Burundi: Le Sénat vote un projet de loi sur l’Education

Share Button
Dr Rose Gahiru, Ministre  burundaise de l'enseignement de Base et du Secondaire, au Sénat. ( Photo : PPBDI.COM )

Dr Rose Gahiru, Ministre burundaise de l’enseignement de Base et du Secondaire, au Sénat. ( Photo : PPBDI.COM )

En séance plénière, ce jeudi 22 août 2013, au Sénat à Bujumbura, présidée par le président du Sénat, l’Hon. Gabriel Ntisezerana,  les sénateurs Barundi ont adopté à l’unanimité, un projet de loi portant organisation de l’enseignement de base et secondaire.

La ministre de l’Enseignement de base et secondaire, de l’enseignement des métiers et de la formation professionnel, Dr Rose Gahiru, était l’invité au Sénat du Burundi.

Mme la Ministre, Dr Rose Gahiru, a présenté son projet en analyse au Sénat.  Ce projet de loi sur l’organisation de l’enseignement de base et secondaire  vient réviser le décret-loi n°1/025 du 13 juillet 1989.
Il s’agit d’adapter le système éducatif national burundais aux systèmes éducatifs de la Communauté est-africaine (EAC) et aux recommandations des institutions nationales ayant en charge l’éducation.  Cela comprend aussi : des réformes en rapport avec la gratuité au primaire et les nouvelles langues d’enseignement ; la décentralisation du système éducatif avec  l’introduction des directions communales et provinciales de l’enseignement ; l’éducation préscolaire; l’enseignement fondamental; l’enseignement secondaire; l’enseignement des métiers; la formation professionnelle ;  l’alphabétisation; la création d’un bureau d’évaluation scolaire des acquis des apprentissages et du fonctionnement du système scolaire ; et  l’instauration des principes de bonne gouvernance dans la gestion d’une école.

L’inquiétude des sénateurs était de savoir si l’école fondamentale, qui commence cette année, ne venait pas gonfler le volume du chômage au Burundi. Des nombreuses questions, sur ce sujet, ont été posées…
En fin de séance, le projet a été adopté à l’unanimité.

Depuis 2005, le Burundi est entrain de moderniser tout son système éducatif. La priorité est donnée au développement de l’esprit d’initiative au niveau de l’enseignement national. L’objectif est d’éduquer pour qu’à la sortie, il y ait un job pour la jeunesse burundaise. L’enseignement doit se mettre en relation avec le marché national et régional du travail.

DAM, NY, AGNEWS, le 24 août 2013

Facebook Comments