Burundi : Le Français AGS Archivage débute ses activités au Burundi ( Photo : ABP )

Burundi : Le Français AGS Archivage débute ses activités

Share Button
Burundi : Le Français AGS Archivage débute ses activités au Burundi ( Photo : ABP )

Burundi : Le Français AGS Archivage débute ses activités au Burundi ( Photo : ABP )

ECONOMIE, INFORMATION,  SECURITE – AGS Archivage débute son activité au Burundi dans le secteur des solutions personnalisées en archivage physique et numériques.

A Bujumbura, mercredi 4 octobre 2017, M. Samuel Mergui, directeur général d’une entreprise française, AGS Archivage, a informé que sa société allait assurer au Burundi des solutions personnalisées en archivage physique et numériques.

Rappelant que AGS Archivage, c’est : 1/ 1 site d’une surface de plus de 1000 m2, équipée d’une salle de numérisation et d’une équipe d’expert en gestion et conservation d’archives ; 2/ 30 ans d’expérience en gestion documentaire ; 3/ plus de 800 employés dans le monde ; 4/ et 4000 clients à travers le monde, implanté dans les 54 pays d’Afrique et présente sur 4 continents.

Au Burundi, les Barundi pensent qu’AGS Archivage sera très bien dans l’archivage physique et numérique pour des entreprises privés. Concernant, l’ETAT, étant donné l’Histoire des relations entre la FRANCE et le BURUNDI (et l’AFRIQUE ), donc les périodes sombres qu’ont été l’ESCLAVAGE, la COLONISATION, et le NÉOCOLONIALISME actuel ( GUERRE HUMANITAIRE, REVOLUTION COLORE etc ), la corporation des gestionnaires Barundi – TUTSI – pense que ce n”est pas une chose sécurisante de mettre toute l’information du pays ( L’ETAT = Corporation d’INGOMA ), à disposition d’une entreprise étrangère.  La corporation des SAVANTS CHERCHEURS BARUNDI (TWA) est interpellée pour qu’elle trouve une solution locale à cette problématique technologique contemporaine et qu’elle mette en route une formation destinée aux membres des corporations TUTSI et HUTU Barundi ,notamment les entrepreneurs locaux Barundi.

DAM, NY, AGNEWS, http://burundi-agnews.org, le vendredi 3 novembre 2017

Facebook Comments