Burundi: Réflexions au CNDD-FDD organisées dans les 129 communes du pays

Share Button
Le CNDD-FDD reçoit une délégation du PCC venue de Chine (  Photo: CNDD-FDD)

Le CNDD-FDD reçoit une délégation du PCC venue de Chine ( Photo: CNDD-FDD)

Au Burundi, ce samedi 18 octobre 2014, s’est tenu  dans toutes les 129 communes du pays  des congrès extraordinaires du parti Cndd-Fdd.  L’objectif de ces congrès était de préparer les élections de 2015, notamment en évaluant en premier, le programme que le parti CNDD-FDD s’était fixé pour le quinquennat 2010-2015, puis en  second lieu parler des élections de 2015 et la vision politique du parti pour l’avenir du Burundi. Pour montrer que le CNDD-FDD est parti politique ancré dans le monde global contemporain, une délégation du fameux PCC (Parti Communiste Chinois) avait été invitée …    En commune MPANDA de la province BUBANZA,  c’est le Président du parti CNDD-FDD,  M. Pascal NYABENDA,  qui est venu lancer cette journée de congrès et de bilan – réflexion…

[slideshow   numberposts=”20″ backgroundColor=”#FFFFFF”]

( Photo : https://www.facebook.com/cndd.fdd )

Lorsque l’on parle de tirer un bilan au CNDD-FDD, c’est bien entendu évaluer – le projet de société et la politique sectorielle du CNDD-FDD –  qui, grosso-modo, s’est attelé  à essayer de décentraliser et de  moderniser toute la structure socio-économique du Burundi [ http://www.burundi-agnews.org/philosophie.htm ], depuis août 2005, avec le retour de la paix à la suite d’une guerre civile de 10 ans (de 1993 à 2013) en réaction à près de 40 ans de règne féroce du régime dictatorial militaire -hyper centralisé- des Bahima burundais ( Micombero, Bagaza, Buyoya)  [ http://www.burundi-agnews.org/criminalisation.htm ] qui a fait plus de 4,5 Millions de victimes Barundi [ http://www.burundi-agnews.org/genocide.htm ].
Le CNDD-FDD étant la 1ère formation politique du Burundi, cela fait qu’une grande partie de son programme politique ( sa politique sectorielle ) se retrouve dans le programme gouvernemental actuel et dans sa vision 2025  [ http://www.burundiconference.gov.bi/spip.php?article14  ou  http://burundi-agnews.org/wp-content/uploads/2014/10/VisionBurundi2025_short_en.pdf ou http://burundi-agnews.org/wp-content/uploads/2014/10/Vision_Burundi_2025_synthese_FR.pdf  ].
Aujourd’hui, comme le CNDD-FDD, a eu beaucoup de ministres parmi ses militants ( les Bagumyabanga ), c’est le moment de les écouter et de réfléchir ensemble sur un grand nombre de sujets qui touchent toute la société burundaise et de voir ce qu’il faudra améliorer…
Le 1er constat est que le CNDD-FDD, avec son implantation physique ( des permanences construites en dur ) dans les 129 communes du Burundi, sera très difficile à battre pour ses concurrents politiques aux élections de 2015. Car, au Burundi, comme dans de nombreux lieux sur la planète, celui qui t’offre à boire ( et qui te côtoie tous les jours ) souvent c’est lui qui aura raison face aux urnes …
Au delà du fait que dans ces permanences communaux,  il y a à boire chaque jour ou chaque week-end lors des Travaux de Développement Communautaires TDC [ http://burundi-agnews.org/societe/?p=13067 ] , ces espaces sont aussi ceux qui vont permettre au CNDD-FDD d’ouvrir de nombreux succulent débats de société  à la population locale au Burundi. Bref, ce sont des lieux qui vont  permettre  aux intellectuels Barundi de venir exprimer et partager leur réflexion sur le Burundi …
Parmi  ces réflexions intellectuelles,  au niveau politique sur le Burundi de l’après 2015, il y a 3 points importants qui ressortent :

  • N'éteignez pas la lumière (Preface De Peter Gabriel), Bidadanure Nestor, Ed. Naive, 15 Janvier 2014, 144 pages. Prix 34 000 BIF ou 17 EUR

    N’éteignez pas la lumière (Préface De Peter Gabriel), Bidadanure Nestor, Ed. Naive, 15 Janvier 2014, 144 pages. Prix 34 000 BIF ou 17 EUR

    – ( au niveau institutionnel ) Comme le suggère le philosophe burundais, M. Nestor Bidadanure, militant burundais anti-apartheid, dans son livre sur Nelson Mandela « N’éteignez pas la lumière ». Demain, il faudra aux Barundi  revenir sur  le débat institutionnel. Car l’esprit de l’ Accord d’Arusha en 2000 – avec ses quota ethniques institutionnalisés –  est une continuité idéologique et logique des Loi Sud-Africaine de – Racisme institutionnalisé – mis en place en 1910 avec l’Union de l’Afrique du Sud et des Lois Herzog.  Cette réflexion  ouvre le débat sur la démocratie que nous les Barundi voulons. Car, les institutions d’Arusha, avec leur quota, font une différence dangereuse et toxique au niveau du citoyen burundais.  En d’autres mots, avec l’Accord d’Arusha, c’est l’esprit de l’Afrique coloniale qui se perpétue.  [ http://burundi-agnews.org/sports-and-games/?p=14890 ].  Puis, finalement, ces institutions à quota coûtent très cher au Burundi et deviennent de plus en plus des entraves à la relance économique du pays.

  • – (au niveau économique )  A partir de 2017, lorsque la question du déficit énergétique ( le manque d’électricité ) commencera à être résolue au Burundi, l’économie burundaise pourra alors voir le jour et donc les rentrées pour la caisse de l’Etat sera d’autant plus grande. L’Office Burundaise des Recettes (OBR) table sur 2019 pour un équilibre budgétaire retrouvé.  Cet évolution économique du pays pousse dès aujourd’hui à réfléchir sur quel type de fiscalité nous voulons au Burundi pour demain.  Quelle sera notre politique fiscale de demain ? Comment faire pour avoir une politique fiscale juste ?  Avec des réflexions de fonds que mènent d’une part, le réseau indépendant –  Tax Justice Network – [  –http://www.taxjustice.net/ – ], et de l’autre M. Thomas Piketty notamment dans “les hauts revenu en France au 20ème siècle” et dans  ” Le capital au XXIe siècle “,   des pistes de solutions peuvent être trouvées.

 

thomas_piketty001 pikkety_thomas_haut_revenu_en_france

     

albertjacquard_elogedeladifference_genetiquejacquard_kahn_2001 IMAGE_debre_savants_dieux_cv_jpg bernarddebre2011 axelkhanetlhommedanstoutca ôion� ���Ø9a����À´Óip–¿d-(âÙJ·?Ý®ò¶îÈà

 

http--www.iwacu-burundi.org-old-images-stories-55-LivreBaranyankaComme certainement, de nombreux Barundi, parmi les Bagumyabanga ( militants du CNDD-FDD ), qui ont du réfléchir tout au long du week-end passée sur les questions politiques d’avenir, le Burundi doit pouvoir puiser dans son passée pour bien avancer dans ce Monde  qui devient de plus en plus complexe. Ainsi,  le livre de Baranyanka Charles,  “ Le Burundi Face à la croix et à la Bannière “, demeure une source intéressante.

DAM, NY, AGNEWS, le mardi 21 octobre 2014

Facebook Comments