Burundi: L’eau, une loi, des actions pour assainir les villes

Share Button

bdi_environnement_2013Le choléra a fait son retour dans certaines cités de Bujumbura. Pour y faire face, le gouvernement du Burundi a pris un certain nombre de mesures. Ces dernières semaines, l’Etat du Burundi s’attaque aux questions d’assainissement des villes et  de gestion des eaux usées  domestiques et industrielles.
Concrètement le gouvernement compte initier une loi portant sur le retraitement des eaux usées en provenance des ménages et des industries;  et en même temps mieux coordonner les acteurs publics intervenant à l’entretien du réseau d’assainissement notamment  des villes burundaises et particulièrement  Bujumbura …

Depuis mardi, à Bujumbura, le  Ministère de l’Eau, de l’Environnement, de l’Aménagement du Territoire et de l’Urbanisme   et   le Ministère de la Santé Publique   se penchent sur les questions d’assainissement des villes et  de la gestion des eaux usées domestiques et industrielles en vue d’initier une loi portant sur le retraitement et la gestion des eaux usées en provenance des ménages et des industries locales … Ensemble, ils tentent de coordonner leurs actions d’interventions dans la politique d’assainissement des eaux de ville et particulièrement Bujumbura

Ils annoncent  qu’un grand projet d’assainissement va être lancer depuis la commune de BUYENZI pour s’étendre dans tous les quartiers Nord de la ville de Bujumbura. Ils rappellent que l’entretien du réseau d’assainissement de la ville de Bujumbura incombe en premier lieu aux Services techniques  municipaux (SETEMU), ensuite à l’administration et à la population. Le prérequis est qu’ il faudra d’abord mettre en place un service municipale efficace au ramassage d’ordures ménagères et autres déchets.
On annonce qu’un document contenant des normes de traitement et  de rejet des eaux usées est en cours d’élaboration. De plus, c’est le Ministre en charge de l’urbanisme, seul, qui délivre les certificats de conformité.
Pour protéger le lac Tanganyika, il faudra interconnecter la station d’épuration de Buterere ( n’opérant en ce moment qu’ 40% de sa capacité maximale chiffrée à 40 mille mètres cubes par jour) aux nouveaux quartiers en construction à Bujumbura pour l’évacuation des eaux usées.

La gestion intelligente des eaux usées aidera à mieux se prémunir contre des maladies -sales- comme le choléra, mais surtout à mieux protéger les eaux du Lac Tanganyika polluées surtout en provenance de la rivière NTAHANGWA et de ses affluents.

DAM, NY, AGNEWS, le 17 mai 2013

Facebook Comments