Burundi: Amendement de la loi de la Presse réduisant les coûts des délits

Share Button
La Cour Constitutionnelle

La Cour Constitutionnelle du Burundi

Le gouvernement amende la Loi de la Presse en vue de réduire les coûts des amendes imposés aux journalistes en cas de délit.

A Bujumbura, ce mercredi 17 décembre 2014, le Conseil des Ministres du Burundi s’est réuni  sous la présidence de S.E. Pierre NKURUNZIZA, le très populaire président africain du Burundi pour amender notamment la Loi n°1/11 du 4/6/2013 portant modification de la loi n°1/025 du 27/11/2003 régissant la Presse au Burundi, en vue de réduire les coûts des amendes imposés aux journalistes en cas de délit.

La Cour Constitutionnelle du Burundi

La Cour Constitutionnelle du Burundi

En effet, le mardi 7 janvier 2014, à Bujumbura, la Cour Constitutionnelle du Burundi, avait constaté, suite à la demande, le 19 juillet 2013 de l’Union Burundaise des Journalistes UBJ de vérifier  si les articles -( art.19 b,i,h ;  art.58 3 ;  art.61; art.62; art.67; art.68; et art.69 ) – de  la loi de la presse burundaise n°11 du 4 juin 2013 n’étaient pas anti-constitutionnelles,  que la Loi n°1/11 du 4/6/2013 régissant la Presse au Burundi était  bel et bien conforme à la  Constitution du Burundi.  Toutefois,  la Cour  Constitutionnelle avait conseillé l’Etat du Burundi  dans son Arrêt d’ abaisser les coûts des amendes imposés aux journalistes en cas de délit dans la loi de la presse.
La proposition de M. Tharcisse Nkezabahizi,  Ministre  burundais de l’Information et de la Communication,  qui a déposé cette semaine comme projet de Loi portant Amendement de la Loi de la presse, va dans le sens de l’Arrêt n°RCCB rendu par la Cour Constitutionnelle en date du 7/1/2014, en vue de réduire notamment les coûts en cas de délits.
Le projet a été adopté par le Conseil des Ministres devant être finalisé avant de passer au Parlement burundais.

Depuis août 2005,  le Burundi est devenu un Etat de Droit démocratique, faisant une croix sur plus de 40 ans d’une des Dictatures militaires qui aura été parmi les plus féroces et sanguinaires du 20ème siècle.   La Dictature militaire des Bahima burundais Micombero, Bagaza, et Buyoya aura fait plus de 4,5 Millions de victimes Barundi : le fameux génocide régicide du Burundi [ http://burundi-agnews.org/genocide.htm ] …

DAM, NY, AGNEWS, le dimanche 21 décembre 2014

Facebook Comments