M. Nchemba Mwigulu, ministre tanzanien de l’Intérieur ( Photo : bujumbura news 2017)

Burundi : Le HCR bloque le retour de plus 8.000 réfugiés en Tanzanie

Share Button
M. Nchemba Mwigulu, ministre tanzanien de l’Intérieur ( Photo : bujumbura news 2017)

M. Nchemba Mwigulu, ministre tanzanien de l’Intérieur ( Photo : bujumbura news 2017)

GEOPOLITIQUE, REFUGIES BURUNDAIS EN TANZANIE – Le Haut Commissariat aux Réfugiés des Nations Unis (HCR) bloque plus de 8.000 réfugiés Burundais qui souhaitent rentrer volontairement chez eux au Burundi depuis juillet 2017.

Au camp de réfugiés de Nduta dans la région occidentale de Kigoma, en Tanzanie, ce jeudi 24 août 2017, M. Nchemba Mwigulu, ministre tanzanien de l’Intérieur, a donné 7 jours au Haut Commisariat aux Réfugiés des Nations Unis (HCR) pour organiser le rapatriement de plus de 8.000 réfugiés Burundais qui ont demandé de leur plein gré de rentrer chez eux au Burundi, depuis le mois de juillet 2017.
M. Nchemba a expliqué que le HCR devait immédiatement commencer à organiser la logistique pour le retour en toute sécurité des réfugiés burundais, car la demande devient de plus en plus importante. Il précise qu’ à la fin du mois juillet 2017, plus de 5.000 réfugiés burundais restant dans des camps dans l’ouest de la Tanzanie ont exprimé leur souhait de rentrer chez eux volontairement à la suite d’un appel récent du président tanzanien S.E Magufuli John aux réfugiés de retourner au bercail et d’aider à construire leur pays. Ce plaidoyer présidentiel tanzanien fait suite à celui du très populaire Président africain du Burundi S.E. Nkurunziza Pierre …

En Tanzanie, selon certains membres du personnel tanzanien du HCR, le HCR bloque ces réfugiés burundais en attendant, comme le bruit le précise parmi les employés du HCR dans les camps, les réunions aux Nations Unis du mois de septembre 2017, où espèrent ils des changements seront connus de tous sur le Burundi. Depuis 2015, de nombreux employés occidentaux du HCR participent aux GUERRES GÉOPOLITIQUE et HUMANITAIRE, contre la Chine et le Burundi, dans la région des Grands lacs africains. Pour ces derniers, les chiffres du nombres de réfugiés burundais ne doivent pas baissés car cela risquerait d’enlever un argumentaire de poids diplomatique dans ces GUERRES GÉOSTRATÉGIQUES que mènent certaines multinationales occidentales dans la région des Grands lacs africains.

DAM, NY, AGNEWS, http://burundi-agnews.org, le dimanche 27 août 2017

Facebook Comments