Burundi: Carte d’Assistance Médicale pour tous possible dès mai 2012.

Share Button

 

La Ministre de la Santé Publique et de Lutte Contre le SIDA, Dr Sabine Ntakarutimana Photo  Assemblee.bi

Au retour de l’Institut National de Santé Publique (INSP) où 114 jeunes gens ont terminé l'année dernière et son rentré dans la vie professionnelle,  Mme la Ministre de la Santé du Burundi,Dr Sabine Ntakarutimana, est revenu sur le fameux programme de gratuité des soins au Burundi… Selon Mme, il a été bénéfique. Le nombre de femmes qui meurent en accouchant  a diminué de moitié. En 2011, sur 100.000 accouchement  on avait 499 décès contre 866 décès en 2005.  l' objectif demeure le 0 décès.  Mme la Ministre en a profité pour présenter le nouveau programme de la   Carte d’Assistance Médicale (CAM) en vue de venir renforcer celui  de la gratuité des soins de santé pour les femmes enceintes et les enfants de mois de cinq ans. La nouvelle CAM  permettra entre autres l'accés aux médicaments disponibles à tous les citoyens.
 
Dès le mois de mai 2012, la nouvelle CAM sera fonctionnelle et remplacera les cartes d’Assurance maladie qui sont vendues dans les bureaux des communes burundaises. Elle sera en application d'un arrêté du 25 janvier 2012, destiné à soulager la population qui n’a pas beaucoup de moyens en priorité.L’utilisation de la CAM sera volontaire, car tout burundais gardera le choix d’adhérer là où il lui plaira. Cette carte donnera accès aux soins de santé dans les centres de santé ainsi que dans les hôpitaux de district.
De plus, les médicaments essentiels prescrits seront fournis au centre de santé.
 
Cette carte CAM  servira aussi à diminuer les fraudes en rapport au programme de gratuité des soins de santé. Des personnes  mentaient sur l’âge de leurs enfants pour leur faire soigner gratuitement alors qu’ils sont au dessus de cinq ans. Avec la CAM, les enfants de plus de cinq ans  pourront se faire soigner  aussi à très de peu de frais.
 
La Ministre de la Santé et de la Lutte contre le SIDA, Dr Sabine Ntakarutimana, expliquait que l’octroi de la CAM à la population s’inscrivait dans les programme du gouvernement d’assurer une bonne santé à la population. Ce programme part du principe que toute personne a droit aux soins de santé, mais que tous les Burundais n’ont pas les moyens de se faire soigner. La CAM permettra à la population de se faire soigner sans payer beaucoup d’argent. C'est à dire 20% des frais totaux des soins à payer (soit 20% du ticket). La mise en route et la vente de la CAM (prix 3000 BIF) serviront à financer les 80% autres du ticket. Les CAM seront vendues aux centres de santé et l’argent des ventes sera versé sur les comptes CAM ouverts au niveau provincial. Ce budget servira à rembourser les 80% des frais de soin. Il sera toujours possible pour les plus vulnérables qui se retrouveront dans l’impossibilité de payer les frais d’accès à la CAM d'être assisté par le Ministère  de la solidarité.
 
DAM,NY, AGnews, le 16 avril 2012.
Facebook Comments