Burundi – HISTOIRE (II) / Le religieux : KIRANGA et sa famille …

Share Button
Kubandwa ( le Culte de Kiranga /  Ryamgobe ) chez les Barundi

Kubandwa ( le Culte de Kiranga / Ryamgobe ) chez les Barundi

Vendredi 16 novembre 2007  au soir, à Bruxelles, dans les locaux de l’asbl  Synergie Africaine,  l’Amb. BARANYANKA Charles est  revenu sur  la famille de KIRANGA , roi devenu  comme un prophète aux yeux de nombreux barundi.

Mzé BARANYANKA a raconté  ce qu’il en savait !  Ce que ses ancêtres ont partagé avec lui !  Il a permis à l’assistance de comprendre que le culte de KIRANGA couvrait autrefois tant  la vie quotidienne de chaque famille burundaise que celle de la société toute entière. Son intervention a ouvert un débat inattendu ! Certains parmi les plus âgés dans la salle  ont évoqué leurs souvenirs d’enfance où ils ont pu assisté à des séances d’initiés que l’ont trouvé nombreuses jadis dans le pays. Un moment éminemment riche que l’on vit qu’une fois ! La chance des participants était  telle qu’ un groupe,  parmi eux, évoqua l’idée de conserver ce patrimoine universelle… Même peut être avec l’aide de l’UNESCO !   Mais  de nombreux participants récusèrent cette ambition  car un culte étant sacré, il ne nécessite aucunement  une telle démarche ! Un Culte se vit. Il ne se conserve pas au musée !  De plus, seul, les initiés peuvent prétendre à connaître le Culte !  Il a été observé qu’au Burundi, ils existent encore quelques  praticiens de KIRANGA.  Malheureusement très peu , et  plus de 80% parmi ces derniers sont  aujourd’hui des charlatans !  Si les praticiens étaient encore nombreux, il est prêt  à parier que la cohésion sociale des Burundais  en serrait très fortement renforcée !

En fin de séances, derrière un verre offert par Synergie Africaine, le panel présent a poursuivi les échanges. En ce moment, certains ,parmi  ce  “groupe d’initiés” à Bruxelles,  réfléchissent sur : – Comment  la matière peut se transformer en être animal, et inversement ?   Oui !  Comme pour Moïse  lorsque son bâton se transforma en serpent …  La plupart des bouddhistes savent qu’après leurs morts ils peuvent être amener à se réincarner en animal …  Bref revisiter l’Histoire de l’Afrique peut s’avérer  devenir  un chemin de non retour ! La rencontre terminée, nombreux pensent  au prochain échange  où  il a été promis d’expliquer les contours de l’initiation. Sans toutefois, en expliquer la chose car pour cela, il vous suffit de vous initier !

DAM, AGNEWS, NY,  20/11/2007

Facebook Comments