Burundi: Les victimes du génocide deviennent les accusés.

Share Button

Le Génocide des Bahutu du Burundi– Le Régime des Bahima du Burundi (Micombero, Bagaza, et Buyoya), c’est 4.5 Millions de victimes Bahutu Barundi (comprenant les Batutsi et les Baganwa) en près de  40 ans de règne.  Malheureusement, le Burundi n’ a pas eu  “son procès de Nuremberg”. Et il en paie les conséquences. Selon les associations des victimes de la Dictature des Bahima Burundais, l’extrême droite des Bahima burundais  est aujourd’hui mobilisée autour d’une campagne médiatique (ou  de communication ) ayant pour objectif de revoir l’Histoire récente du Burundi concernant le Génocide des Bahutu Barundi : Désormais les victimes devenant eux et les tortionaires, les Bahutu Barundi. Cette campagne est centrée (au travers de colloques ou séminaires) sur la fameuse 4ème ethnie burundaise du Dictateur Buyoya : la communauté internationale.

BURUNDI Le Génocide des Bahutu du Burundi

Les associations des victimes de la Dictature des Bahima du Burundi portent connaissance de ce révisionnisme  à l’Etat du Burundi et à la communauté internationale.  

Birihanyuma Paul, responsable d’un des associations, explique : 
” – Les ecclésiastiques  bahima burundais, rassemblés autour de l’Eglise Catholique du Burundi,  sont mobilisés à tenter d’expliquer à l’opinion internationale (L’Eglise)  que ce sont les Bahutu Barundi qui  ont  massacré  les Bahima du Burundi.
 Il s’agit de revisionisme.  Ils faucalisent sur des évènements pris hors contexte comme par exemple “Buta” (1) en pleine guerre civile…
– En même temps, ce sont les artistes bahima burundais  qui se mobilisent aussi pour montrer au monde entier que ce sont les Bahutu barundi qui sont mauvais … Exemple  le Film belge  très caricaturale  –  Na wewe  – .”
Birihanyuma Paul termine : ” Ce sont des mnémotechniques destinés à la Communauté internationale et à la nouvelle génération de Barundi.  L’autre exemple est  le  Colloque International sur le 50ème Anniversaire de l’Indépendance du Burundi que l’Université du Burundi  organise du 11 au 15 juin 2012 …  L’état du Burundi devrait réagir au plus vite …  Il faut  faire le lien de tout cela avec la campagne de – blanchissement – médiatique -très désobligeant-  de  RFI  – Radio France Internationale –  autour du Dictateur sanguinaire Buyoya Pierre qui est l’homme de Ntega Marangara, assassin de Feu Ndadaye Melchior  et  à l’origine de camps de  concentration du Burundi.”
La guerre civile du Burundi (1993 à 2003) (2) a été très meurtrière. Il faut jamais oublier qu’elle opposait d’un côté le Peuple Burundais ( les enfants de l’ancien Royaume de Burundi ) et de l’autre la Dictature des Bahima. Pour avoir une idée de qui tuait qui pendant la guerre civile, par exemple en 1996  on a  compté  comme victimes (entre le mois de Janvier au mois de Décembre 1996):  4767 Bahutu Barundi  tués par  l’armée et les milices Bahima contre   853  Bahima tués lors d’attaques rebelles. (3)
Dans la même année, Amnesty International dénoté comme  victimes  entre le mois de mai au mois de juillet 1996 :  2000 Bahutu Barundi  tués par  l’armée et les milices Tutsi (Bahima) contre  90 Bahima tués par les groupes armées Bahutu.
Ces chiffres parlent d’eux mêmes pour aider à savoir qui était  victime ou boureau. 
(1) Le 11ème pèlerinage aux Saints d’Afrique, 3 juin 2012, Saint-Maurice, Valais, Suisse, est centré sur la figure des jeunes témoins “martyrs” de Buta, au Burundi
(2) La guerre civile du Burundi (1993-2003),  
http://www.burundi-agnews.org/guerre_civile_du_burundi_1993_2003.htm
(3) http://burundi-agnews.org/agnews_teza_bugendana.htm 
Dam, NY, AGnews, Vendredi 8 juin 2012  

 

Facebook Comments