Burundi : 1ère formation de Master en Santé Publique à l'INSP le 29/01/2018 ( Photo : RTNB 2017 )

Burundi : 1ère formation de Master en Santé Publique à l’INSP le 29/01/2018

Share Button
Burundi : 1ère formation de Master en Santé Publique à l'INSP le 29/01/2018 ( Photo : RTNB 2017 )

Burundi : 1ère formation de Master en Santé Publique à l’INSP le 29/01/2018 ( Photo : RTNB 2017 )

EDUCATION, SANTE – Lancement de la 1ère formation de Master en Santé Publique au Burundi le lundi 29 janvier 2018 à l’Institut National de Santé Publique (INSP).

A Bujumbura, ce jeudi 26 octobre 2017, Dr. Kazihise Pierre-Claver, Directeur de l’Institut National de Santé Publique (INSP), a informé, lors d’ une conférence de presse, que la première formation de Master en Santé Publique au Burundi sera lancée le lundi 29 janvier 2018.

Cette formation, destinée aux candidats Médecins avec 3 ans d’expérience et aux Bacheliers/Licenciés en science de la Santé Publique, avec 5 ans d’expérience, sera réalisée en collaboration avec : 1/ l’Ecole Supérieur de Santé Publique de l’Université Libre de Bruxelles ( BELGIQUE) ; 2 et l’Institut Supérieur des Sciences de la Santé de l’Université de Bobo-Dioualasso au Burukina Faso.
Les dates importantes : a) les pré-inscriptions à l’INSP avant le 15 décembre 2017 ; b) le concours d’entrée le vendredi 5 janvier 2018 ; c) les inscriptions des candidats reçus au plus tard le mardi 23 janvier 2018 ; d) et le début des cours le lundi 29 janvier 2018.

Au Burundi, cette formation approfondira les connaissances en santé publique des étudiants titulaires d’un premier diplôme dans 2 principales disciplines : l’épidémiologie et la Gestion des systèmes de Santé.

Dans le Burundi Traditionnel, les médecins on les trouve dans 2 corporations ( corporation = ensemble de métiers ) sur les 4 corporations existantes ( 1ère PRODUCTION = HUTU ; 2ème GESTION = TUTSI ; 3ème SAVOIR = TWA ; et 4ème ETAT = INGOMA ) :
1/ Les médecins de la corporation TUTSI sont les guérisseurs du quotidien. Ces docteurs soignent tous les Barundi dont le MWAMI (le ROI). Ainsi tous les enfants Barundi, ayant l’âge adéquoit, sauf les enfants issus des clans HIMA(1), peuvent choisir de se faire initier, former par la Corporation TUTSI des médecins; 2/ Les médecins CHERCHEURS, issus de la corporation des SAVANTS (TWA), qui eux, ont pour fonction de rechercher toutes les lois de la NATURE expliquant les organismes ( minéral, végétal, animal et humain ). Ce sont ces médecins CHERCHEURS qui forment les médecins TUTSI.
La Corporation des SAVANTS (TWA) est accessible à tous les CLANS Barundi mais aussi à des savants ÉTRANGERS. Mais seulement, parce qu’il s’agit de la CONNAISSANCE des BARUNDI, le droit d’entrée y est stricte. C’est à dire il faut que les futurs candidats soient des adeptes de l’UNIVERSIME (2), dont le postulat est que la VERITE est à trouver dans l’UNIVERS, création d’IMANA ( DIEU). Le raisonnement du candidat à cette corporation de SAVANTS doit utiliser des objets de compréhension vérifiés dans l’UNVERS. En conclusion, le prérequis pour ce candidat est qu’il utilise le même paradigme que les Barundi.
La question est posée à l INSP, avec cette belle initiative concernant la 1ère formation de Master en Santé Publique au Burundi, qu’elle organise : Les connaissances de l’Ecole Supérieur de Santé Publique de l’Université Libre de Bruxelles et l’Institut Supérieur des Sciences de la Santé de l’Université de Bobo-Dioualasso au Burukina Faso s’imprègnent elles avec celles des médecins chercheurs BARUNDI ?

Notes :
(1) Les BARUNDI n’avaient pas CONFIANCES aux HIMA, car ces derniers avaient la prétention d’instaurer leur Royaume (INGOMA YA RUHINDA ), au Burundi, notamment au 15ème siècle avec la GUERRE OPPOSANT NTARE RUTSHASI ( monarque des BARUNDI ) A RUHINDA (un monarque HIMA ). La victoire de NTARE RUTSHATSI a fait que les HIMA, depuis, ne pouvaient pas et ne peuvent pas être TUTSI chez les BARUNDI. Au 18ème siècle, NTARE IV RUGAMBA alias Rubogora fera l’erreur de transgresser cette LOI de l’alliance BAGANWA, avec la famille du HIMA MPERE ( Feu Mpere, un HIMA du Bugufi ou Buhagaza, qui était un brave homme, obéissant au MWAMI ). SEBWA, Chef d’état major des armées Barundi de Ntare IV, fils de Runyota (un Muhanuzi du clan des Bajiji), frère de Ndwano, mènera une expédition punitive contre BARAMBA (fils de Mpere, ) près des chutes de la Kagera. Car Baramba voulait construire un tambour (INGOMA) – kirimutima ou kitutsi – sur ce territoire des BARUNDI et avait proclamé son territoire indépendant. Baramba sera foudroyer. Par la suite les 3 fils de Baramba iront se réfugier au Rwanda. Cette famille HIMA sera exterminée… Ainsi, entre 1965-66 à 2005, la FRANCE installa les HIMA au pouvoir au Burundi ce qui provoquera le GENOCIDE REGICIDE [ http://burundi-agnews.org/genocide.htm ]. A partir de 2005 à nos jours, ce sont les BARUNDI qui ont repris le pouvoir des mains des HIMA au Burundi après une GUERRE DE 10 ANS ( 1993-2003 ), avec une dernière tentative ratée de retour des HIMA au pouvoir le mercredi 13 mai 2015 par coup d’Etat militaire, aidés par les USA (OBAMA – SOROS ), la FRANCE, et la BELGIQUE. On comprend dès lors pourquoi chez les anciens BARUNDI, pour être TUTSI, exigeaient la CONFIANCE.
(2) La Philosophie africaine, MBOG BASSONG.

DAM, NY, AGNEWS, http://burundi-agnews.org, le vendredi 27 octobre 2017

Facebook Comments