’autres :  http://telerenaissance.bi/index.php/actualites/journal/1286-eloge-niyonzima-journaliste-a-la-rpa-incarcere-la-rpa-deplore

Il y a quelques jours le domicile de l’ancien Chef de cabinet civil du président de la République – le Commissaire de Police en Chef M. Alain Guillaume Bunyoni – et  la maison de la ministre burundaise de la Santé publique et de la Lutte contre le sida – Mme Sabine Ntakarutimana -,  membre du CNDD-FDD,  ont subi des attaques armées dont un jet de grenade, blessant au passage la maman de M. Bunyoni, âgée de plus de 70 ans.  La police judiciaire burundaise, connaissant ce modus operandi, mène ses enquêtes. Mais devinez quelle radio  était la 1ère , à quelques minutes d’intervalle de ces actes terroristes,  pour les couvrir, annonçant le début d’une campagne destinée à faire peur ou intimider les militants du CNDD-FDD et les citoyens Barundi de manière générale en essayant de répandre un sentiment d’insécurité généralisé ?

DAM, NY, AGNEWS, le vendredi 19 décembre 2014

Facebook Comments