M. Jacques BIGIRIMANA, Président du FNL, se dit très menacé ( Photo : RTNB 2016 )

L’opposition du Burundi informe l’EAC sur l’image négative du pays

Share Button
M. Jacques BIGIRIMANA, Président du FNL, se dit très menacé ( Photo : RTNB 2016 )

M. Jacques BIGIRIMANA, Président de l’opposition extraparlementaire du Burundi ( Photo : RTNB 2016 )

POLITIQUE – L’opposition extraparlementaire du Burundi informe l’ East African Community EAC et  réfute l’image négative véhiculée actuellement par une certaine opposition radicale burundaise, agents EXOGÈNES de l’impérialisme occidental.

A Bujumbura, ce lundi 24 avril 2017, M. BIGIRIMANA Jacques, président de l’opposition extraparlementaire du Burundi, a écrit une correspondance adressé au Président de la République Unie de Tanzanie et Président en exercices de l’ East African Community EAC , lui  demandant de soutenir Mze  Mkapa Benjamin, facilitateur au dialogue inter burundais, dans ses efforts de résolution du conflit burundais.

Voici la correspondance :  http://burundi-agnews.org/wp-content/uploads/2017/04/bdi_burundi_opposition_2017.pdf

M. BIGIRIMANA s’indigne de l’attitude irresponsable de certains leaders de l’opposition radicale, hébergés à l’étranger, qui, plaident pour des sanctions contres leurs compatriotes restés au pays. Le  président de l’opposition extraparlementaire au Burundi, prend à témoins, les représentants des missions diplomatiques accrédités à Bujumbura, pour confirmer que  – le Burundi est un pays en paix contrairement aux dires de cette opposition radicale, vivant à l’étranger. De plus, contrairement aux dires des médias américains, français, belges, et rwandais ( pays organisateurs de la révolution colorée de 2015 au Burundi ), beaucoup de réfugiés sont de retour au Burundi. Et d’autres sont sur le point de rentrer, exceptés ceux qui sont retenus ou manipulés politiquement.

Cette opposition politique extra parlementaire du Burundi  demande :
1/ aux politiques et à d’autres personnes qui ne se reprochent de rien de regagner le bercail ;
2/ aux chefs d’Etats de l’EAC de réfuter les messages de cette opposition radicale qui s’est signalée dans sa tentative manquée de renverser les institutions burundaises le mercredi 13 mai 2015;
3/ au président en exercice de l’EAC d’empêcher que ces radicaux ne déstabilisent le Burundi à partir l’EAC;
et 4/ au président en exercice de l’EAC de prendre des mesures de nature à renforcer la concertation entre les Etats membres de l’EAC, pour la résolution pacifique de leurs problèmes et aider le Burundi et le Rwanda à s’asseoir ensemble afin de résoudre le conflit qui les oppose pour le moment et faire cesser les provocations du Rwanda.

Au Burundi, le dialogue inter burundais EXTERNE, mis dans les mains de MZE MUSEVENI PRESIDENT DE L’OUGANDA,  a été lancé dès mai 2015 une fois que le PUTSCH MILITAIRE ait été raté par les USA d’OBAMA, la FRANCE, la BELGIQUE, et le RWANDA, soutenant le RESEAU DE L’ANCIEN DICTATEUR HIMA BURUNDAIS BUYOYA PIERRE. L’idée pour ces désormais ennemis des BARUNDI était, à travers ce dialogue inter burundais EXTERNE, de ramener TOUT LE RESEAU du dictateur HIMA BURUNDAIS BUYOYA PIERRE, à nouveau dans les institutions burundaises afin de retenter plus tard à nouveau un COUP D’ETAT MILITAIRE  pour changer de REGIME, à cause d’enjeux GÉOSTRATÉGIQUES opposant les OCCIDENTAUX et la CHINE.

DAM, NY, AGNEWS, http://burundi-agnews.org, le mercredi 26 avril 2017

Facebook Comments