Burundi: Les forces de sécurité donnent un bilan provisoire des manifestations à Bujumbura

Share Button
Le chef d’Etat-major (à gauche) et le directeur général de la police (à droite) lors d’un point de presse Photo: iwacu-burundi.org

Le chef d’Etat-major (à gauche) et le directeur général de la police (à droite) lors d’un point de presse Photo: iwacu-burundi.org

Paradoxalement les média du monde, à cause de la French Media Network FMN ( AFP, RFI, FRANCE 24 etc. ),  parlent du Burundi comme si il y avait la guerre dans ce pays,  mais la sécurité n’y a jamais été meilleur qu’aujourd’hui…

A Bujumbura, ce mardi 28 avril 2015,  le directeur général de la police nationale du Burundi (PNB) et le Chef d’Etat major de la Force de Défense Nationale (FDN) ont tenu une conférence de presse pour présenter le bilan provisoire de la manifestation de dimanche 26 avril 2015 et des suites qu’elle a provoqué.

2 personnes ont trouvé la mort et 6 ont été blessés du côté des manifestants. 37 policiers  ont été blessés. Un citoyen burundais a été blessé par les manifestants violents pour avoir donné de l’eau à boire à un policier malmené. Plus de 200 manifestants ont été arrêtés en possession de grenades et de couteaux.

Suite à ces violences très localisées, dans une toute petite bourgade de Bujumbura, et des rumeurs  qui ont été  véhiculées instantanément par des radio locaux et des média étrangers provoquant l’exil et le déplacement de citoyens burundais, les forces de sécurité tranquillisent toute la population et le monde entier …

C’est un paradoxe. La sécurité est très bonne dans tout le pays. Le Burundi n’a jamais été aussi sur qu’aujourd’hui. Et pourtant, à cause des rumeurs, relayées par les média étrangers (RFI, AFP, FRANCE 24 etc ), le monde croit que c’est la guerre au Burundi. Ce qui est faut. Les forces de sécurité ont le contrôle sur tout le territoire.

Les forces de sécurité demandent aux manifestants contre ce qu’ils appellent un 3eme  mandat du très populaire Président africain du Burundi, S.E. Pierre NKURUNZIZA,  de le faire, mais dans le respect de la loi. D’oublier la violence et de mettre en avant la voie pacifique ! . Ils demandent à tout citoyen qui possède une information sur des gens qui détiennent illégalement des armes de le leur signaler.
Ils terminent en disant que les forces de l’ordre du Burundi sont bien préparés pour assurer la sécurité de la population : «Nous avons déjà élaboré un plan global de sécurisation des élections de 2015 ».

DAM, NY, AGNEWS, le mardi 28 avril 2015

Facebook Comments