Burundi – dialogue interburundais : Gitega / Buraza – le retrait du pays des conventions et accords conduisant à la perte de souveraineté ( Photo : ppbdi.com 2016 )

Burundi – dialogue interburundais : Gitega / Buraza – Retrait du pays des conventions menant à la perte de souveraineté

Share Button
Burundi – dialogue interburundais : Gitega / Buraza – le retrait du pays des conventions et accords conduisant à la perte de souveraineté ( Photo : ppbdi.com  2016 )

Burundi – dialogue interburundais : Gitega / Buraza – le retrait du pays des conventions et accords conduisant à la perte de souveraineté ( Photo : ppbdi.com 2016 )

A Gitega, en commune Buraza, ce mercredi 21 septembre 2016,  M. Félicien Nduwuburundi, membre de la Commission Nationale de Dialogue Interburundais (CNDI), et Mme Jeanne Ndimubandi,de la CNDI,  ont été reçu par M.Didace Rutozi, administratrice de la commune Buraza  dans le cadre d’une journée du dialogue interburundais à l’intention des citoyens de cette localité.


M.Didace Rutozi avait rassemblé près de 500 de citoyens de Butezi  venus échanger sur l’évolution du Burundi ces 56 dernières années

Pour débuter, Mme Jeanne Ndimubandi, membre de la CNDI, a planté le décor : “… Le constat est que de 1961 à 2015, les élections ont été caractérisées par l’insécurité et des perturbations notoires. La plupart des leaders comme le prince Louis Rwagasore, Pierre Ngendandumwe, Melchior Ndadaye et d’autres ont été assassinés. La grande question qui se pose ici est de savoir s’il se produira toujours de l’insécurité chaque fois qu’il y aura des élections au Burundi … “.  Ainsi Mme Ndimubandi a ouvert le dialogue interburundais en commune Buraza.

Voici les grandes lignes de ce qui en ressort, c’est à dire ce que veulent les habitants de la commune  Buraza    :

– la suppression de la limitation de mandats pour un président élu démocratiquement ( Dans la Constitution et dans l’Accord d’Arusha de 2000 ) ;
– le bannissement de l’impunité  (  condamner à la peine capitale les auteurs de génocides et de coups d’Etat);
– la rédaction de la Constitution burundaise en Kirundi;
– la demande aux Européens et certain pays voisin( le Rwanda ) de cesser s’immiscer dans les affaires burundaises;
– la lutte contre le chômage des jeunes ;
– le retrait du Burundi des conventions et accords internationaux qui conduisent à la perte de la souveraineté ;.
– Etc.

Au Burundi, après le tour des provinces, des partis politiques et d’autres groupes organisés, le dialogue interburundais est actuellement organisé dans les 119 communes du pays…

DAM, NY, AGNEWS, le vendredi 23 septembre 2016

Facebook Comments