Burundi / Présidentielle 2015 : Un rapport d’observation EAC précipité, imprécis et faux

Share Button

EAC-Election-Observer-Mission-to-Burundi-Presidential-Election-2015_Preliminary-Statement_pg7A Bujumbura, ce jeudi 23 juillet 2015, 25 observateurs de l’East African Community EAC ont donné leur impression sur le scrutin présidentielle 2015.  Ces 25 observateurs de l’EAC ont couvert 80 bureaux de votes répartis dans 11 provinces sur 18 que comptent le Burundi.  0r la Présidentielle 2015, ce sont un bon millier d’observateurs locaux et étrangers qui étaient éparpillés de manière disparates à travers tout le pays ( 18 provinces ) dans    11493 bureaux de vote.EAC-Election-Observer-Mission-to-Burundi-Presidential-Election-2015_Preliminary-Statement_pg7

Pour ces 25 observateurs EAC [ http://allafrica.com/stories/201507211145.html ], majoritairement arrivés le week-end précédent l’élection ( le vendredi 17 juillet 2015 ) et déployés le lundi 20 juillet 2015 à travers le pays, le processus électoral n’a pas atteint – les standards pour la tenue d’élections libres, justes, pacifiques, transparentes et crédibles – .

Voici leur rapport : Preliminary Statement by the EAC Election Observer Mission to Burundi Presidential Election 2015 [ http://burundi-agnews.org/wp-content/uploads/2015/07/preliminary-statement-by-the-eac-election-observer-mission-to-burundi-presidential-election-2015.pdf ]

Leur argumentaire repose sur l’environnement du scrutin, notamment l’échec des dialogues successifs, l’absence de consensus politique, la détérioration de la situation sécuritaire, l’afflux de réfugiés, le retrait de l’Église catholique de la commission électorale, le retrait de certains candidats de l’élection présidentielle et la fermeture des radios privées.

Concernant la critique de l’environnement de ce rapport de Mission EAC réalisé par ces 25 observateurs …  Le problème de leur argumentaire est qu’il ne repose pas sur des faits concrets concernant l’élection du mardi 21 juillet 2015. Il rapporte des commentaires rendus par la presse internationale ( French Media Network  AFP / RFI / FRANCE 24  et  Samantha Power US Connection  VOA,BBC,REUTERS  ) avant leur arrivée au Burundi, au lieu d’aller à la source pour les vérifier.

Le rapport parle d’-“échec des dialogues successifs, l’absence de consensus politique” – …
Les dialogues politiques ne se font pas pendant l’élection. Pendant l’élection, c’est la campagne électorale. Normalement, elles se font avant. Depuis 2013 jusqu’en janvier 2015, le Burundi et les Nations Unis ont organisé plusieurs dialogues inter-burundais, avec des carnets de routes et l’adoption de principes au niveau du comportement pendant les élections 2015.  Par ailleurs, en témoigne le nombre de partis politiques et de coalition qui ont participé à cette élection. Des candidats à la Présidentielle se sont retirés à 4 jours du scrutin. C’est leur choix personnelle mais qui n’incombe ni à la Commission Electorale Nationale Indépendante CENI ni à l’Etat du Burundi.  Globalement pour donner son avis sur la question politique autour de ce scrutin Présidentielle 2015, les 25 observateurs de l’EAC auraient pu  consulter les rapports des administrations locales et provinciaux sur les réunions qu’ont tenu les divers formations politiques à travers le pays. Par exemple, les synthèses de la campagne électorale réalisés par le Ministère de l’Intérieur [ http://burundi-agnews.org/le-politique/politique/?p=18566 ]

Les 25 observateurs évoquent la détérioration de la situation sécuritaire sans être précis car ils étaient déployés sur 11 provinces …  Concernant la sécurité, le rapport du Ministère de la sécurité publique burundais donne des précisions factuelles et relate très bien cette question avec une dimension nationale. L’élection s’est déroulé dans un  bon climat sécuritaire.  [ Burundi / Présidentielle 2015 : Bilan sécuritaire – 2 policiers tués en fonction et 1 corps d’ un civil trouvé juillet 22, 2015  – http://burundi-agnews.org/le-politique/securite/?p=19598 ]. Les observateurs de l’ONU l’ont par ailleurs mentionné. C’est une des réussites de cette élection présidentielle 2015

Les 25 observateurs parlent d’un “afflux de réfugiés” … Les ont-ils vu ces réfugiés qui partaient ? Au contraire, un mouvement de retour des réfugiés étaient observables pendant la période d’arrivée de ces 25 observateurs EAC pour  la Présidentielle.  60.454 Burundais réfugiés sont rentrés  selon Ministère de l’intérieur et il y avait même un retour massif de Fonctionnaires et Agents de l’Etat qui s’étaient exilés  [ http://burundi-agnews.org/le-politique/securite/?p=19426 ou  http://burundi-agnews.org/societe/?p=19431 ou http://burundi-agnews.org/le-politique/politique/?p=19606 ].  La question des réfugiés est liée à des campagnes de Rumeurs Radio et Rumeurs Média qui ont été véhiculés par des média locaux privés burundais et des média internationaux.  Certains média occidentaux ( US et UE ) disent que ces réfugiés burundais ont fui à cause des perturbations liées à la candidature du 3ème mandat du président Nkurunziza. Ce qui est faux bien entendu. La question des réfugiés demeurent un aspect extérieur à l’élection présidentielle qui était l’objectif principal pour ces 25 observateurs EAC.   Ce phénomène sociologique tragique ( les Réfugies burundais, au Rwanda, en Tanzanie, et en RDC ) est un effet, une conséquence de la – Révolution de Couleur au Burundi que les USA, la France et la Belgique ont réalisé entre les mois d’avril et mai 2015, afin de changer le Régime politique burundais ( Coup d’Etat militaire raté du mercredi 13 mai 2015 ) et remettre en place le Réseau de l’ancien Dictateur Hima burundais Pierre Buyoya. Les USA, la France et la Belgique n’ont jamais voulu de ces 3ème élections démocratiques au Burundi en 2015 [ http://burundi-agnews.org/sports-and-games/?p=18679 ]. Ces pays devront s’en expliquer devant la justice internationale. Une action va être menée par le Burundi auprès de l’Union Africaine pour voir ensemble quel type de sanctions pourront être envisagées concernant les responsables -individuelles- ( américains et européens ) de cette tentative de déstabilisation d’un Etat africain souverain.   C’est une honte de jouer avec un peuple qui a été traumatisé par 40 ans de Dictature et un Génocide Régicide : http://burundi-agnews.org/genocide.htmhttp://burundi-agnews.org/ccburundi.htmhttp://burundi-agnews.org/agnews_refugees.htm
Aujourd’hui des journalistes informent  que dans les camps de réfugiés au Rwanda, financer à coup de dizaines de millions d’Euro et de Dollars US par les contribuables européens et américains, et  superviser par le HCR (ONU) et les autorités rwandaises, on (  USA, FRANCE, BELGIQUE ) utilise de force les jeunes réfugiés burundais innocents pour lancer une Rébellion contre Burundi  [ Burundi refugees lured to join rebel group :  http://on.aol.com/video/burundi-refugees-lured-to-join-rebel-group-518965156 ou http://www.aljazeera.com/news/2015/07/burundi-refugees-lured-join-rebel-group-150724095201444.html ].

Les 25 observateurs EAC ont pu jouir, pendant la Présidentielle,  de la Synergie des Média Publique/Privé qui cette année était couvert par 2 média publiques et 3 média privés suivant : RTNB + Agence Burundaise de Presse (Publique), Radio  Nderagakura (Privé), Star FM (Privé) et Umuco FM (Privé).  [ http://burundi-agnews.org/sports-and-games/?p=18923 ]. Ces Radio publiques et privés font parti du parc médiatique radio et télévisions burundais, qui ont couvert toute la campagne électorale. Ce sont des média public et privés qui étaient à disposition de toutes les formations politiques. Elles ont aidé suffisamment aux électeurs burundais de faire des choix divers. On l’a vue lors de la Présidentielle tous les candidats ont été votés. Pour rappel, les média au Burundi, ce sont les agences de presses :  Agence Ami du peuple; Agence Burundaise de Presse (ABP); Agence Burundi Réalités; Agence de presse Syfia Grands Lacs ; Agence Net Press ; Burundi Tribune; et  Ijambo Info.  Concernant la presse écrite, ce sont d’abord les quotidiens ( ex . Le Renouveau du Burundi : ppbdi.com), les hebdomadaires ( Arc-en-ciel, Aube de la Démocratie, Inkebuzo- Clin d’œil, Umuntu LUMIERE etc.), les mensuels ( IMBONEZA NEWS, IWACU BURUNDI – iwacu-burundi.org, JAMAA INFOS etc.), et les Trimestriels ( NOTRE TERRE , Peace Great Lakes –PAIX GRANDS LACS  etc.).
Les radio publiques et privés  sont : Radio Africa Network(RAN); Radio AGAKIZA (radio confessionnelle); Radio BONESHA FM ; Radio CCIB FM + ; Radio CULTURE ;  Radio ISANGANIRO ;  Radio IVYIZIGIRO ; Radio MARIA (radio confessionnelle) ; Radio Nationale Burundaise ; Umuco FM; Radio Publique Africaine RPA ; Radio REMA FM; Radio SALAMA ; Radio NDERAGAKURA ; Radio RENAISSANCE FM ; Radio ESPOIRD’AFRIQUE (radio confessionnelle) ; Star FM etc. Les télévisions publiques et privés sont : HERITAGE TV (Confessionnelle); TELERENAISSANCE ; Télévision Nationale du Burundi(RTNB); TV ESPOIRD’AFRIQUE; TV SALAMA; Star FM etc.
Ce sont seulement  4  Radio privés ( RPA, ISANGANIRO, BONESHA, RENAISSANCE) parmi les nombreuses autres radio qui étaient liées au putsch du mercredi 13 mai 2015.
La fermeture des 4  Radio privés ( RPA, ISANGANIRO, BONESHA, RENAISSANCE) est liée au putsch du mercredi 13 mai 2015. Ces radio ont été utilisées, au premier plan,   lors de la Révolution de Couleur au Burundi à la sauce Burkinafaso  ( avril et mai 2015) [  http://burundi-agnews.org/sports-and-games/?p=18679 ]. Elles ont été détruites pendant le Coup d’Etat militaire manqué le mercredi 13 mai 2015 lors des affrontements entre forces loyalistes et putschistes. Une procédure judiciaire est en cours les concernant. Par exemple, elles sont  aussi à l’origine des Rumeurs Radio qui ont poussé des milliers de Burundais à fuir.  Avant les élections, les Pays-Bas ( Union Européenne ) avaient financé ces radio  à près de 1 700 000 EUR, via son ONG La Beneveolencija [ http://burundi-agnews.org/sports-and-games/?p=15010 ou http://www.iwacu-burundi.org/appui-financier-pays-bas-medias-independants/  ou  http://burundi-agnews.org/le-politique/politique/?p=14671 ].

En conclusion, du côté des autorités burundaises, on regrette que ces 25 observateurs EAC  aient réalisé, avec précipitation et surtout de manière imprécise et fausse,  leur rapport d’observation, sans tenir compte des autres observateurs EAC ( diplomates, et autres ) qui étaient aussi présents depuis plus longtemps au Burundi, sans attendre le rapport de la CENI rendu le vendredi 24 juillet 2015, mais surtout en ayant fait abstraction de l’information réelle du  terrain burundais.

DAM, NY, AGNEWS, le vendredi 24 juillet 2015.

Facebook Comments