M. Philippe Nzobonariba Secrétaire Général du Gouvernement et Porte-Parole du Gouvernement du Burundi ( Photo: Igihe.bi )

Le Burundi condamne la Résolution 2017/2508 du Parlement Européen

Share Button
M. Philippe Nzobonariba Secrétaire Général du Gouvernement et Porte-Parole du Gouvernement du Burundi ( Photo: Igihe.bi )

M. Philippe Nzobonariba Secrétaire Général du Gouvernement et Porte-Parole du Gouvernement du Burundi ( Photo: Igihe.bi )

L’Etat du Burundi condamne la Résolution 2017/2508 du Parlement européen du jeudi 19 janvier 2017 mentant grossièrement sur des prétendus violations des droits de l’homme au Burundi.

A Bujumbura, ce jeudi 26 janvier 2017, M. Philippe Nzobonariba, porte-parole du gouvernement du Burundi, a dit que le Burundi est surpris et indigné  par la Résolution 2017/2508 du Parlement européen du jeudi 19 janvier 2017 alléguant la poursuite des prétendues « violations des droits de l’homme au Burundi ».
Voici le communiqué du Gouvernement burundais à cette égard : [ http://burundi-agnews.org/wp-content/uploads/2017/01/communique_gouvernement_burundi_resolutionParlementEuropeen2017.pdf ]
Le Burundi se plaint du « un regain d’une campagne active menée par certains de ses partenaires contre ses institutions républicaines et contre le peuple burundais qui les a démocratiquement mises en place à travers des élections démocratiques, transparentes et apaisées ».

Le Burundi  se prépare à la rupture  diplomatique totale avec la Belgique, qui, au moment où l’administration TRUMP aux USA se met en place, semble avoir injecté des finances et un logistique important pour une campagne de diabolisation du Burundi, afin de préserver sa politique de GUERRE HUMANITAIRE contre le Burundi, entreprise en partenariat avec les administrations OBAMA – HOLLANDE – KAGAME, responsable avec BRUXELLES de la Révolution Colorée de 2015 au Burundi. Le timing est serré pour ces agresseurs du Burundi. Ils espèrent mettre en mouvement la procédure de la CPI le plus  rapidement possible pour que l’équipe TRUMP n’ai plus son mot à dire sur cette politique déjà engagé.  Les Barundi ne comprennent pas pourquoi leur Procureur général de la République ne réagit pas face à cette agression dépourvue de mensonges proférées par les ONG SOROS – FIDH (FRANCE) et HRW (USA) contre le Burundi. Les Barundi voudrait que l’on commence d’organiser un procès contre les responsables de la ligue burundaise ITEKA, qui est la source mensongère sur laquelle se base toutes ces  ONG SOROS …
Ces campagnes de nuisances font perdre des centaines de millions USD au Burundi chaque année.

DAM, NY, AGNEWS, http://burundi-agnews.org, le vendredi 27 janvier 2017

Facebook Comments