Burundi : TDC à Cibitoke - Extension du marché de Buganda ( Photo : Olivier Mukunzi 2017 )

Burundi : Une croissance économique de 3,9% en 2018

Share Button
Burundi : TDC à Bujumbura - Construction de l'ECOFO de Gasenyi à Mutimbuzi ( Photo : Presidence.bi 2017 )

Burundi : TDC à Bujumbura – Construction de l’ECOFO de Gasenyi à Mutimbuzi ( Photo : Presidence.bi 2017 )

ÉCONOMIE – Vers une croissance économique tendant vers les 4 % en 2018

A Bujumbura, mercredi 25 octobre 2017, M. NZOBONARIBA Philippe, Secrétaire Général et Porte Parole du gouvernement du Burundi, a annoncé, au travers d’un communiqué sanctionnant le Conseil des Ministres du mardi 24 octobre 2017, qu’à la fin de 2017, la croissance économique du Burundi se situera aux alentours de 3,5% et atteindra en 2018 près de 3,9%.

Burundi : TDC à Gitega - Inauguration d'une Ecole Fondamentale ECOFO à Bugendana ( Photo :

Burundi : TDC à Gitega – Inauguration d’une Ecole Fondamentale ECOFO à Bugendana ( Photo : Presidence 2017 )

Au Burundi, le Gouvernement est entrain de préparer le projet de budget de l’Exercice 2018 dans un contexte économique marquée par une reprise modérée de l’économie.

L’Esclavage et la Colonisation, ce dernier particulièrement pour le Burundi, ont brisé l’organisation traditionnelle socio-économique des pays africains. En Afrique, avant le 15ème siècle, il n’y avait pas de chômage ! L’Africain est communautaire et non individuel. Au Burundi par exemple, autrefois, lorsque l’on était jeune chez les Barundi, comme chez d’autres peuples Africains de manière générale, entre 14 et 21 ans ( peut être même avant ), on intégrait une des 4 corporations socio-économiques. Ces CORPORATIONS étaient à la fois – l’ECOLE d’aujourd’hui- mais aussi – l’EMPLOI ou le METIER – . Voici ces 4 corporations : 1/ une CORPORATION DE PRODUCTION , appelée HUTU chez les Barundi : reprenant tous les métiers qui produisent pour le ROYAUME (l’ETAT), soit( agriculteurs, éleveurs, chasseurs, commerçants, entrepreneurs, pécheurs, et artisans [ forgerons, tisserans, potiers, orfèvres etc.] ) ; 2/ une CORPORATION DE GESTION, appelée TUTSI chez les Barundi : regroupant les professions de CONFIANCE [1] liées au ROYAUME : guerriers, prêtres, médecins, savants, notables [ – comptable, conseiller du ROI, etc ] , grosso-modo la classe des FONCTIONNAIRES DE L’ETAT actuel ; 3/ une CORPORATION de SCIENCE, appelée entre autre TWA chez les Barundi : regroupant les chercheurs et spécialistes s’intéressant à mieux connaître l’UNIVERS et la NATURE ; et 4/ une CORPORATION DE L’ETAT, appelée INGOMA chez les BARUNDI, c’est le noyaux comme le SOLEIL, dans notre système solaire, où règne le MWAMI – le Roi : regroupant les conservateurs et protecteurs de l’ALLIANCE entre les chefs de clans, aujourd’hui similaire à ce que l’on appelle LA CONSTITUTION.

Ainsi M. NZOBONARIBA, lors qu’il parle de CROISSANCE POSITIVE en 2017 à 3,5%, c’est à dire que l’ECONOMIE burundaise va mieux : les HUTU produisent BIEN ; les TUTSI gèrent BIEN ; et les CHERCHEURS ( les SAVANTS, les SCIENTIFIQUES, notamment  TWA ) affinent BIEN leur connaissance du SYSTÈME. Tout cela permettant, en 2017, de renforcer INGOMA qui retourne en ce moment cette ENERGIE POSITIVE ( cette croissance positive ) ou rayons de soleil vers toutes les familles Barundi ( IMIRYANGO  ou clans ). En 2018, la croissance tendra vers 4%.

Notes :

[1] Les BARUNDI n’avaient pas CONFIANCES aux HIMA, car ces derniers avaient la prétention d’instaurer leur Royaume (INGOMA YA RUHINDA ), au Burundi, notamment au 15ème siècle avec la GUERRE OPPOSANT NTARE RUTSHASI ( monarque des BARUNDI ) A RUHINDA (un monarque HIMA ). La victoire de NTARE RUTSHATSI a fait que les HIMA, depuis, ne pouvaient pas et ne peuvent pas être TUTSI chez les BARUNDI. Au 18ème siècle, NTARE IV RUGAMBA alias Rubogora fera l’erreur de transgresser cette LOI de l’alliance BAGANWA, avec la famille du HIMA MPERE ( Feu Mpere, un HIMA du Bugufi ou Buhagaza, qui était un brave homme, obéissant au MWAMI ). SEBWA, Chef d’état major des armées Barundi de Ntare IV, fils de Runyota (un Muhanuzi du clan des Bajiji), frère de Ndwano, mènera une expédition punitive contre BARAMBA (fils de Mpere, ) près des chutes de la Kagera. Car Baramba voulait construire un tambour (INGOMA) – kirimutima ou kitutsi – sur ce territoire des BARUNDI et avait proclamé son territoire indépendant. Baramba sera foudroyé. Par la suite les 3 fils de Baramba iront se réfugier au Rwanda. Cette famille HIMA sera exterminée… Ainsi, entre 1965-66 à 2005, la FRANCE installa les HIMA au pouvoir au Burundi ce qui provoquera le GENOCIDE REGICIDE [ http://burundi-agnews.org/genocide.htm ]. A partir de 2005 à nos jours, ce sont les BARUNDI qui ont repris le pouvoir des mains des HIMA au Burundi après une GUERRE DE 10 ANS ( 1993-2003 ), avec une dernière tentative ratée de retour des HIMA au pouvoir le mercredi 13 mai 2015 par coup d’Etat militaire, aidés par les USA (OBAMA – SOROS ), la FRANCE, et la BELGIQUE. On comprend dès lors pourquoi chez les anciens BARUNDI, pour être TUTSI, ils exigeaient la CONFIANCE.

DAM, NY, AGNEWS, http://burundi-agnews.org, le mardi 31 octobre 2017

Facebook Comments