Burundi: Mme Angèle ou une Brigade Anti-Corruption en action

Share Button
Madame Angèle BARUMPOZAKO.,  Commissaire Générale de la Brigade Spéciale Anti-Corruption (BSAC) au Burundi

Madame Angèle BARUMPOZAKO., Commissaire Générale de la Brigade Spéciale Anti-Corruption (BSAC) au Burundi                         Photo  ppbdi.com

En ce mois de novembre, la Brigade Spéciale Anti-Corruption (BSAC) est sur le terrain … Grâce à elle, en 2 heures de temps , Mme Angèle BARUMPOZAKO,  Commissaire générale de la BSAC , vient de renflouer les caisses de l’Etat  de  1 915 000 BIF ( soit 1302 USD ) d’amendes collectées sur le traffic routier. 

La BSAC organise en ce moment des descentes sur terrain pour traquer la corruption aux abords du trafic routier. Elle souhaite attraper aussi bien les policiers véreux que les transporteurs corrupteurs.

Grâce à des sources policières, et avec l’aide d’officiers de police compétents, la BSAC est entrain d’appréhender la corruption sur les routes menant de la capitale vers l’intérieur du pays .
Selon la commissaire générale de cette Brigade Spéciale Anti-Corruption, Mme Angèle Barumpozako, des officiers de la Brigade anti-corruption ont opéré une descente sur les axes principaux menant à l’intérieur et ont constaté que de nombreuses fois ce sont les transporteurs qui corrompent la police de roulage à cause de documents réglémentaires non en règles.
Une opération surprise, réalisées par la BSAC, en 2 heures de temps, a permis de renflouer la caisse de l’Etat de 1 915 000 BIF  ( soit 1302 USD ) . Il s’agissait d’amendes perçus des transporteurs non en règles.
La BSAC au Burundi a mis en place un numéro vert ( Télephone : 22 27 54 54 ) qui permet à tout citoyen en cas de constat d’un acte de corruption d’appeler en toute discretion les agents anti-corruption.

La BSAC a été mise en place en 2006 par le gouvernement Nkurunziza, nom du très populaire président africain du Burundi. Aujourd’hui, la BSAC commence à porter ses fruits… La corruption est entrain de diminuer au Burundi, grâce aux efforts politiques notamment à S.E. Gervais Rufyikiri, vice président du Burundi en charge de l’économie burundaise, qui a fait de la lutte anti-corruption une de ses priorités.

DAM, NY, AGNEWS, le 13 novembre 2012

Facebook Comments