M. Tharcisse Niyongabo, gouverneur de la province Bubanza ( photo : GOV.BI )

Burundi : L’ETAT veut augmenter sa production agricole à Bubanza

M. Tharcisse Niyongabo, gouverneur de la province Bubanza ( photo : GOV.BI )

M. Tharcisse Niyongabo, gouverneur de la province Bubanza ( photo : GOV.BI )

ECONOMIE, AGRICULTURE – A Bubanza, l’ETAT souhaite des cultures vivrières au lieu des eucalyptus sur les plus de 70 hectares cultivables aux alentours des marais de Musigati, Rugazi, et Mpanda.

A Bubanza, au Nord-Ouest du Burundi, communes Musigati et Rugazi, mardi 5 décembre 2017, M. Niyongabo Tharcisse, gouverneur de la province Bubanza, et M. Ndayikeza Willy, directeur de la Direction Provincial de l’Agriculture et de l’Elevage ( DPAE) à Bubanza , ont demandé aux citoyens agriculteurs de ces localités de cultiver des cultures vivrières ( au lieu de planter des eucalyptus ) dans les marais, des arbres fruitiers et autres qui ne sont pas nuisibles à ces cultures.

Selon ces autorités, plus de 70 hectares aux alentours des marais sont des superficies cultivables dans cette localité de Bubanza.

Au Burundi, l’ETAT voudrait augmenter la production agricole nationale. A Bubanza, 180 kilomètres de courbes de niveaux sont déjà aménagés et 3 canaux d’irrigation pouvant irriguer plus de 110 hectares sont déjà prêts en communes Rugazi et Mpanda.
Une partie importante de l’Economie Burundaise est basée sur le Primaire : L’agriculture. La population burundaise vit en milieu rural à plus de 80% et ses ressources essentielles proviennent de l’Agriculture. Les Barundi sont à plus de 80% des AGRICULTEURS. Le début de l’Agriculture en Afrique est estimé à au moins 30.000 av. notre ère.

Comprendre la Société des Barundi ( Patchwork : AGNEWS 2017 )

Comprendre la Société des Barundi ( Patchwork : AGNEWS 2017 )

Les agriculteurs Barundi font partis de la CORPORATION DE PRODUCTION DES BARUNDI- HUTU -, qui produit la richesse ECONOMIQUE de l’ETAT DES BARUNDI ( INGOMA Y’ABARUNDI – INGOMA Y’UBURUNDI ), tout comme : les éleveurs, les chasseurs, les commerçants, les entrepreneurs, les pécheurs, et les artisans [ forgerons, tisserands, potiers, orfèvres, sculpteurs, stylistes etc.] Aujourd’hui, les HUTU du Burundi, surtout les AGRIGULTEURS, demandent à l’ETAT , de mettre en place UN IMPOT SUR LE CAPITAL MOBILIER CONCERNANT LES TRANSACTIONS BOURSIÈRES [ http://burundi-agnews.org/sports-and-games/burundi-lobr-et-la-tra-alors-les-transactions-boursieres/ ], aidant ainsi a récupérer une partie du FRUIT DE LEUR TRAVAIL qui est vendu aux BOURSES ETRANGERES entre 100% et 1000% du prix initial d’achat au BURUNDI. Il s’agit d’une situation INJUSTE pour la SOLIDARITE NATIONALE, dont pour l’ETAT et les HUTU BARUNDI.

DAM, NY, AGNEWS, http://burundi-agnews.org/, le vendredi 8 décembre 2017

Facebook Comments