Burundi: L’UNEBA à SAR Mwambutsa …

UNION NATIONALE DES ETUDIANTS BARUNDI           Bruxelles le 10 février 1965.

Section Belgique

113, chaussée de Vleurgat

BRUXELLES 5. Belgique.

A Sa Majesté Mwambutsa IV

MM le Président de l’Assemblée Nationale.

le Président de l’UPRONA.

le Premier Ministre du Burundi.

Ministre ( tous )

Transmis copie à MM le Président de

la J.N.R.

M le Président du SAAB.

le Secrétaire Général de la F.T.B.

le Président Général de l’UNEBA.

les Présidents de Section de l’UNEBA.

Majesté , Messieurs,

Après avoir déploré l’ignoble assassinat du Premier

Ministre Pierre Ngendandumwe et exigé un châtiment exemplaire et impartial contre les

assassins.

Constatant que les déclarations prématurées et tendancieuses de certaines autorités dont le Vice-Premier Ministre , le Dr.Pie Masumbuko , et les interventions intempestives du Gouvernement sont de nature à fourvoyer l’enquête et perturber le cours normal de la justice.

Constatant que le Mwami, manipulé par la clique réactionnaire dont il est entouré , a profité de cet assassinat pour imposer au peuple un régime dictatorial au service de l’impérialisme.

Remarquant que l’interdiction non motivée des mouvements démocratiques et progressistes : la Fédération des Travailleurs du Burundi (F.T.B.) et la Jeunesse Nationaliste Rwagasore (J.N.R.) est une atteinte aux droits inaliénables et secrés des citoyens.

Ayant appris l’existence d’un projet visant à s’installer une base militaire américaine au Burundi . Nous rappelant l’énergie déployée par le peuple Burundien avant l’Indépendance pour s’opposer à une quelconque amputation du territoire national . Considérant que notre pays ne peut servir de bastion contre la liberté de l’Afrique.

Après avoir appris avec étonnement la « Suspension » des relations diplomatiques entre le Burundi et la Chine populaire, sans justification et au mépris des règles élémentaires de relations internationales.

Conscients que cette regrettable mesure peut altérer sérieusement le prestige dont le Burundi jouissait jusqu’ici dans le concert des nations libres et progressistes du monde entier.

Constatant que cette mesure porte gravement atteinte à la politique de neutralisme positif que le Burundi a toujours pratiqué en matière de politique étrangère , la seule politique capable de consolider notre indépendance Nationale , de créer les conditions de paix , d’amitié et de coopération entre les peuples pour le bien de l’humanité .

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

– 2 –

Constatant que la rupture des relations diplomatiques avec la Chine , vient immédiatement après la décision grossière , inamicale et anti-africaine prise par le Roi d’ajourner sine die l’accréditation de l’Ambassadeur de la République Démocratique  et Populaire d’Algérie , et qu’elle s’inscrit dans une série de mesure visant à précipiter le Burundi dans le camp des Traitres de la liberté africaine.

Convaincus que le peuple Burundien , qui a dit catégoriquement non aux colonialistes , aux impérialistes et à leurs valets , ne se laissera jamais dominer.

Nous, Etudiants Barundi de Belgique réunis en Assemblée Générale le 6 février 1965.

Réaffirmons notre détermination de lutter de toutes nos forces contre toute tentative d’asservissement de notre peuple par l’instauration d’une dictature au service de l’impérialisme .

Exigeons le retour à la procédure normale de la Justice , la levée immédiate de l’état d’exception et des mesures interdisants la F.T.B. et la J.N.R.

Nous opposons énergiquement aux manœuvres tendant à l’aliénation du sol national et à l’implantation sur notre territoire , de bases dirigées contre le Burundi et l’Afrique .

Exigeons le rétablissement immédiat des relations amicales avec la Chine . Stigmatisons l’ingérence de plus en plus flagrante dans nos affaires intérieures dont se rendent coupables certaines ambassades accréditées à Bujumbura .

Prions une fois de plus le Mwami de respecter l’esprit et la lettre de la Constitution et de rompre les liens si étroits qui l’enchainent à l’impérialisme qui ne cesse de comploter contre le Burundi et l’Afrique.

Supplions le Gouvernement du Burundi de revenir sans tarder sur sa décision inconsidérée , de rester fidèle au principe de neutralisme positif que nous ont légué les regrettés RWAGASORE et NGENDANDUMWE et de lutter avec acharnement pour que le Burundi ne devienne jamais un satellite de quelque puissance.

Déclarons notre solidarité aux travailleurs et à la jeunesse du Burundi , dans notre lutte commune contre une bourgeoisie pourrie et une monarchie réactionnaire vendues à l’impérialisme Yankee .

LES ETUDIANTS BARUNDI DE BELGIQUE

Facebook Comments