Burundi: 23 ans après la Charte de l’Unité des Burundais …

Share Button
La fête du 23 anniversaire de  l’Unité Nationale.  ( Photo: PPDBI.COM )

La fête du 23 anniversaire de l’Unité Nationale. ( Photo: PPDBI.COM )

Au Burundi, ce mercredi 05 février 2014, les hautes autorités du pays ont commémoré le 23ème anniversaire de l’adoption de la Charte de l’Unité Nationale. Tous étaient mobilisées :
le très populaire président africain du Burundi, S.E. Pierre NKURUNZIZA, était  à RUSHUBI en Province de Bujumbura ;
– le Président de l’Assemblée nationale, l’Honorable Pie NTAVYOHANYUMA était au Monument de l’unité nationale en Mairie de Bujumbura; – le Président du Sénat, l’Hon. Gabriel NTISEZERANA, en Province de Bubanza dans la commune Mpanda;
– et le vice président du Burundi, l’Honorable Gervais RUFYIKIRI, se trouvait en Province de KARUZI.

S.E. Pierre NKURUNZIZA a répété aux citoyens burundais venus célébrer l’unité des Burundais que  l’Unité Nationale est  devenue un socle véritable de la paix et du développement. ( L’entièreté de son discours du Chef d’Etat : COMMÉMORATION DE L’ADOPTION DE LA CHARTE DE L’UNITE NATIONALE  )

La fête du 23 anniversaire de  l’Unité Nationale.  Photo (igihe.bi)

La fête du 23 anniversaire de l’Unité Nationale. Photo (igihe.bi)

Photo du Génocide de Ntega Marangara au Burundi en 1988 ( Voir collection photo : http://ntega-marangara.populus.org/pix/5 )

Photo du Génocide de Ntega Marangara au Burundi en 1988 ( Voir collection photo : http://ntega-marangara.populus.org/pix/5 )

La Charte de l’Unité Nationale  a été signé le 05 février 1991 en pleine dictature militaire des Bahima burundais. Le Président BUYOYA Pierre venait de commettre un génocide, une fois de plus,  auprès des Barundi lors des événements de NTEGA MARANGARA ( août 1988).  Près de 100 000 Barundi avaient victimes de la bêtise humaine. Pour se dédouaner, alors qu’une pression internationale s’exerçaient à son encontre, le Dictateur Pierre BUYOYA (à l’instar de tous les autres dictateurs africains du monde francophone de cette époque ) décide de se lancer dans le processus de Démocratisation souhaité par Feu S.E. François Mitterrand, Président de la France,  après son discours historique à la Baule.  La Charte de l’Unité Nationale sera la 1ère étape vers la Démocratie au Burundi. Les Bahima burundais s’étaient convenus, après avoir commis un Génocide – Régicide,  de sceller la paix avec les enfants de l’ancien Royaume millénaire du Burundi – Ingoma Y’Uburundi – : les Barundi. La seconde étape sera de mettre en place une Constitution : La fameuse Constitution de 1992.
Malheureusement, en 1993, après l’élection du 1er Président démocratiquement élu, Feu Melchior NDADAYE, un enfant du Royaume du Burundi,  les Bahima burundais ne respecteront pas le verdict des urnes. Ainsi la Constitution de 1992 et le fameux serment de la Charte de l’Unité Nationale tomberont à l’eauLes Bahima burundais ne respecteront pas leurs paroles et  tueront le Président. C’est le début de la Guerre Civile du Burundi (1993 – 2003). Les Barundi, luttant pour le retour des institutions démocratiques, finiront par l’emporter. Depuis 2005 à nos jours (Février 2014), la Démocratie,  perdu en octobre 1993, est de retour.

La fête du 23 anniversaire de  l’Unité Nationale.  Photo (igihe.bi)

La fête du 23 anniversaire de l’Unité Nationale. Photo (igihe.bi)

Cette année 2014, la fête de l’Unité Nationale a pris son sens car l’UPRONA, ex-parti unique, est sortie du gouvernement. C’est la joie retrouvée dans les cœurs des Barundi.  L’Uprona représente plus de 40 ans d’une des dictature qui aura été parmi les meurtrières du 20ème siècle dans le monde : La Dictature des Bahima burundais (Micombero, Bagaza, Buyoya). Le Génocide-Régicide du Burundi a fait plus de 4,5 millions de victimes parmi une population qui compte actuellement plus de 9 Millions d’individus.

DAM, NY, AGNEWS, le 6 février 2014

Facebook Comments