Burundi: A/C Génocide ou l’Extrême droite Hima Burundaise réapparaît

Share Button

Samedi dernier, à Bujumbura et à Ngozi, l’Association A/C Génocide, mouvement de l’extrême droite Hima burundaise,  a commémoré ce qu’elle appelle le 20ème anniversaire de la crise de 1993 au Burundi.

Le 21 octobre 1993, des militaires hima de l’armée burundaise  tuent le Président du Burundi, Feu S.E. Melchior NDADAYE, et mettent en place un Comité de Salut Public pour gérer la crise politique  suite à leur Coup d’Etat.  S’en suit alors une peur indescriptible au sein de la population burundaise qui pensent dès lors qu’il s’agissait d’une récidive du Génocide – Régicide (commis par les Bahima burundais) qui depuis 1961 à 1991 avait fait plus de 2,5 Millions de victimes Bahutu Barundi.
Dès lors, nombreux parmi la population Barundi prirent la route de l’exil, afin d”échapper à la furie du retour de la Dictature Militaire des Bahima (Micombero, Bagaza, Buyoya). Mais d’autres décidèrent de résister …  Pour l’organisation d’extrême droite Hima burundaise, AC Génocide, les résistants Barundi sont considérés comme des -génocidaires- ou des -terroristes-.
AC Génocide est une organisation de la société civile burundaise qui a été crée par des membres de l’UPRONA ex-Parti unique (Micombero, BUYOYA) et  du PARENA (du Dictateur Bagaza) pour surfer sur le Génocide des Tutsi du Rwanda.  AC Génocide, organisation d’extrême droite Hima, repose son argumentaire sur “le thème du Génocide des TUTSI” au Burundi.
Depuis 2005, les Barundi (victorieux de la guerre civile burundaise), qu’AC Génocide appelle -Terroristes Génocidaires – sont  au pouvoir. A l’approche, de la mise en place de la Commission nationale Vérité Réconciliation (CnVR), AC Génocide réapparait espérant faire oublier le Génocide-Régicide du Burundi commis par les Bahima burundais qui en 4 décennies a fait plus de 4,5 Millions de victimes parmi les Bahutu Barundi.

AC Genocide a organisé une compétition de basketball entre différentes équipes de basketball, ainsi qu’une compétition de rally à Ngozi.

L’extrême Droite Hima burundaise s’est rendu coupable : pendant le génocide de 1972 et  pendant la guerre civile burundaise où elle a mobilisé la jeunesse Hima burundaise derrière l’appareil de l’Etat dictatorial militaire Hima pour assassiner des Barundi ;  – elle a aidé dans l’organisation des Camps de concentration ;  – elle a participé massivement à la rafle des Barundi qui fuyaient en 1996 -les Camps de Réfugiés en RDC Congo- ; et elle se rend encore jusqu’aujourd’hui coupable de révisionisme.

DAM, NY, AGNEWS, le 29 octobre 2013

Facebook Comments