Burundi: Le CNDD/FDD et sa politique de décentralisation portent fruits.

Vision 2025 du BurundiLe parti CNDD/FDD, présidé actuellement par l’Hon. Jérémie Ngendakumana, à son arrivée au pouvoir en 2005, avait pour ambition  avec son projet politique (1): – de décentraliser le Burundi; et de moderniser tout le système socio-économique du pays ( remettant à jour tout le système éducatif pour le mettre en adéquation avec le monde du travail et de la recherche national et régional ; en encourageant l’esprit d’initiative -poussant au recours du microcrédit -; et en modernisant la gestion du territoire). Avec, aujourd’hui, en novembre 2011, la politique du “tout” au développement, portée en réel chef d’orchestre par S.E. Nkurunziza Pierre, Président du Burundi issue de la formation politique du CNDD/FDD, les Barundi sentent que les choses avancent bien … Par ailleurs, le parti CNDD/FDD vient d’être replébiscité aux scrutins 2010, de la plus belle manière, parce que les citoyens barundi voient le changement radical.

Par exemple , désormais toutes les communes et les provinces du pays sont en compétition. Le Président du Burundi, sportif de formation, a instauré un esprit concurrence assez sein, autour de projets de développement portés dans ce qu’il appelle – la Vision 2025 –  pour le pays. Et çà marche !

La Vision « Burundi 2025 » (2),  est un outil de référence pour tous les Programmes de développement  du Burundi  jusqu’en 2025. Il aborde également des aspects transversaux dont le genre, la jeunesse, les personnes vulnérables, la technologie et l’environnement…

Cette année 2011 , le Burundi a construit une multitude d’infrastructures publiques au travers de toutes les provinces et les communes. Pour l’entièreté de ces travaux, les populations locales ont elles-mêmes pris leurs pelles à la main, et ce sont mises au travail … La fabrication des briques pendant les travaux communautaires ont été d’un très grand secours pour y arriver … Dans les communes souvent les autorités publiques ou les parlementaires locaux prenaient en charge l’achat de matériaux tel des portes ou des fenêtres etc.  La première place revient pour l’instant à la commune de Gishubi (en province de GITEGA). Elle dispose actuellement :
– d’un marché moderne où la commune a contribué avec 42 millions Fbu (35 000 USD) sur le coût total de 850 millions francs (690 000 USD);
– de deux villages pilotes de 526 parcelles en construction près du marché;
– d’ un terrain de football avec deux tribunes couvertes;
– de nouvelles écoles primaire et des collèges encore en plein construction.
La majorité de toutes ces infrastructures sont génératrices d’emplois et de revenus pour la commune.

Grâce à un travail de fond structurant, mené en collaboration entre les services à vocation d’une émancipation socio-économique de S.E. Rufyikiri Gervais (Vice président du Burundi – CNDD/FDD) et la coopération allemande GIZ (3) , les résultats financiers annuels des communes burundaises sont dans le vert à très grandes majorités. La coopération allemande GIZ qui s’était fixé d’aider les communes à valoriser leurs potentiels fiscaux et à accroître leurs recettes propres, est très encouragé sur le terrain. Selon elle : « De très bons chiffres s’affichent. Il s’agit, entre autres, de la régularisation des salaires et des cotisations INSS et à la Mutuelle de la fonction publique ». Le GIZ félicite au passage le travail remarquable – de décentralisation et de déconcentration – réaliser par le Ministère de la fonction publique, du travail et de la sécurité sociale de Mme Annociata Sendazirasa (CNDD/FDD).

DAM, NY, AGnews, le 22 novembre 2011.


(1)Commission Permanente d’Etudes Politiques(COPEP),Juillet 2001,Profil de la société burundaise de l’après-guerre ou esquisse de la philosophie politique du CNDD-FDD.

(2) PNUD, le projet du Burundi – Vision 2025 – Elaboré et mise en place par S.E. Nkurunziza Pierre, Président du Burundi, CNDD/FDD.

(3) (GIZ) : Deutsche Gesellschaft für Internationale Zusammenarbeit  ou  l’agence allemande de coopération internationale.

Facebook Comments