Burundi : Adoption – loi de protection des victimes-témoins pour la CVR

Share Button
 Mme Aimée Laurentine Kanyana, ministre burundaise de la Justice et garde des sceaux  - Burundi : Adoption - loi de protection des victimes-témoins pour la CVR  ( Photo : ppbdi.com  - 2016)


Mme Aimée Laurentine Kanyana, ministre burundaise de la Justice et garde des sceaux – Burundi : Adoption – loi de protection des victimes-témoins pour la CVR ( Photo : ppbdi.com – 2016)

A Bujumbura, hémicycle de Kigobe – Assemblée Nationale, ce mercredi 20 avril 2016, les députés burundais, sous la présidence de l’Hon. Pascal Nyabenda ( Président de l’Assemblée nationale du Burundi )  ont voté l’adoption d’un projet de loi sur la protection des victimes, des témoins et d’autres en situation de risque adopté.


Mme Aimée Laurentine Kanyana, ministre burundaise de la Justice et garde des sceaux, qui a présenté le projet de loi, le décrit comme  un ensemble de mesures de protection à caractère juridictionnel et non juridictionnel, avec  une unité de protection des victimes, des témoins et d’autres personnes en situation de risque, sous la tutelle du Ministère burundais de la Justice. Une réinstallation des personnes protégées est prévue avec possibilité, dans le cadre de la coopération internationale, de pouvoir par voie diplomatique demander une réinstallation des personnes à protéger auprès de pays étrangers.
Les députés ont  voté pour 87 et contre 1, sur 88 parlementaires présents.

Au Burundi, selon M. Pascal Nyabenda, ce projet de loi est un outil nécessaire à la Commission nationale Vérité Réconciliation CVR qui a commencé ses travaux.    La CVR a été créée le mercredi 3 décembre 2014 dans le but de faire la lumière sur l’histoire récente du pays (1962-2008) … Le Burundi a connu le 1er Génocide ( Génocide – Régicide ) de la région des Grands Lacs africains en 1972. De 1965 à 2005, le Burundi a vécu l’une des dictatures qui aura été parmi les plus sanglantes et féroces du 20ème siècle. La Dictature des HIMA burundais ( Micombero, Bagaza, et Buyoya ) a fait plus de 4,5 Millions de victimes BARUNDI  [ L’Histoire du Burundihttp://burundi-agnews.org/histoire_du_burundi.htm et le Génocide-Régicide commis par les HIMA ou BAHIMA [ http://burundi-agnews.org/afrique/burundi-hima-muhima-bahima-et-le-hamitisme/ ] burundais contre les BARUNDIhttp://burundi-agnews.org/genocide.htm ; http://burundi-agnews.org/ccburundi.htm ; http://burundi-agnews.org/agnews_refugees.htm ; http://burundi-agnews.org/guerre_civile_du_burundi_1993-2003.htm ].
Cette commission nationale ou CVR  a pour vocation à revenir sur les crimes commis au Burundi depuis l’indépendance. C’est à dire mettre la lumière sur ces crimes des Régimes HIMA burundais … Les HIMA burundais ont tenté le mercredi 13 mai 2015, par coup d’état militaire, de revenir au pouvoir avec la complicité de la France, de la Belgique, des USA, et du Rwanda. Aujourd’hui, depuis des pays étrangers, les enfants de l’élite de la dictature HIMA burundaise, mobilisés depuis leurs exils,  invoquent l’aide de la Communauté internationale pour les appuyer à venir reprendre militairement le pouvoir au pays de l’ancien Royaume millénaire africain des BARUNDI – Ingoma Y’Uburundi-  qui est désormais ( depuis 2005 ) aux mains de ses propres filles et fils.
La société civile burundaise souhaite qu’une loi sur ce Génocide Régicide puisse voir le jour au Parlement burundais le plus vite possible. L’établissement de cette loi est possible grâce aux chiffres des millions de réfugiés qui sont rentrés parmi les BARUNDI et des notes sur les internés dans les camps de Concentrations  ou camps de regroupement au Burundi ( 1996-2001)  que détient le Ministère burundais de la Solidarité et des droits de la personne humaine;  et des notes de la CNTB Commission Nationale Terres et autres Biens, et du ministère de la fonction publique sur la rémunération des pensions faite aux enfants des fonctionnaires BARUNDI massacrés lors du Génocide des années 1965 à 1972. L’urgence de cette loi sur le Génocide se fonde sur le fait du négationnisme ambiant chez les HIMA burundais, depuis l’exil, où ils évoquent un Génocide au Burundi contre les TUTSI qui serait en cours … A cet égard, sociologiquement,les HIMA au Burundi ne sont  TUTSI [ http://burundi-agnews.org/histoire/burundi-tutsi-ou-batutsi/ ]. C’est à dire des notables parmi les BARUNDI.  C’est un amalgame vocable ou une usurpation identitaire sociologique  semblable au phénomène BANYAMULENGE en RDC Congo où des immigrés Rwandais en RDC Congo  se disent aujourd’hui plus Congolais que les Congolais eux-mêmes  …

DAM, NY, AGNEWS, le jeudi 21 avril 2016

Facebook Comments