M. Martin Nivyabandi, ministre burundais des Droits de la personne humaine ( Photo : ppbdi.com 2016 )

Burundi – Droit de l’Homme : Réaction d’un ministre sur le rapport des experts ONU -OHCHR

Share Button
M. Martin Nivyabandi, ministre burundais des Droits de la personne humaine    ( Photo : ppbdi.com 2016 )

M. Martin Nivyabandi, ministre burundais des Droits de la personne humaine ( Photo : ppbdi.com 2016 )

A Bujumbura,  ce jeudi 22 septembre 2016, M. Martin Nivyabandi, ministre burundais des Droits de la personne humaine, a tenu une conférence de presse à propos du rapport des experts des Nations unies sur le droit de l’Homme au Burundi  ( Conseil des droits de l’homme – ohchr [ http://www.ohchr.org ]  .

 🙄 Le Burundi répond à l’UNIIB EINUB – Mafia onusienne des Droits de l’Homme    [ http://burundi-agnews.org/sports-and-games/le-burundi-repond-a-luniib-einub-mafia-onusienne-des-droits-de-lhomme/ ]

 M. Nivyabandi le qualifie de plutôt politique au lieu d’être un rapport d’experts.
Selon lui,  le rapport passe sous silence certains faits qui se sont passés entre 2010 et 2015 qui permettent de comprendre ce qui se passe au Burundi :  « Le boycott du processus électoral après le scrutin au niveau communal, les jets de grenades, tentative de mise en place de rebellions et des attaques dans les provinces de Cibitoke et Cankuzo, la dénonciation tout azimut de l’organisation des élections en 2015 sont des signes éloquents ».
De plus, toujours d’après M. le Ministre,  ce document ignore la part de certains pays dans cette crise de 2015.
M. Martin Nivyabandi rappelle que, pour l’Etat du Burundi, chaque vie humaine compte : « Nous déplorons les pertes de vies humaines enregistrées pendant la période d’insurrection car pour le gouvernement chaque vie compte ».
Ce rapport ne relate pas les progrès au niveau des Droits de l’Homme réalisés au Burundi, reconnus par les partenaires du gouvernement burundais dont le Haut commissariat des Nations unies aux droits de l’Homme basé à Bujumbura.
M. Martin Nivyabandi insiste sur le fait qu’il n y a pas un génocide en préparation au Burundi,avec la collaboration des Imbonerakure … Les Imbonerakure sont des jeunes Bagumyabanga ( membres du parti CNDD-FDD ) et ne sont pas une milice :  « Le gouvernement prendra toutes les mesures pour juguler tout acte qui conduirait vers une telle tragédie que certaines forces occultes appellent de leur vœu pour en tirer des dividendes ».

Le Burundi a été agressé en 2015 …
Au Burundi, en 2015, les USA, la France, la Belgique, le Rwanda, et le réseau media-civil-politique-militaire de l’ancien dictateur Hima burundais Pierre BUYOYA ont tenté une Révolution de Couleur ou un Changement de Régime qui devait prendre fin avec le Coup d’Etat militaire du mercredi 13 mai 2015 qui a échoué. Depuis mai 2015 à nos jours septembre 2016, ces pays agresseurs associés à l’ancien dictateur Hima Pierre BUYOYA, ont entamé une Guerre Humanitaire. C’est à dire, en bafouant le Droit International , ces pays ennemis du Burundi utilisent leurs employés et fonctionnaires dans les média ( RFI, AFP, JEUNE AFRIQUE, LE MONDE,  REUTERS, BBC, NEW YORK TIMES etc. ) , dans les ONGS de défense des Droits de l’Homme ( FIDH, Amnesty International, HRW, ICG ), dans les institutions de l’ONU ( Conseil des droits de l’homme – ohchr [ http://www.ohchr.org ]  et  Conseil  de Sécurité de l’ONU ), ou à la Cour Pénal Internationale, pour tenter de gagner la guerre “Humanitaire” en utilisant – la Justice Internationale – où les juges leur sont favorables.  Actuellement les USA, l’UNION EUROPEENNE ont déjà sanctionné des officiers Barundi ( Polices et Militaires) comme dans une guerre conventionnelle … Le Burundi devrait répliquer en demandant à l’UNION AFRICAINE et l’East African Community EAC des sanctions contre certains personnalités Européennes et Américaines.

DAM, NY, AGNEWS, le vendredi 23 septembre 2016

Facebook Comments