Burundi : La FDNB – ICG doit fournir les 600 à 2000 matricules de deserteurs

Share Button

SECURITE – GUERRE HUMANITAIRE [ http://burundi-agnews.org/guerre-humanitaire/ ] – La Force de Défense Nationale du Burundi FDNB ( l’armée burundaise ) dit : 1/ Il n’y a pas de crise dans la FDNB ; 2/  Si l’International Crisis Group (ICG) parle de 600 à 2000 FDNB déserteurs, la FDNB lui demande de fournir une liste avec tous les matricules et les noms de ces déserteurs ; et 3/ il n’y a pas de purge ANTI – TUTSI à la FDNB.

A Bujumbura, le mercredi 12 avril 2017,  le Colonel Baratuza Gaspard, porte-parole de la Force de Défense Nationale du Burundi ( l’armée burundaise ), a démenti la rumeur lancée par la GALAXIE SOROS ( le Monde, IWACU-BURUNDI.ORG, YAGA BURUNDI, ICG, HRW, FIDH … )  disant qu’il aurait eu entre 600 et 2000 déserteurs à la FDNB.

Le Français M. Thierry Vircoulon, de l’International Crisis Group (ICG) explique dans son rapport intitulé «Burundi : l’armée dans la crise», sorti le mercredi 5 avril 2017 : «La peur d’être tué renforce le mouvement de désertions observé dans l’armée burundaise depuis 2015. Selon des sources militaires burundaises, entre 600 et 2 000 hommes auraient fait défection depuis le début de la crise».  Pour M. Thierry Vircoulon, la question qui se pose est de savoir la FDNB va réussir à trouver les 40% de TUTSI pour les recrutements. Selon lui, les dernières mises à la retraite à la FDNB ne sont pas à l’avantage des officiers TUTSI puisque ce sont les plus concernés, en évoquant ce qu’il appelle le clivage entre ex-FAB ( l’armée burundaise sous la DICTATEUR HIMA BURUNDAISE MICOMBERO / BAGAZA / BUYOYA ) et ex- PMPA ( les membres de la rébellion des BARUNDI pendant la GUERRE CIVILE contre le REGIME HIMA BURUNDI entre 1993 et 2003 ) qui existait encore même avant la crise de 2015.
M. Vircoulon explique, pour terminer que le grand risque pour l’armée burundaise est celui d’appauvrissement à cause des problèmes financiers du gouvernement …[ https://www.crisisgroup.org/africa/central-africa/burundi/burundi-les-problemes-militaire ]

Le Journal Le MONDE AFRIQUE [ http://www.lemonde.fr/afrique/article/2017/04/12/burundi-la-purge-de-l-armee-racontee-par-des-officiers-en-exil_5110204_3212.html ]  ajoute le colonel Adolphe Manirakiza ( Ex-FAB, exilé ) : “Le général Godefroid Niyombare, soutenu par plusieurs officiers de haut rang, essaye de renverser le pouvoir en place. En vain. La répression s’abat durement sur les putschistes et, bientôt, sur tous les officiers suspectés de sympathies avec l’opposition, a fortiori s’ils sont Tutsi. « Ils peuvent être appréhendés, torturés, tués sur un simple soupçon ou une dénonciation calomnieuse, fustige le colonel Manirakiza …  Depuis le putsch manqué de 2015, les gradés tutsi sont nombreux à avoir quitté le pays. « Ceux qui restent craignent pour leur vie … Je savais que j’allais être éliminé comme un imbécile, avec femmes et enfants. » En décembre 2016, en mission de maintien de la paix de l’ONU en République centrafricaine, il décide de ne pas rentrer au Burundi. Il a pourtant passé plus de vingt-sept ans dans l’armée, dont cinq comme porte-parole officiel.

Le Colonel Baratuza  a répondu à ICG  : «Ce n’est pas vrai. Ce sont des mensonges. D’ailleurs, pas plus tard qu’hier, il y a eu de nouveaux recrues… L’armée nationale du Burundi se porte bien… Ceux qui propagent ces informations ont pour objectif de salir notre corps… Qu’ils nous donnent des noms et nous allons donner des explications. Sans préciser les noms, ils veulent créer des confusions.»
Pour la FDNB chaque militaire a un matricule et donc un nom. Si ICG parle de 600 à 2000 FDNB déserteurs, la FDNB lui demande de fournir une liste avec tous les matricules et les noms de ces déserteurs. Sinon, si ils ne savent pas donner ces noms,  ICG et sa GALAXIE SOROS, doivent cesser leur mensonge sur le BURUNDI. Le Colonel Baratuza ajoute pour terminer que 109 candidats viennent d’être recrutés à la FDNB.


L’armée burundaise est une corps composée de FEMMES et d’HOMMES de CONFIANCE, amoureux et au service de leur Nation : le BURUNDI.


https://www.youtube.com/watch?v=4DSV4gjZLuA[ Ajoutée le 15 juil. 2015 –  Kemi Seba, chroniqueur géopolitique panafricaniste, dévoile les liens entre le JOURNAL LE monde, Soros, et le quai d’Orsay. www.kemiseba.com]

Le Burundi vit, actuellement,  une situation de GUERRE HUMANITAIRE, à cause d’une GUERRE GÉOSTRATÉGIQUE dans les GRANDS LACS AFRICAINS que se livre l’OCCIDENT  face à la CHINE ( Coup d’état militaire HIMA raté au Burundi le mercredi 13 mai 2015 ).
La GALAXIE SOROS  – des Révolutions de Couleur – est très engagée dans cette GUERRE HUMANITAIRE contre les BARUNDI, et aux côtés des HIMA burundais, qui sont confondus aux TUTSI Barundi.  Les REGIMES HIMA Burundais ( MICOMBERO, BAGAZA, BUYOYA ) en 40 ans de pouvoir entre 1965-66 à 2005, ce sont plus de 4,5 Millions de victimes BARUNDI : le fameux GENOCIDE-REGICIDE contre les BARUNDI commis par les regimes HIMA [ http://burundi-agnews.org/genocide.htm ; http://burundi-agnews.org/ccburundi.htm ; http://burundi-agnews.org/agnews_refugees.htm ]
Par exemples, le colonel Adolphe Manirakiza, le colonel Edouard Nshimirimana, et le lieutenant-colonel Alexandre Mbazumutima, qui sont cités par ICG comme des officiers EX-FAB   TUTSI, ne sont pas TUTSI Barundi mais bien HIMA burundais. Il s’agit là d’une TRES GRANDE DIFFERENCE.
C’est une aberration du RESEAU SOROS de parler de PURGE TUTSI dans l’armée alors que les militaires dont il s’agit ne sont pas TUTSI Barundi.

https://www.youtube.com/watch?v=O41-zeIiWqU [ Kemi Seba :”CE QU’ON NOUS CACHE SUR LA CPI”  – CPI outil judiciaire de la GUERRE HUMANITAIRE ]


Au Burundi, l’armée, dans la tradition des Barundi – de fabuleux GUERRIERS BARUNDI – , est un instrument de CONFIANCE liée au Chef de l’ETAT, autrefois au MWAMI (ROI) du ROYAUME DES BARUNDI – INGOMA Y’UBURUNDI. Par ailleurs, la tradition voulait que chaque MWAMI ( Roi ) attribue un nom à son armée.
Contrairement à ce que développe les étrangers, comme le Réseau SOROS ( le Monde, IWACU-BURUNDI.ORG, YAGA BURNDI,  ICG, HRW, FIDH … ) sur le Burundi, TUTSI et HUTU n’ont rien d’entité ETHNIQUE chez les BARUNDI :   1/  Les TUTSI et les HUTU n’ont pas de territoire spécifique au Burundi où ils résident. Ils habitent ensemble au Burundi ;  et 2/  Les langues KI-TUTSI ou KI-HUTU n’existent pas. TUTSI et HUTU parlent KI-RUNDI. Ils sont BA-RUNDI.
TUTSI et HUTU sont des fonctions ou des métiers bien distincts. Les fonctions ou métiers HUTU sont généralement des activités de production. Tandis que les fonctions TUTSI gravitent autour du pouvoir, des institutions ou tout simplement d’une personnalité dans la société qui est riche. Elles nécessitent la CONFIANCE de l’institution ou du maître.
Par exemples, un Mwami ( Roi ) avait  à son service  des TUTSI ( un Muhanuzi ou prophète, des Prêtres – liés à la spiritualité / Religion monothéiste des BARUNDI – KIRANGA ou RYANGOMBE , des médecins , des conseillers – souvent des notables – pour organiser le Royaume, des comptables, des chefs militaires, des gardes du corps, … ) et des HUTU ( ceux qui vont traire du lait , les cuisiniers, les ouvriers de maisons, les éleveurs et les agriculteurs pour ses domaines, les artisants etc.  ). Les BARUNDI riches avaient aussi le privilège d’avoir des HUTU et des TUTSI. C’est un peu comme aujourd’hui, la vie d’une STAR ou d’une personnalité importante … Une STAR dispose d’un Manager, de comptables, de conseillers juridiques, et de gardes du corps : chez les Barundi on parlerai de TUTSI à son service. Mais la même STAR dispose de toute une équipe qui l’aide  à entretenir et à s’occuper de sa demeure et de ses villas ou propriétés, de plus des couturiers, des artisans pour fabriquer ses disques, ces CD ou ces films : voilà les HUTU pour les BARUNDI. Ce sont ces fonctions ou métiers qui ont été convertis en ETHNIE en 1925-29 par l’administration BELGE coloniale.

Les HIMA chez les BARUNDI ne sont ni TUTSI, ni HUTU car ces fonctions ou métiers nécessitent en premier lieu : LA CONFIANCE.
Or depuis le 15ème siècle, les HIMA ( clan régional des Grands Lacs très minoritaire au Burundi ) [ http://burundi-agnews.org/afrique/burundi-hima-muhima-bahima-et-le-hamitisme/ ] sont bannis  de chez les BARUNDI à cause de la GUERRE qui a eu lieu pendant 10 ans entre le Mwami des BARUNDI NTARE RUTSHATSI et le Roi des HIMA RUHINDA entre 1410 et 1420 [ http://burundi-agnews.org/histoire_du_burundi.htm ]. La victoire des BARUNDI contre les HIMA a fait que depuis les BARUNDI n’ont plus confiance aux HIMA. A l’indépendance du Burundi (1962), la FRANCE, pour faire un hold up à la BELGIQUE du pouvoir au BURUNDI,  a entrepris alors de mettre les HIMA burundais au pouvoir au Burundi. Ainsi en 1965-66, les officiers HIMA burundais, formés à SAINT CYR, font un COUP D’ETAT MILITAIRE, et  abolissent la Monarchie  millénaire des BARUNDI et déclarent la REPUBLIQUE. C’était le début de la DICTATURE FEROCE DES HIMA DU BURUNDI.

DAM, NY, AGNEWS, http://burundi-agnews.org, le mardi 18 avril 2017

Facebook Comments