Burundi: Les TUTSI sont-ils réellement sortis du gouvernement?

Share Button

bdi_busokoza_nkurunziza“Dire qu’un HIMA burundais est  TUTSI, c’est comme, autrefois, ne pas différencier un noble d’un roturier”  Dixit M. Libérat Kawanda .

Suite à cette semaine très chaude en rebondissement, avec le parti UPRONA qui revendique rassembler les TUTSI burundais ( en réalité des BAHIMA burundais), AGNEWS a voulu essayer d’en savoir plus.  Est que OUI ou NON  l’UPRONA est le parti des TUTSI au Burundi ? Un vieux,  parmi les premiers universitaires Barundi, M. Libérat Kawanda  commence par ricaner :” Hi Hi HiHi …”.

 Mr Kawanda pourquoi ce rire ?

M. Libérat Kawanda  explique:”C’est drôle aujourd’hui d’entendre les HIMA burundais revendiquer être – TUTSI -, comme ils l’ont fait d’ailleurs avec les Accords d’Arusha.  Etre TUTSI chez nous  c’est à dire  être  un notable dans la tradition des Barundi.  Sociologiquement, avec la dernière dynastie de Baganwa, les véritables notables Barundi,  -dont BA-TUTSI-, étaient  d’origine des clans des Bahanza, des Bajiji, et des Bashubi“.

Mze Kawanda  poursuit : ” Voici les titres des articles de M. Esdras Ndikumana  – AFP / RFI –  cette semaine.  Ce sont ces articles de ce monsieur dont par ailleurs j’ai connu le père qui me font rigoler à chaque fois que je le lis …  Burundi: le principal parti tutsi claque la porte du gouvernement ( Sudinfo.be ) ; Burundi: le principal parti tutsi quitte le gouvernement  (TV5); Burundi: le principal parti tutsi claque la porte du gouvernement ( Agence Ecofin ); Political crisis in Burundi as Tutsi ministers quit (GlobalPost); Un troisième ministre tutsi quitte le gouvernement burundais (Zonebourse.com); Crise politique au Burundi: le principal parti tutsi quitte le gouvernement (Jeuneafrique.com)  etc.          Pour M. Esdras, payé par la République de la France,  l’intention de cette communication est de toucher les bailleurs de fond du Burundi ! Il s’agit d’un véritable TAMTAM lancé pour être entendu par les Mundele (les Blancs) !   Alors ce qui est comique,  de la part de ce journaliste, c’est lorsqu’il écrit – suite au limogeage du premier vice-président appartenant à la minorité tutsie Bernard Busokoza par le président issu de la majorité hutue Pierre Nkurunziza – .  Il serait intéressant que M. Esdras Ndikumana connaisse  les clans des ancêtres de M. Bernard Busokoza  et  ceux  de  S.E. NKURUNZIZA Pierre avant d’écrire des choses comme çà ! Car les anciens se retournent dans leur tombe. Et puis, M Esdras doit savoir que le Burundi a retrouvé son indépendance depuis 1962. C’est à dire que le pays a retrouvé l’authenticité de son Histoire “.

Le vieux Kawanda continue et fait un détour surprenant sur la question des terres qui turlupine l’UPRONA :”Sur la question des biens volés  -les terres- , les leaders HIMA de l’UPRONA (ex- parti unique sous la DICTATURE ) s’opposent au travail de la Commission Nationale Terres et autres Biens (CNTB). Pour cause, ces BA-HIMA- pour s’adjuger le titre social rundi – TUTSI – des notables Barundi, ils ont du voler leurs biens ( comme actuellement en RDC Congo avec  le phénomène -BANYAMULENGE -),  et aujourd’hui, la CNTB leur demande de rendre les biens volés aux Barundi. Plus horrible encore,  les BAHIMA  demandent que si ils rendent les biens volés, que l’Etat leur donne un dédommagement… Hi Hi HiHi !  Cela me fait rire ! Vraiment !”.

 THE CIVIL WAR IN RWANDA ( source :  LORPRESSE/CORBIS SYGMA July 11, 1994 )


THE CIVIL WAR IN RWANDA ( source :
LORPRESSE/CORBIS SYGMA July 11, 1994 )

M. Kawanda termine:”Les BAHIMA burundais  ont fait leur premier pas en devenant – TUTSI – de seconde zone  en 1930 avec la réforme administrative des colons belges francophones ( venus au Burundi sous amendement de la Société des Nations – Ancêtre de l’ONU ). Ce qui fut  un sacrilège pour le Royaume du Burundi d’antan !  A partir de 1930, une carte d’identité ethnique a vu le jour.  Les vrais  BATUTSI Barundi (  notables faisant parti du groupe dont la paternité était majoritairement originaire des clans  des Bahanza, des Bajiji, et des Bashubi dont les Baganwa ) se sont retrouvés  BAHUTU  pour la plupart (mot -assez péjoratif-  signifiant une certaine servitude ). Les BATUTSI Barundi se sont retrouvés du jour au lendemain subalterne des gens à qui autrefois ils ordonnaient !  Ainsi après cette réforme des Belges et ces cartes d’identité ethnique, les BAHIMA burundais devenus – BATUTSI sur papier –   vont tout faire pour tenter de devenir de  -vrais BATUTSI Barundi propriétaire terrien- (les intrigues commencent).  Certains vont même voler les identités des BATUTSI Barundi morts aux combats et tenter de se faire passer pour eux. Mais en vain ! Car la question des terres au Burundi est une chose avec laquelle on ne rigole pas. Elle  est sacrée. C’est une véritable Mémoire vivante !  Car  notre Histoire, celle  des Barundi, se lit à travers la Terre (ou terrain) dont on hérite. La Terre au Burundi est le lien sacré qui lie les générations passées, aux générations du moment, pour permettre d’arriver aux générations futurs.  
Les BAHIMA burundais vont réaliser,  sous la DICTATURE, le Génocide de Millions de Barundi, que l’on connaît,  pour espérer  acquérir les Terres des Barundi. Pendant près de 40 ans de régime, les BAHIMA pensaient avoir réussi mais apparemment ils ont raté !  Après avoir tué Feu Melchior NDADAYE, les enfants du Royaume ont pris les armes, aidés dans leurs prières  par leurs ancêtres ( dont nombreux, heureusement, n’ont pas été enterrés correctement). Bref, l’Amour retrouvé très brièvement de leur Terre en 1993  a été le moteur décisif de leur motivation pour gagner la guerre civile face aux BAHIMA burundais  et non aux BA-TUTSI.  Hi Hi HiHi  !  Les BARUNDI ont réussi à  reprendre leur Pays en main.  Et désormais la machine, qui pendant plusieurs millénaires a drainé – les BARUNDI-, est de nouveau en marche … L’Histoire continue”.

DAM, NY, AGNEWS, le 7 février 2014

Facebook Comments