M. Bagorikunda Sévérin, Secrétaire permanent au ministère burundais de l’Agriculture et de l’Elevage ( Photo : ABP 2017 )

Burundi : L’Institut International de l’Agriculture Tropicale a 50 ans

Share Button
M. Bagorikunda Sévérin, Secrétaire permanent au ministère burundais de l’Agriculture et de l’Elevage ( Photo : ABP 2017 )

M. Bagorikunda Sévérin, Secrétaire permanent au ministère burundais de l’Agriculture et de l’Elevage ( Photo : ABP 2017 )

ECONOMIE, AGRICULTURE – 50 ans d’existence de l’Institut international de l’agriculture tropicale (IITA).

A Bujumbura, jeudi 21 septembre 2017, M. Bagorikunda Sévérin, Secrétaire permanent au ministère burundais de l’Agriculture et de l’Elevage , a représente l’Etat aux cérémonies des 50 ans d’existence de l’Institut international de l’agriculture tropicale (IITA), dont le thème était :« IITA : cinquante ans d’amélioration de la santé, sécurité alimentaire et le niveau de vie des agriculteurs propriétaires de petites exploitations agricoles en Afrique subsaharienne”.

L’IITA est le principal partenaire de la recherche agricole au Burundi depuis 1994, en collaboration l’Institut des Sciences Agronomiques du Burundi (ISABU).

Le Burundi, au niveau agricol, vient de mettre en place le Plan National d’Investissement Agricole (PNIA ), qui, sur 3 ans ( de 2017 à 2020 ), s’est donné pour ambition d’améliorer la sécurité alimentaire et l’état nutritionnel des Burundais en augmentant les revenus des ménages à travers le développement durable, la transformation et la commercialisation des produits et le renforcement des capacités des acteurs privés et publics du secteur agricole. La réalisation du PNIA n’est possible qu’en partenariat avec l’ IITA et l’ISABU, et bien entendu des HUTU BARUNDI.

Au Burundi, vieux Royaume millénaire africain, autrefois, les BARUNDI disposaient, comme les peuples des autres pays africains d’un tissu socio-économique particulier, organisé en 4 corporations ( cfr. 4 extrémités de la constellation de la Croix du Sud, visible seulement dans le ciel austral ). Les BARUNDI avaient nommé ces 4 corporations : 1/ HUTU : Celle de ceux qui produisent pour l’Etat ( le Royaume ) c’est à dire : les agriculteurs, les éleveurs, les chasseurs,  les pécheurs, les artisans, et les commerçants ; 2/ TUTSI : les gestionnaires de l’Etat, c’est à dire : les conseillers, les guerriers , les prêtres, en gros les fonctionnaires du Royaume ; 3/ TWA : les scientifiques ou les savants ( ceux qui s’intéresse à l’Univers , la nature ) ; et 4/ L’Etat ou le Royaume : l’institution qui gère le Mwami ou Roi, les princes, la Constitution du Royaume. Depuis la colonisation, notamment en 1929, avec la – 1ère réforme administratif belge, ce système socioéconomique ancien des Barundi a été totalement détruit. Ainsi, au Burundi, l’AGRICUTURE et les AGRICULTEURS faisaient partis de la corporation HUTU des BARUNDI. On ne peut donc améliorer l’AGRICULTURE au Burundi sans l’aide des HUTU Barundi.

DAM, NY, AGNEWS, http://burundi-agnews.org, le mardi 26 septembre 2017

Facebook Comments