Burundi: Tutsi ou Batutsi.

Share Button
Actes du colloque d'égyptologie du Caire publiés par l'UNESCO - Volume II de l'Histoire Générale de  l'AfriqueAu Burundi, depuis les Accords d’Arusha en 2000, une sorte d'”ethnisation” de la société a été institutionalisée. Il s’agissait d’une proposition de l’ex-Dictateur Buyoya. La Constitution d’Arusha a proposé un partage 50/50 entre les Bahutu et les Batutsi.
Curieusement, avec l’institutionalisation de l’ethnisme au Burundi, contrairement au Rwanda sous la colonisation ou sous le régime du dictateur Habyarimana, on n’a pas pu mettre à la disposition des citoyens barundi des cartes d’identités ethnique pour faire la distinction. Tout comme cela se faisait  en Afrique du Sud du temps de l’Apartheid.  Pourquoi ? 
Il n’est pas rare de voir, concernant le Burundi, des sites internets ( netpress.bi, tutsi.org, burundi-information.com etc.) ou des partis politiques (Uprona etc.) dirent défendre les intérêts Tutsi ! 
Qu’est que cela signifie ? 
Découvrons ensemble comment savoir si un citoyen burundais est de l’ethnie “Tutsi” ou pas ?
L’ Urundi était une entité politique métisée entre les Batwa et les Bahutu.
Actes du colloque d'égyptologie du Caire publiés par l'UNESCO - Volume I de l'Histoire Générale de  l'Afrique– L’actuelle république du Burundi est l’ancien  royaume millénaire de l’Urundi.  Les classes politiques de cette ensemble sont issues d’un héritage philosophico-religieux  provenant : – de clans  batwa (Pygmé) ( – 3000 av JC); – du clan des Balenge ( Balengwe ) (-1250 av. JC) ; – du clan des Bajiji ( entre le 8 ème et le 13 ème siècle Ap. JC) ; et de clan des Bahinda(au début 15ème siècle).
– Pour les situer dans des aires géographiques, les Batwa ( Afrique Centrale et une partie de l’EAC);  les  Balenge (CEEAC, EAC, et SADC); les  Bajiji ( présents en RDC, et au Rwanda mais concentré surtout au Burundi , et en Tanzanie ) et   les Bahinda ( à l’Est de la RDC, Burundi, Rwanda, Ouganda, Tanzanie, Kenya). 
Ramsès II (1279-1212 av. J.-C.) Les ronds figurant sur les coiffes royales (khepresh) pharaoniques sont la stylisation des cheveux crépus et à Droite Un Mututsi de l’Urundi
Ramsès II (1279-1212 av. J.-C.) Le Mututsi de l'Urundi

– Si on devait les classifier “ethniquement” aujourd’hui on parlerait de legs: Batwa( entre – 3000 Av JC à 1250 Av JC); Bahutu (entre -1250  AV JC  à 1966 AP JC ); et des Bahima( voir les Bahinda au début 15ème siècle.).

On pourrait  dire de nos jours que l’ancien Royaume millénaire de l’Urundi aurait été : – un état, un royaume ou une autre entité des Batwa ( 30 siècle  av-JC  à  13 av-JC ) ; – un Royaume des Bahutu (13 siècle AV. JC jusqu’au 20 ème siècle AP. JC); et une occupation des Bahima ( entre 1400 ap.JC  à  1420 ap. JC).    
En conclusion, de manière générale, pour comprendre politique le Burundi de nos jours, il faut savoir qu’il s’agit d’un  Etat qui ,philosophiquement, est issu de toutes ces sensibilités. Mais de manière synthètique, l’influence principale est celle issue des Batwa et des Bahutu essentiellement. 
Le Burundi est une entité politique métisé  Batwa/Bahutu qui porte avec elle les influences marquées des populations issues d’Afrique Centrale, Oriental (Egypte, Somalie, Kenya,Soudan,Tanzanie,Ouganda,Rwanda …),et Australe(Zambie,Zimbabwe,Afrique du Sud …). Cela explique son influence géostratégique et géopolitique à notre époque.  
Le Royaume millénaire de l’Urundi.
Cheikh Anta DiopSous l’ère Batwa [3], l’Etat  de l’Urundi devait avoir des similarités avec l’ Ancien Empire Egyptien ou celui du Royaume du Kerma  dans lesquels  regnaient des  Pharaons noirs.
Pendant la période des Balenge (des métis Bahutu et Batwa), l’Urundi savait battre le fer. A cette période,l’Urundi était certainement un Royaume assez vaste. Le lien (contact) entre les Balenge et les Bajiji a eu lieu certainement à cette époque. 

Livre de Charles Baranyanka

C’est antérieur à l’ère des Bajiji ou sous cette période où l’on situe la dynastie des roi prophètes ( Kiranga et ses enfants). Avec les Bajiji on aura au 15ème siècle un pacte scellé avec les Bahanza. De cette entente va naître la dynastie des Baganwa [2], avec Ntare Rutshatsi qui soumettra Ruhinda (ancêtre des Bahinda burundais / Bahima) entre 1410 ap.JC  et 1420 ap. JC.
La gouvernance issue du pacte Bajiji-Bahanza est bipolaire. D’un côté on a ceux qui prophètisent : les Bahanuzi (Tous issues d’une dynastie de Bajiji) et de l’autre, les Bami ou les Roi (provenant du clan des Bahanza). Du 15ème  au 20ème Siècle ap.JC (novembre 1966), c’est cette dynastie dite “des Baganwa” [7] qui va régner au Burundi. 
Le Tutsi de l’Urundi
L'Urundi et ses voisins– A l’ouest de l’ancien Burundi ou Urundi, on avait notamment le royaume du Bushi, Buhavu, Buhunde etc. 
Dans ces lieux, on trouvait une catégorie de la population appelée  « Baluzi » ou « Baluci ». Il  s’agissait  de notables auxiliaires du pouvoir. Ces derniers lorsqu’ils se rendaient au Royaume de l’Urundi, ils allaient  rencontrer leurs homologues … Le mot “Batutsi”  est le mot  Baluzi à la sauce Kirundi. Ce sont surtout les étrangers qui venaient de l’Ouest du Burundi qui ont véhiculé ce mot.  
– Qui étaient les notables chez les Barundi ?
Sous l’ère du Royaume des Balenge (ethnie Bahutu), c’était les Balenge notamment et les clans qui leur étaient liés (dont des clans Batwa). 
Pendant le Royaume des Baganwa, c’était essentiellement : – les nombreux enfants nés de l’alliance des Bahanza (ethnie Bahutu) et des Bajiji (ethnie Bahutu); – les Bashubi et d’autres clans très réputés des Bahutu; – les enfants des Bami “les Baganwa” et leurs familles (+ descendants).  Voir dans la liste [6] (parmi les clans des Bahutu et les clans des Batutsi non Bahima).
– Au 16ème siècle [sous Mwezi II Bibe et, ensuite Mutaga II Nkomati], le Muhanuzi NYAMIGOGO [2]  ( faisant parti de la Dynastie des prophètes barundi, issue du clan des BAJIJI), comme la tradition l’enseigne, entreprendra  une importante réforme institutionnelle de l’Urundi. Désormais “tout enfant de sang royal” (Muganwa) faisant parti d’un cycle fini (NTARE – MWEZI-MUTAGA-MWAMBUTSA) ne pourra plus revendiquer un héritage. Il ne sera plus un Muganwa ou un Mutware.  Cet enfant  choisira  soit –  de  faire parti d’un clan  existant – ou  soit  de ce choisir  un nom –  (Voir dans la liste  des Clans Batutsi non Bahima [6] ex. Babibe etc.).  Ces derniers deviennent  ainsi des Bafasoni ( des notables …).

NSANZE Augustin Un domaine royal au Burundi: Mbuye (1850-1945)

Il est possible à tout Murundi, par exemple qui marie sa fille à un notable, de devenir notable. Il recourt dès lors à la cérémonie “kwihutura”. Il s’agit de déclarer à la société que l’on devient notable. La cérémonie est codifiée.[4]
Ces clans particuliers sont regroupés aujourd’hui dans ce que l’ on appelle communément  l'”ethnie” des BATUTSI. Paradoxalement leur clan patriarchal originel “réelle” Bahanza est  un clan des BAHUTU.  Les  BATUTSI de l’ Urundi sont des BAHUTU !
Le Tutsi du Colon Allemand, du Belge, et des Bahima (1966 à nos jours).
– Dès 1903, le Père blanc hollandais Van der Burgt, missionnaire au Burundi, publie un dictionnaire encyclopédique français-kirundi. Par stratégie coloniale d’abord, le Mulusi ou Mututsi rundi est associé par une obsession raciale, à une souche hamito-sémitique (bref qui découle du Blanc car c’est lui qui règne). La culture burundaise est liée  au mythe de la malédiction de Cham. Vers 1930, l’idée des autorités  cléricales belges vont lier le MUTUTSI MURUNDI à leur légende des HAMITES. 
– La confusion portée par  Hans Meyer (1916) [5]… La richesse pour un Murundi était entre autre :-  d’être liée ou pas à la Royauté; possèder des terres; avoir du bétails etc.  L’Allemand Hans Meyer va élaborer une théorie pour classifier les Barundi selon leur taille et morphologie. Avec cette vision, “être mulusi” ou mututsi chez les Barundi  devient différent. On arrivera aux fameux chiffres démographiques  85% Hutu. 14% Tutsi. 1% Twa. 
Le Génocide régicide des Bahutu du Burundi– Lors du coup d’arrêt donné à la monarchie millénaire de l’Urundi en 1966 par le Muhima Micombero Michel,lui et son clan  (les Bahima dont sont issus les Dictateurs Buyoya et Bagaza)  auront pris soin de se débarasser de toutes traces des Bahutu (1962, assassinat de Rwagasore et kidnaping de l’Uprona;  pendaison des fils Baranyanka; assassinat  des syndicalistes;  assassinat de Kamatari; assassinat  de Ngendadumwe et Mirerekano;  1965,Pogrom des Chefs Bahutu (dont les Batutsi et les Baganwa)  à Muramvya;  suite du Pogrom des Chefs Bahutu avec l’assassinat de leurs enfants en 1969 ;  1972, assassinat de Charles Ndizeye – Ntare V  et  Génocide des Bahutu Barundi -dont les Batutsi et les Baganwa- ).
Après ce régicide et ce génocide des Bahutu, les Bahima vont se camoufler derrière l’histoire des Bahutu Barundi en se faisant passer pour des Batutsi barundi [6] ( Une stratégie géopolitique car les Bahima connaissaient le fantasme des Mundele -les Blancs- pour les Batutsi Barundi ) .  Ainsi  les Bahima [8], qui n’ont rien à voir avec le “Mulusi” de l’Urundi, deviennent des BATUTSI (Voir toutes ces organisations netpress.bi, tutsi.org, burundi-information.com, Uprona,  etc. Mais aussi les écrits sur l’Histoire du Burundi réalisés par l’Ecole Française  depuis 1966 ).
A la veille du 40 ème anniversaire du Génocide des Bahutu Barundi (Batutsi et Baganwa compris ),  on pourrait tout simplement dire que l’Histoire des Bahutu Barundi a été usurpée depuis l’avènement de la République du Burundi avec la venue des Bahima au pouvoir.  Car  le Tutsi institutionnalisé à Arusha n’est pas  le Mulusi ou Tutsi  du Royaume Ingoma Y’Uburundi.
DAM, NY, AGnews, le 24 avril 2012.
Notes:
[1]  Les grandes dates de l’Histoire des Barundi, et du Royaume de l’URUNDI ,  [ http://www.burundi-agnews.org/histoire_du_burundi.htm ]
[2] Charles Baranyanka, Le Burundi, Face à la Croix,et le Bannière, 2009
[3] General History of Africa, J.KI-Zerbo, Abridged editon, UNESCO,1989.
[5] Hans Meyer, Die Burundi, 1916.
[7]  “Ne te méprends pas sur notre origine ; nous autres princes, notre premier aïeul était Muhutu, nous ne sommes que des Bahutu.”( Le Muganwa Nduwumwe )- Gorju, Julien Mgr, 1938 : ” Face au royaume hamite du Rwanda, le royaume frère de l’Urundi “, Bibliothèque du Congo, N.S. Nr.3, Bruxelles, 1938.

 

Facebook Comments