Burundi: La foudre tue chaque année dans les établissements scolaires

Share Button
Mme Rose Gahiru - la ministre de l’Enseignement de Base et Secondaire, de l’Enseignement des Métiers, de la Formation professionnelle et de l’Alphabétisation. ( Photo: iwacu-burundi.org )

Mme Rose Gahiru – la ministre de l’Enseignement de Base et Secondaire, de l’Enseignement des Métiers, de la Formation professionnelle et de l’Alphabétisation. ( Photo: iwacu-burundi.org )

A Bujumbura, ce jeudi 6 février 2014, de nombreux citoyens Barundi, parmi lesquels des parents d’étudiants morts foudroyés étant en classe soit à l’école ou au Collège, exigent du gouvernement, plus précisément à  Mme Rose Gahiru, ministre de l’Enseignement de Base et Secondaire,  d’obliger, par décret, l’instauration de paratonnerres dans les lieux publics de manière générale et plus particulièrement dans les établissements scolaires public ou privé.  

L’inaction du gouvernement burundais face à la récurrence des victimes due à la foudre qui frappe dans les écoles ou collèges inquiètent beaucoup ces parents. “Un enfant ou un être disparu dans de pareil circonstance, c’est vraiment triste car on aurait pu l’éviter”, explique un parent à notre correspondant AGnews à Bujumbura.

Pour rappel, la foudre a tué  chaque année au Burundi dans les établissements scolaires :
– ce 7 janvier 2014,  7 collégiens de la classe de 7e année du collège de Gasange dans la commune de Nyanza-Lac en province de Makamba ;
– en mars 2013, à Cibitoke, un enseignant de l’école primaire de NYABUGONGO vient d’être foudroyé en pleine classe;
– en  2012, en province de Mwaro, commune de Kayokwe , un élève de 6ème année de l’école primaire Nyamakobero  était  mort foudroyée;
et – en 2011,  en province Karuzi, à l’école primaire de Rwandagano située dans la commune Nyabikere,  13 personnes dont 12 écoliers et une enseignante stagiaire avaient été tuées par la foudre etc.

“Jusqu’ à quand, les autorités burundaises laisseront périr nos écoliers ou les enseignants de la foudre”, demande notre parent interrogé.  Mme la Ministre Rose Gahiru et les Parlementaires Burundais sont interpellés à agir par cette demande de parents anonymes délaissés avec leur souffrance.
DAM, NY, AGNEWS, le 6 février 2014

Facebook Comments