Burundi:Le 3 ème acteur sociétal – la société civile Rundi (en 2010)

Share Button

{jcomments on} 2010 – La société civile burundaise  est le troisième acteur de la société burundaise après les partis politiques et l’Etat.  On remarque que les grands sujets concernant la justice burundaise ( Justice transitionnelle – Consultation populaire / Tribunal / Commission vérité réconciliation … ), où l’on sait que le fond de l’histoire réside sur l’un des plus grands génocides du 20 ème siècle le Génocide / Régicide  des Bahutu du Burundi – par les Bahima barundi, ces affaires sont encadrées de très près par les fils/filles de la Dictature Bahima (Buyoya/Bagaza/Micombero). C’est à dire des personnes comme Christophe Sebudandi (OAG/ Ex. Président de la ligue ITEKA –pendant la guerre civile -/LDGL), Mme Eulalie Nibizi, Jean-Marie Vianney Kavumbagu, Pie Ntakarutimana ( Unité justice de transition de l’Office du Haut Commissariat aux Droits de l’Homme au Burundi / Ex. Président de la ligue ITEKA –pendant la guerre civile – / FIDH), Nindorera (ICG/ Global Right)…

A deux mois des élections, Mme Eulalie Nibizi et les syndicats CONAPES, STREB, SYNAPP et STEB lance un mouvement de grèves illimités chez les fonctionnaires et les enseignants … Cela est un geste très inamicale envers le gouvernement CNDD/FDD dont un des pilliers de son bilan est justement -l’Education gratuite au primaire -.

De plus, il y a une immixtion de l’ AFP , ICG , HRW dans les intrigues politiques burundaises. Ces ONG’s et multinationales ont déjà fait leur vote …

Pendant les élections, l’AFP et Xinhua vont être des adjuvants efficaces au niveau international pour l’ADC-IKIBIRI.

Après la défaite de l’ ADC-IKIBIRI aux élections communales, les associations Olucome , LDGL, Iteka, et APRODH vont prendre le relai avec pour mission de couvrir les actes de violences et de terreurs des militants de l’ ADC-IKIBIRI ( – lancement de grenades sur des citoyens indéterminés pour les disuader d’aller voter ; assassinats de militants du CNDD/FDD parti au pouvoir etc.). Elles vont incriminer –le fameux parti au pouvoir-. Et çà marche … HRW, Amnesty internationale, ACAT prennent les dossiers en main pour en informer l’opinion internationale. Enfin, après les élections, en fin d’année, dans l’idée de gérer le retour en négociation de l’ADC-IKIBIRI qui a tout perdu, les radio Bonesha – Rpa – Isanganiro (les journalistes) vont jouer un rôle prépondérant (soutenu par RSF -Reporter Sans Frontière  -RSF- et les d'autres coorporation internationales de journalistes). Elles vont tenter, avec le 4ème pouvoir , de semer la terreur à travers le pays. Tous les jours, elles reprennent des faits divers en faisant croire qu’il s’agit d’ – une rebellion naissante – qui agit dans le pays. Ces radios font même passer le message que si un citoyen en informe les autorités, il sera chatié (ou tué –par des « hommes en armes … en insinuant –les hommes de Rwasa- »-). Elles réussiront à convaincre les Nations Unis (par l’intermédiaire du BINUB) de faire passer en phase 3 deux provinces burundaises: Cibitoke et Bubanza.

Grâce à l’AFP, et un coup de main des –services français- , pour attester –d’une rebellion en gestation-, l’opinion internationale retrouvera les traces de Rwasa en RDC Congo.

Voilà la société civile burundaise, comme la décrivait il y a une semaine le Ministre des Affaires Etrangères burundais au Conseil de Sécurité … Il s’agit bel et bien d’une machine de combat -politique-, et non d’un adjuvant pour reconstruire le Burundi. Pour vous – même, avoir une idée, voici quelques extraits de leurs actions en 2010 :

 

 

 

 

 

 

 

 

Une image grossière de cette société civile burundaise :


Les acteurs de la société rundi

 


——————————————————————————————— ——————–


Janvier :


Société civile internationale :

 

 

[ (l’Ong néerlandaise, la Benevolencija) / « Mbariza Ntore » : une plateforme de médias burundais pour les élections de 2010. Dans le cadre du projet PACAM (Plan d’action commun d’appui aux médias), 16 journalistes provenant de divers médias burundais (8 radios, 1 télévision et 7 journaux) encadrés par l’Ong néerlandaise, la Benevolencija, produiront, à un rythme hebdomadaire entre début janvier et fin octobre 2010, un programme radio, « Mbariza Ntore » (éclaire-moi pour que je vote), un article de presse écrite et Internet, une dépêche d’agence de presse. Le projet permettra également de produire et de diffuser un magazine mensuel de radio-télévision sous forme d’un débat. Les programmes audio-visuels, les articles de presse et les dépêches seront coproduites par ces 16 médias burundais : la Radio-Télévision nationale, la Radio-Télévision Renaissance, la Radio-Télévision Salama, la radio Bonesha FM, Rema FM, la RPA, CCIB FM +, Radio Umuco FM, Radio Star FM, Le Renouveau, Net Press, Burundi Tribune, ABP, Ubumwe, Arc-En-Ciel et Iwacu. La première émission radiophonique de la série a été diffusée ce lundi 18 janvier 2010. La diffusion et la publication seront faites par 10 radios dont 2 de l’intérieur, par 3 télévisions et 7 journaux. Signalons que l’objectif de ce « Pool » ou « Réseau », constitué par les 16 journalistes consiste à assurer une couverture professionnelle des élections burundaises de 2010 afin qu’elles se déroulent de manière pacifique… (Netpress)]

 

 

 

[ … Le CICR donne à plus d'un million de Burundais l'accès à l'eau –     / Santé … Bujumbura, Burundi – Le nombre de bénéficiaires de la cinquantaine de projets d'approvisionnement en eau potable réalisés au Burundi depuis 1999 s'élèverait aujourd'hui à plus d'un million, apprend-on d'un communiqué de presse du bureau du Comité international de la Croix-rouge (CICR) à Bujumbura. Plus de 15.000 nouveaux bénéficiaires de la localité déshéritée de Mutaho, dans le centre du Burundi, se sont ajoutées, samedi, à la longue liste d'indigents qui se désaltèrent désormais à l'eau potable, d'après la même source… (PANA)]

 

 

 

[- (AFP)…Burundi watchdog denounces graft at presidency – Burundi's main anti-corruption watchdog on Monday alleged that funds allocated to the presidency had been misused and urged parliament to stall the 2010 budget vote. Gabriel Rufyiri, head of the Anti-corruption and Economic Malpractice Observatory (Olucome), singled out a budget line entitled "support to good initiatives". Speaking during a press conference in Bujumbura, Rufyiri said the 1.6-million-dollar fund had been earmarked for the purchase of fruit trees and of iron sheeting to be used for building schools. "Olucome's investigation revealed that some of the sheeting was used to build private homes and local offices for the Cndd-FDD ruling party," he said. "As for the fruit trees, the presidency is supplied by ruling party members who charge three times market prices," he said…]

 

 

 

[ AFP – Burundi: malversations presumes – La principale organisation de lutte contre la corruption au Burundi a dénoncé aujourd'hui des cas de "malversations" présumées dans la gestion de certains fonds affectés à la présidence, appelant le Parlement à ne pas voter en l'état le budget 2010. Gabriel Rufyiri, président de l'Observatoire de lutte contre la corruption et les malversations économiques (Olucome), a cité en exemple la ligne budgétaire de la présidence intitulée +Appui aux bonnes initiatives+ et dotée de 2 milliards de Fbu (environ 1,6 million USD) destinés à l'achat de tôles pour construire des écoles et d'arbres fruitiers.]

 

 

 

[-(AFP) Burundi: l'ex-président Bagaza candidat à la présidentielle de juin 2010 …]


 

 

 

 


Société civile politique (celle des fils/filles de la Dictature militaire – des Bahima barundi / dite "UPRONA") :


-(NetPress) Où seraient passés les organes chargés de l’attribution des marchés publics ? [… Le cas d’espèce est celui d’un appel d’offres des matériels d’ophtalmologie lancé au mois de septembre 2009 au centre hospitalo-universitaire de Kamenge, qui était entaché de beaucoup d’irrégularités. Selon des sources en provenance de ce même centre, 3 personnes auraient soumissionné, mais la société Bumeq aurait gagné deux lots mais en passant par une voie détournée car, le chef du service technique au centre hospitalo-universitaire de Kamenge, en la personne de Jean-Marie Sindayikengera, est à la fois actionnaire de la société Bumeq, responsable de la confection du dossier d’appel d’offres et membre de la commission technique d’analyse des offres…]

 

 

 

-[… l’association burundaise des consommateurs (Abuco) ne cesse de lancer un cri d’alarme sur la flambée des prix des produits de première nécessité qui sont en train d’atteindre des sommets inimaginables. L’enquête menée à Gitega par certains de nos confrères et dont les conclusions ont été diffusées ce week-end, indique que la situation alimentaire est en train de devenir dramatique. En province Ruyigi, la famine a atteint de telles extrémités que la population en est à se rappeler aux vieux souvenirs des périodes de disette datant de la période colonial … (Source Netpress)]

 

 

-[ … L’observatoire de l’action gouvernementale (Oag) souffle ses dix bougies et a entrepris une série d’activités pour célébrer ce 10ème anniversaire. Dans l’après-midi de ce 17 janvier 2010, le président de cet observatoire, M. Onesphore Nduwayo, a animé une conférence publique portant sur le parcours de l’Oag de 1999 à 2009. Quant à son ancien président, M. Christophe Sebudandi, son intervention a porté sur le rapport d’observation sur la gouvernance au cours du second semestre 2009… (Source Netpress)]

 

 

 

-[Le professeur Joseph Ndayisaba épingle les aspects négatifs de la gratuité de l’enseignement. Depuis son accession au pouvoir, le 26 août 2005, le chef de l’Etat, Pierre Nkurunziza et les siens, n’ont que deux mots à la bouche pour vanter les aspects positifs de leur politique qui a été matérialisé par la gratuité de l’enseignement primaire et celle des soins des mères qui accouchent ainsi que les enfants de moins de 5 ans. A peine initiée, la politique de la gratuité n’a cessé de montrer ses tares. Ainsi, des classes construites tambour battant sans matériels de construction solides se sont effondrées sur les élèves faisant souvent des victimes dans certaines provinces comme Cibitoke… (Source Netpress)]

 

 

-[… le forum pour la conscience et le développement (Focode), s’apprête à décerner le prix Focode du bon citoyen généralement attribuée à des personnes qui se sont illustrées dans la lutte des inégalités de tout genre, dans la défense des droits de l’homme. En bref, le prix est destiné à toute personne qui a œuvré ostensiblement pour l’intérêt et à n’importe quel prix car le Focode reste convaincu que « le mal n’aura jamais le dernier mot ». Jusqu’ici, ce prix a été décerné à trois personnes, dont une femme, qui ont l’unanimité dans l’opinion pour leurs œuvres grandioses. Il s’agit de M. Gabriel Rufyiri en janvier 2007 pour son action contre la corruption, de l’ambassadeur Albert Mbonerane, pour ses initiatives dans la protection de l’environnement en janvier 2008. En janvier 2009, le comité de délibération du Focode a été consensuel pour attribuer ce prix à Mme Eulalie Nibizi comme une femme burundaise qui se démarque toujours par son engagement citoyen … ]

 

 

 

 

-[ … Dans une conférence publique animée le 19 janvier 210 par Mme Gertrude Kazoviyo, Vice-Présidente de l’Observatoire de l’Action Gouvernementale (OAG) sur l’ « états des lieux des partis politique à la veille des élections de 2010 », il a été clairement indiqué que les leaders des partis s’appesantissent sur l’ethnie, le clan ou la région au lieu de vendre leurs programmes. A part deux jeunes partis, en l’occurrence, l’ADR (Alice Nzomukunda) et MSD (Alexis Sinduhije) qui ont déjà publié leurs projets de société, les autres partis se refusent obstinément de publier les leurs, en dépit des multiples sollicitations des organisations de la société civile. « Les arguments avancés par certains partis sont notamment le risque de copiage des ces programmes, mais dans tous les cas, c’est une situation qui, à mon avis, mérite une attention particulière », explique Mme Kazoviyo… (source Surviit )]

 

 

 

-[Les armes détenues illégalement constituent une cause majeure de la criminalité ! Pool PACAM – 2010-01-29 Fusils confisqués – Burundi (Burundi Tribune) – En dépit d’une campagne de désarmement de la population civile initiée par le gouvernement burundais, des victimes continuent de mourir à cause des armes à feu qui pullulent encore aux quatre coins du Burundi. Cependant, la population rencontrée par les journalistes du réseau PACAM (Projet d’Action Commune d’Appui au Médias), lors d’un reportage dans plusieurs régions du pays, reconnaît que l’état de sécurité au Burundi s’est nettement améliorée par rapport aux dernières années de la guerre civile au Burundi. Même s’il reste beaucoup d’efforts à faire !…]

 

 

 

 

-[Le président de la Cosome reste optimiste quant à la tenue des élections libres et transparentes. Le président de la coalition de la société civile pour le monitoring des élections (Cosome) était ce matin parmi les invités de la radio Isanganiro dans son émission « Ku nama » animée chaque fin de semaine en Kirundi et en français sous le titre « Mosaïque ». En dépit d’un climat tendu dans lequel se déroule la campagne prématurée et non encore officiellement annoncée des différentes formations politiques, le président de la Cosome, et ancien président de la ligue Iteka, Jean-Marie Vianney Kavumbagu, lui, a relevé des signes d’espoir qui attestent que les élections en vue se tiendront dans un climat apaisé… (Net Press)]

 

 

 

-[L’Olucome met en cause « le permis de libre sortie permanent ».(Net Press). Dans une correspondance adressée à la ministre en charge du trésor public, rendue publique ce matin, l’observatoire de lutte contre la corruption et les malversations économiques (Olucome), se dit surpris de constater avec regret que « le permis de libre sortie permanent » ayant une validité de trois mois, et qui avait été mis en place par le ministère des finance, pour faciliter la circulation des biens et des personnes à la frontière burundo – congolaise, est actuellement utilisé à des fins de corruption…]

 

 

-[Alice Nzomukunda ne décolère pas contre le système sclérosé du Cndd – Fdd.(Net Press)]

 

 

 

-[Controverse autour du processus de consultations nationales. (SurviT-Banguka) –  Le Comité tripartite (Gouvernement, Nations Unies et Société civile) de pilotage des consultations nationales a bouclé la boucle en décembre dernier après avoir fait le tour de toutes les provinces du pays. Les membres du Comité de Pilotage se disent largement satisfaits du déroulement de tout le processus. Mais les observateurs de la société civile sont restés sur leur soif en raison notamment du huis clos qui a prévalu pendant les auditions des enquêtés. « Notre organisation avait été déléguée par la société civile pour observer le déroulement des consultations jusque dans le moindre détail, mais c’est avec regret et pincement au cœur que nous avons été mis à la porte des consultations, car nous n’avons pu écouter ni les questions, ni les réponses qui ont été données par les personnes enquêtées, raison pour laquelle nous redoutons une possible manipulation des résultats au moment de la rédaction du rapport définitif », s’indigne Raymond Kamenyero, Secrétaire Exécutif du Forum pour le Renforcement de la Société Civile (FORSC). Au niveau de la forme, de nombreux autres citoyens ne font pas mystère de leur réserve par rapport à l’organisation de ces consultations. « Les personnes enquêtées sont estimées à trois mille cinq cent et sur un effectif de huit million de Burundais, dans la mesure où elles ont été choisies dans des conditions encore obscures, il y a lieu de se demander la valeur de leurs avis », poursuit Raymond Kamenyero. Dans le but de croiser les points de vue des uns et des autres sur les perspectives de ces consultations qui précèdent la mise en place des mécanismes de justice transitionnelle (Tribunal Spéciale et Commission Vérité/Réconciliation), la ligue des droits de l’homme « Iteka » vient d’organiser un débat/café de presse sur la question. Les représentants des partis politiques et les activistes de la société civile avaient été conviés aux débats. Pour Gérard Nduwayo, consultant, le pouvoir a sciemment berné la population en lui parlant de la Commission Vérité-Pardon en lieu et place de la Commission Vérité-Réconciliation. « En réalité, c’est un abus de langage volontairement entretenu par le parti au pouvoir pour mettre en exergue l’idée de pardon alors qu’il y a des crimes inamnistiables et imprescriptibles par essence », fait-il remarquer …]

 

 

 

 

– [Zoom sur la justice de transition ici et ailleurs (SurviT-Banguka) … L’Unité justice de transition de l’Office du Haut Commissariat aux Droits de l’Homme au Burundi a animé, le 27 janvier 2010, une causerie sur la justice de transition. Les débats étaient centrés sur le thème « Mettre en œuvre le droit à la vérité à travers la mise en place d’une Commission vérité et/ou réconciliation (CVR) ou d’un mécanisme d’établissement de la vérité ». Selon M. Pie Ntakarutimana de l’unité «Justice de transition », le Burundi a, à l’instar de nombreux autres pays qui sont passés par la même spirale de violences, centrer ses enquêtes sur les violations que la société dans son ensemble et les victimes en particulier jugent les plus graves et qui doivent être examinées sans délais. Quand à la justice ordinaire, elle devrait prendre en compte des cas non traités par la Commission. Pour illustrer ses propos par le vécu de certaines sociétés africaines, Pie Ntakarutimana y va à coups d’exemples : certaines sociétés envisagent, après des barbaries humaines (crimes de génocide, crimes contre l’humanité et crimes de guerre), des commissions pour établir la vérité, une causerie débat qui rassemblait les représentants des syndicats, des médias et des associations de défense des droits de la personne humaine. La communauté a également droit de savoir ce qui est arrivé aux différentes personnalités publiques. C’est aussi valable au Burundi, explique Pie Ntakarutimana. Les durées de fonctionnement des commissions ont varié essentiellement entre une année et deux ans…]

 

 
 
 
 
 
 
 
 
 

Février :


Société civile internationale :

 

 

-(ICG) Burundi : garantir un processus électoral crédible, * le nouveau rapport de l'International Crisis Group, analyse la montée des tensions politiques avant la tenue successive des élections communales, présidentielles, législatives et locales entre mai et septembre prochain. Une escalade de violence pourrait ruiner la crédibilité du processus électoral, fragiliser une démocratie toujours fragile et mettre en péril les nombreux acquis du processus de paix. « Les pratiques de harcèlement et d'intimidation de la part de la police et du mouvement de jeunes du parti au pouvoir représentent une évolution inquiétante qui pourrait facilement déstabiliser le processus électoral tout entier », déclare Thierry Vircoulon, Directeur de projet de Crisis Group pour l’Afrique Centrale…

 

 

 

-AFP – Burundi: risques d'un retour de la violence à l'approche des elections [ … La tension "monte dangereusement à l'approche des élections" générales prévues en 2010 au Burundi, a prévenu l'organisation International Crisis Group (ICG) vendredi soir, en mettant en garde contre les risques de violence "dans les prochains mois"…]

 

 

 

Families face hunger in Burundi [ Tens of thousands of people are going hungry and many others are being forced to leave the country for work to feed their families after a drought in Burundi. In the East African country, one of the ten poorest countries in the world, at least 35,710 families, or about 180,000 people, need food aid, said government officials and the United Nations… By Hayley Jarvis for SOS Children]

 

 

(Judith Basutama/IRIN) Francine Nijimbere, "I'm like a baby… I am helpless" [ … When her husband cut off her arms in 2008 for giving birth only to girls, life changed drastically for Francine Nijimbere. She fled her home in Burundi's southern province of Makamba and sought refuge in Bujumbura, under the care of the Association for the Protection of the Human Rights of Women (ADDF). In September 2009 ADDF moved her to a suburb where she shares a two-room house with another woman, also a victim of gender-based violence. Nijimbere told IRIN about her life: "[ADDF] rented this house for us; it supplies us with food. But life is not only food; there are many other things we have to find by ourselves like clothes, soap, body lotion, etc. It is not always easy to get them. All depends on good-hearted people who can offer us this or that… ]

 

 

 

 

 

Société civile politique –Générale –

 

 

Quand les femmes ne s’en laissent plus conter (Jacques Bukuru | Syfia Grands Lacs) … L’association féminine Dushirehamwe vient de publier une étude sur les besoins des femmes. Les 12 000 d’entre elles qui ont été interrogées regrettent de ne pas avoir de biens propres à gérer. Si elles parviennent à se rendre aux urnes – ce qui n’est pas évident, car les hommes les en empêchent parfois –, les Burundaises pourraient faire changer la situation. Avec la carte d’identité, elles disposent en tout cas d’un nouvel atout de poids…

 

 

 

-(Burundi Tribune) Ligue Izere – La Police et la CENI sont Capables de Sécuriser les Elections de 2010 – [ -La ligue des droits de l’homme « Izere Ntiwihebure » s’inscrit en faux contre la proposition récemment formulée par l’International Crisis Group (ISG) d’une intervention policière pour aider les forces de sécurité burundaise dans la sécurisation des élections de 2010. « La CENI et la police Nationale ont les moyens et outils nécessaires pour assurer la sécurité des prochaines élections », a indiqué le président de cette ligue M. Fulgence Nkunzimana au cours d’une conférence débat ce samedi 20 février à Bujumbura. Une conférence qui avait pour thème « des élections dans le strictes respect de la souveraineté nationale »…]

 

 

 

(Judith Basutama/IRIN) Francine Nijimbere, "I'm like a baby… I am helpless" [ … When her husband cut off her arms in 2008 for giving birth only to girls, life changed drastically for Francine Nijimbere. She fled her home in Burundi's southern province of Makamba and sought refuge in Bujumbura, under the care of the Association for the Protection of the Human Rights of Women (ADDF). In September 2009 ADDF moved her to a suburb where she shares a two-room house with another woman, also a victim of gender-based violence. Nijimbere told IRIN about her life: "[ADDF] rented this house for us; it supplies us with food. But life is not only food; there are many other things we have to find by ourselves like clothes, soap, body lotion, etc. It is not always easy to get them. All depends on good-hearted people who can offer us this or that… ]

 

 

 

 

 

Société civile politique (proche du CNDD/FDD)

 

 

-Un complot de déstabilisation déjoué, et l`érudit Rukindikiza tente d`expliquer l`intolérable répétition. (abarundi.org)

 

 

 

 

Société civile politique (proche du FRODEBU)

 

 

-Nouvelle arrestation dans l’affaire Manirumva -BT Staff [ … Le directeur de la prison de Rutana est locataire de la prison centrale de Mpimba dès dix heures de ce Mardi 16 Février 2010. Gaspard Rusabagi est accusé d’avoir transféré un prévenu démobilisé qui était emprisonné à Rutana pour son implication présumé dans l’assassinat du vice président de l’OLUCOME, Ernest Manirumva. Citant un membre de la commission chargée d’enquêter sur la mort d’Ernest Manirumva, le président de l’APRODH dit qu’aucun des responsables de la prison centrale de Mpimba ou de la direction générale des affaires pénitentiaires n’a été signalé de ce transfert qualifié de stratégique. « Le rôle du directeur de la prison de Rutana peut être prépondérant dans nos enquêtes puisqu’il a même refusé de dévoiler celui qui lui a demandé de transférer ce prisonnier. Il avait été éloigné des autres (c’est –à-dire de Bujumbura à Rutana) pour des raisons d’efficacité d’enquêtes », affirme Pierre Claver Mbonimpa, citant une source de la commission…]

 

 

 

 


Société civile politique (celle des fils/filles de la Dictature militaire – des Bahima barundi) :

 


– (Burundi Tribune) – Le Syndicat National du Personnel Paramédical et Aide-soignant (SYNAPA) vient d’annoncer la prolongation de son préavis de grève de six jours.

 

 

(Burundi Tribune) – La société civile burundaise se dit préoccupée par la lenteur dans la production du rapport sur l’assassinat d’Ernest Manirumva, vice-président de l’OLUCOME, tué pendant la nuit du 8 au 9 avril 2009.

 

 

– (Rpa) La ligue des Droits de l’Homme Iteka se dit préoccupée par la montée du taux de viol en commune de Rumonge au sud du pays. Au total 11 femmes et enfants ont été violées depuis le début de cette année…

 

 

La Cosome demande au Président de la République d’intervenir pour résoudre les questions soulevées par des militaires, actuellement en grogne suite aux conditions dans lesquelles ils se trouvent. Le porte parole de la Coalition de la Société Civile pour le Monitoring des Elections trouve que la transparence doit autant caractériser les corps de sécurité comme les autres secteurs. Si ce problème n’est pas résolu, la Cosome estime qu’il sera difficile de tenir des élections apaisées car ceux qui doivent les sécuriser ne sont pas moralement sécurisés. (Isanganiro).

 

 

-(Net Press) La honte ne tue pas sinon le parti présidentiel serait déjà mort, disent les habitants de la capitale [ … , en commune Gihanga de la province Bubanza, les travaux communautaires n’ont pas eu lieu comme à l’accoutumé. Les membres du Cndd-Fdd se sont donnés rendez-vous auprès de la brigade Gihanga pour aménager un terrain où ce parti veut construire sa permanence. Le reste de la population n’a pas pu digérer cette attitude du parti présidentiel, qui se permet de construire sa permanence dans un domaine militaire. Par la suite, elle a décidé d’empêcher les membres du Cndd-Fdd de continuer leurs activités sur ce terrain appartenant à une institution neutre…]

 

 

(Burundi Tribune) Gihanga – Tension autour des Parcelles Attribuées au CNDD-FDD [ La décision d’attribuer les parcelles au parti CNDD-FDD et aux dignitaires majoritairement du parti présidentiel a été prise par le gouverneur de Bubanza. Mais des voix se sont élevées contre la décision, considérant que l’espace est un domaine militaire qu’il ne fallait pas toucher. L’autorité provinciale n’a pas fléchi sa position malgré les protestations.

 

Vendredi 19 février, 6 partis politiques de l’opposition, le MSD, UPD, FRODEBU, UPRONA, FNL et le MRC et le conseil des Bashingantahe en province de Bubanza ont adressé une correspondance au gouverneur avec copies aux hauts dirigeants de ce pays dont le Président de la République. Ils déplorent les propos peu respectueux tenus dans la correspondance qu’il a adressée au Ministre de l’Intérieur et lui invitaient à surseoir à la décision d’attribuer les parcelles dans un domaine militaire. « Tous les régimes qui se sont succédés ont respecté le domaine », rappellent les partis et les bashingantahe … ]

 

 

 

(Burundi Tribune) Trafic en récipissés électoraux : Le CNDD-FDD accusé –[ … Les militants du CNDD-FDD continuent à collecter des récipissés du récent enrôlement électoral auprès de la population. En commune Mutimbuzi de la province de Bujumbura rurale, un militant du parti au pouvoir qui habite le quartier Kigwati I a été attrapé ce Mercredi avec une centaine de récépissés collectés auprès de la population…]

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Mars :


Société civile internationale :


 

-(Trinity Wall Street, New York) Trinity Wall Street awards $500,000 in grants […Trinity awarded the Province of Burundi $175,000 to be distributed over two years to train women in micro-enterprise development. The grant will allow for the development of 10 women's loan groups that will include training in business planning, financial management and group management. Trinity has previously provided funding in Burundi to train peace officers and purchase heifers for needy families, according to a news release from the parish…]

 

 

 

-(MSF)Malaria emergency in northern Burundi [ … Burundi has been grappling with a serious increase in the numbers of malaria patients since the start of the year. The MSF teams have been cooperating with Burundi authorities to fight the disease’s spread by treating patients and distributing mosquito nets to prevent new infections…]

 

 

 

 

 

Société civile politique (proche du CNDD/FDD)

 

– Education:Deux nouveaux syndicats [Deux nouveaux syndicats oeuvrant dans le domaine de l’éducation ont lancé officiellement leurs travaux ce Jeudi 4 Mars 2010. Il s’agit du SEEPBU qui est le Syndicat des Enseignants des Ecoles Primaires du Burundi et le SYPESBU : Syndicat Indépendant du Personnel de l’Enseignement Secondaire du Burundi. Les deux plaident pour un non arrêt des activités malgré les multiples revendications des enseignants… ]


Société civile politique (celle des fils/filles de la Dictature militaire – des Bahima barundi) :


– (Burundi Tribune) Les enseignants du primaire et du secondaire déclenchent une grève illimitée [ – Les enseignants des écoles primaires et secondaires à travers tout le pays ont déclenché depuis ce lundi 8 mars 2010 une grève illimitée. Les enseignants regroupés au sein des syndicats CONAPES, STEB, SYNAPEP et SLEB accusent le gouvernement de traîner les pieds dans la mise en application d’un certain nombre de leurs revendications, y compris celle de transposition…]

 

 

-(Burundi Tribune)Olucome – La Justice veut classer le dossier falcon50 sans suite / Gabriel RUFYIRI, président de l’OLUCOME.

 

 

-(Burundi Tribune)Domitien Ndayizeye: Le Falcon 50 valait plus de 3,15 millions de dollars / Domitien Ndayizeye, Candidat présidentiel du parti FRODEBU …

 


-(Syfia Grands Lacs/Burundi -Silvère Hicuburundi) "C’est révoltant dans la mesure où certains parmi ceux qui perçoivent deux salaires en sont parfaitement conscients et occupent d’importants postes de responsabilité, comme le ministre de la Défense … Niyoyankana Germain, Ministre de la défense, Burundi…" [ … À la veille des élections, le chef de l’État burundais hésite à punir les dignitaires de son parti qui cumulent deux salaires. Seule une ministre de l’opposition a été limogée. La société civile et les députés dénoncent cette différence de traitement. "Nous nous insurgeons contre les deux poids deux mesures observés dans la chasse aux fonctionnaires qui sont doublement payés ! La ministre de la Fonction publique doit prendre une sanction équitable pour tous ou démissionner. Nous pensons déjà à une motion de défiance", fulmine, le 25 février, Charles Niyungeko, député de l’opposition (CNDD) au Burundi. Les députés des partis politiques, autres que le parti présidentiel (CNDD-FDD), sont indignés par la lutte à deux vitesses actuellement menée contre les dignitaires qui cumulent deux salaires. La société civile leur emboîte le pas…Aujourd’hui, les Burundais attendent des sanctions à l’endroit d’autres cumulards qui sont de tous les partis politiques, y compris le parti présidentiel. "Des hauts cadres issus du parti au pouvoir sont bien cités dans le rapport, mais le président de la République n’a puni qu’une ministre issue du parti de l’opposition, FRODEBU", s’indigne Gabriel Rufyiri, responsable de l’Olucome, une association anti-corruption et malversations économiques, qui affirme que ledit rapport est encore détenu par le président de la République…C’est d’autant plus urgent que les médias locaux font leurs choux gras de ce sujet qui alimente aussi le débat au sein de la société civile. "C’est révoltant dans la mesure où certains parmi ceux qui perçoivent deux salaires en sont parfaitement conscients et occupent d’importants postes de responsabilité, comme le ministre de la Défense et celui de la Sécurité publique", lance Léonard Nyangoma, Président du parti CNDD … ]

 

 

 

-Les prix des pièces d’identité prennent l’ascenseur [ Jean Bosco Nzosaba / … Le ministre de la Sécurité publique, M. Alain Guillaume Bunyoni, a signé le 11 mars 2010 une ordonnance ministérielle portant fixation des tarifs des passeports biométriques et des documents en tenant lieu, des visas biométriques, des cartes d’identité pour étrangers biométriques et des permis de conduire biométriques. D’après cette ordonnance en son article 2, le tarif des passeports est fixé à 140.000 FBu pour le passeport diplomatique ainsi que le passeport de service, 200.000 FBu pour le passeport ordinaire et 30.000 FBu pour le laissez-passer…]

 

 

 

-(COSOME)- Lancement des ateliers régionaux sur "le comportement des agents publics dans le contexte électoral" au Burundi . Le premier vice-président de la république du Burundi, en charge des questions politiques, administratives et sécuritaires, Yves Sahinguvu, a procédé, jeudi, au lancement des ateliers régionaux sur « le comportement des agents publics dans le contexte électoral »…

 

 

-(Burundi Tribune) [ … Professeur Julien Nimubona évalue l’état du processus électoral Deux mois seulement avant les élections au Burundi, la fièvre électorale commence à monter parmi certains acteurs politiques et l’on observe une intolérance politique entre les partis. Certains partis semblent être déjà partis en campagne alors que celle-ci n’est pas encore lancée officiellement. L’opposition parle de deux poids, deux mesures. Burundi Tribune a invité le politologue Julien Nimubona, expert en gouvernance politique, pour nous faire une analyse de la situation politique du moment et proposer ce qui devrait être fait pour que les Burundais aillent dans une campagne apaisée et des élections réussies. Entretien exclusif. Burundi Tribune (BT) : Professeur Julien Nimubona, quelle appréciation faites-vous du discours des acteurs politiques burundais à moins de 2 mois des élections ? Le trouvez-vous rassurant ? Julien Nimubona (JN) : Il y a un problème de gestion politique et institutionnelle ; c’est-à-dire on est tétanisé. Les partis politiques sont tétanisés, la CENI (Commission Electorale Nationale Indépendante) est tétanisée par le fait que l’on entre en campagne et on n’y entre pas non plus. Certains partis sont partis, les autres ne sont pas partis ; certains candidats sont déclarés, les autres ne le sont pas, … c.-à-d qu’il y a ambiguïté…]

 

 

 

-(COSOME) Le leader du MSD sort vainqueur des primaires [… Le président du Mouvement pour la Solidarité et la Démocratie (MSD), M. Alexis Sinduhije, est arrivé en tête des élections primaires internes qui se sont déroulées les 1er et 8 mars 2010 sur tout le territoire national, a appris le reporter de la coalition de la société civile pour le monitoring électoral (COSOME) de source proche de ce parti de l’opposition. D’après le président de la commission chargée d’organiser les élections primaires pour le compte du MSD, Jean Bosco Sabukwikopa, les consultations populaires auraient vu la participation de quelque 912.415 personnes. Le patron du MSD aurait obtenu un score fleuve de 62% des suffrages exprimés contre 26% pour M. Protais KARIKURUBU et 12% pour M. Alexandre NDAYIRAGIJE. Ces résultats seront encore soumis le 28 mars 2010 au congrès national du MSD qui va entériner solennellement le nom du candidat du parti à l’élection présidentielle de juin prochain… ]

 

 

 

-(COSOME)- Les partis politiques se préparent activement aux élections en province de Kayanza [ … machine électorale des partis politiques représentés en province de Kayanza, dans le nord du pays, est déjà en marche en prélude aux secondes élections générales post-conflit des mois de mai, juin, juillet, août et septembre 2010, a constaté sur place le reporter de la coalition de la société civile pour le monitoring électoral (COSOME). Les partis sont, entre autre, occupés à consolider les comités au niveau des collines et communes. La grande agitation se remarque surtout du côté des « petits » partis qui avaient brillé par leur absence sur le terrain du recensement électoral des mois de janvier et février derniers en ne dépêchant pratiquement pas de mandataires pour observer l’enrôlement des candidats électeurs. La cohabitation entre les partis politiques d’obédiences différentes n’est, par contre, pas toujours exemplaire en province de Kayanza. Le code de bonne conduite des partis politiques, des médias et de l’administration en période électorale mérite une plus large vulgarisation auprès des différents protagonistes du processus électoral en vue des élections libres, transparentes, apaisées et démocratiques…]

 

 

 

– (LDGL) Les associations des professionnels des médias au Burundi s’insurgent contre les récentes nouvelles de la Radio REMA FM sur la vie privée d’Alice Nzomukunda. [ … Plus de 5 associations professionnelles de journalistes toutes azimuts s’insurgent toute violation code du de déontologie de la presse burundaise. Cela est sortie dans une déclaration signée conjointement ce 12 mars 2010 à Bujumbura , par l’ABR , MPB ABJ ,AFJO OPB OMAC, successivement dénommées Association Burundaises des Radios diffuseurs ,la Maison de la Presse du Burundi , Association des Femmes Journalistes ,Observatoire de la Presse Burundaise ,Organisation des Medias de l’Afrique Centrale. Elles s’inscrivent en faux contre les nouvelles récemment émises par la Radio Rema FM portant atteinte à la dignité et à la vie privée de l’ancienne deuxième vice –présidente Alice Nzomukunda actuellement présidente d’une formation politique dénommé ADR (Alliance Démocratique pour le Renouveau) …].

 

 

 

-(Net Press). La Cosome dénonce le « deux poids, deux mesures » de l’administration territoriale. [… Intervenant ce Week-end sur les préparatifs des prochaines élections, le secrétaire général de la coalition de la société civile pour le monitoring des élections (Cosome), M. Mohamed Nibaruta a dénoncé la politique de « deux poids, deux mesures » appliquée à l’encontre des partis politiques par le ministre de l’intérieur et l’ensemble de l’administration territoriale dominée par le Cndd-Fdd. En principe, c’est la commission électorale nationale indépendante qui fixera le calendrier électoral et plus précisément le lancement de la campagne officielle. Malgré que le calendrier n’ait pas encore été annoncé, regrette Mohamed Nibaruta, le parti au pouvoir ne cesse de mener campagne tous azimuts, malgré l’interdiction qui a été faite par Edouard Nduwimana, le ministre cnddfddiste de l’intérieur…]

 

 

-(Net Press). 16ème anniversaire de la journée internationale de l’Abuco sur fond de crise à la Sosumo. [ … L’association burundaise des consommateurs, (Abuco) aurait tant aimé célébrer aujourd’hui le 16ème anniversaire de la journée mondiale de cette organisation, en dehors du climat délétère qui règne actuellement au sein de cette entreprise paraétatique. C’est ce qu’a dit hier de façon implicite son président, M. Pierre Nduwayo. Il a relevé toute une série d’irrégularités constatées ces dernières semaines à la Sosumo où le passage du 2ème vice-président de la République, M. Gabriel Ntisezerana, n’a fait qu’ajouter la confusion à la confusion…]

 

 

 

-(Net Press)L’Oag dénonce une dangereuse implication des médias dans le jeu électoral.

 

 

 

-Bosco Ngabo -"Corruption discrète" ; le Burundi, deuxième pays le plus corrompu dans la communauté des pays de l’Afrique de l’Est selon la Banque Mondiale …

 

 

-L’OAG se dit préoccupé par le comportement de certaines radios du Burundi qui lancent ces derniers jours de propos injurieux à l’égard de certaines personnalités politiques. Il dénonce l’attitude de certains médias qui violent la vie privée des dignitaires politiques sans pour autant être inquiétée. L’Observatoire de l’Action Gouvernementale appelle le Gouvernement pour une action disciplinaire immédiate à l’endroit de ces médias. (Isanganiro/Bonesha).

 

 

 

(Isanganiro)Les élèves du Lycée Municipal de Ngagara ont refusé de passer des examens arguant que ces examens sont surveillés par des encadreurs et cela dans des conditions difficiles…

 

 

 

– (Isanganiro/Rpa) En province de Cibitoke, les syndicalistes dénoncent le comportement des inspecteurs d’écoles de vouloir forcer les enseignants à regagner leur postes de travail faute de quoi ils seront punis par les directeurs. Le Conapes affirme que les enseignants nouvellement recrutés risquent de perdre leur place s’ils ne se présentent pas au travail…

 

 

-C’est reparti pour une autre grève des enseignants [ Les syndicats CONAPES, STREB, SYNAPP et STEB ont repris le mouvement de grève depuis ce lundi 8 Mars 2010. Ils réclament les arriérés de 2007. Le ministère de la Fonction Publique estime que les enseignants exagèrent et menace de geler leurs salaires…]

 

 

 

(Burundi Tribune) Térence Nahimana – Candidat indépendant aux présidentielles. [ – L’ancien représentant légal du Cercle d’Initiative pour la Vision Commune (CIVIC) a démissionné à la tête de cette organisation ce dimanche 14 mars 2010 pour se porter candidat aux prochaines élections présidentielles. Térence Nahimana qui dirigeait une organisation de la société civile affirme que la politique ne lui est pas du tout nouveau…]

 

 

 

 

-Les consommateurs sont dotés d’un centre de réclamation – [ … Le président de l’Association Burundaise des Consommateurs (ABUCO) en a profité pour rendre hommage à l’ambassade du Royaume de Belgique au Burundi pour l’appui apporté au projet Centre de prise en charge des réclamations, de formation et de conseils aux consommateurs. Il a révélé que, en vue de renforcer la vigilance des consommateurs, l’ABUCO a ouvert une ligne téléphonique verte, à savoir le 22 27 34 03. L’ambassadeur du Royaume de Belgique, M. Jozef Smets lui a emboîté le pas en rappelant que déjà le 15 mars 1962, le président américain d’alors, John Kennedy, avait indiqué dans un discours prononcé devant le Congrès américain que les consommateurs devaient jouir de quatre droits fondamentaux. Il s’agit des droits à la sécurité, à l’information, à choisir et à être entendu. Il a souligné que le respect des droits des consommateurs n’est pas un luxe, mais qu’il y va en parfois de la santé et même de la vie des personnes …]

 

 

 

-(SurviT-Banguka) Les démons de la grève se réveillent [ … C’est quasiment parti pour un autre mouvement de grève illimité dans les secteurs de l’enseignement primaire et secondaire : les syndicats des enseignants du secondaire (CONAPES), et du primaire (SLEB, STEB, et SYNAPEP) menacent d’enclencher un autre mouvement de grève illimité. Les trois syndicats devraient tout plaquer dès le 8 mars prochain. La menace est explicite dans un préavis de grève publié le 26 février 2010…]

 

 

 

 


 

Avril :


Société civile internationale :

 

 

-(Abp)La synergie des partenaires pour la promotion des droits de la femme (SPPDF) organise du 12 au 15 avril, une conférence régionale d’échange d’expérience sur la participation politique des femmes ainsi que le rôle de la non-violence. Cette conférence est organisée en collaboration avec le ministre des Droits de l’homme et du genre, American friends service committee, la conférence internationale sur la région des grands lacs (CIRGL), UNIFEM, Action Aid et Oxfam Novib. Elle a pour objectif de créer un environnement favorable aux élections démocratiques paisibles et équitables. Au total 100 participants répondront au rendez-vous et proviendront de 12 pays des l’Afrique de l’est, de l’ouest et de l’Afrique central.

 

 

 

– (Human Rights Watch) Un an après le meurtre à l’arme blanche d’Ernest Manirumva, un militant anti-corruption, la vérité n’a toujours pas été établie [ Georgette Gagnon, directrice de la division Afrique, Human Rights Watch Georgette Gagnon, directrice de la division Afrique -Bujumbura- Le président du Burundi doit prendre des mesures pour que justice soit rendue dans l’affaire du meurtre d’un militant anti-corruption, ont demandé aujourd’hui Amnesty International, le Projet EHAHRDP (East and Horn of Africa Human Rights Defenders Project) et Human Rights Watch. Le président burundais, Pierre Nkurunziza, doit demander au procureur général d’accélérer l’enquête et les poursuites dans cette affaire et de garantir la protection des témoins, ont ajouté ces organisations. Le militant en question, Ernest Manirumva, a été poignardé à mort il y a un an, le 9 avril 2009…]

 

 

 

 

 

 

Société civile sociale.

 

 

-(Burundi Tribune) – Le PRADECS et la BCB :Une aide de plus de 37 millions pour Kirundo [Le projet PRADECS et la Banque de Crédit de Bujumbura (BCB) volent au secours la population de Kirundo avec des vivres évalués à plus de 37 millions. Ce coup de main à la population affamée a été remis ce vendredi 16 avril et acheminé ce samedi 17 avril à Kirundo par l’association des natifs de cette province « Kirundo Avenir » (KIRA)…]



Société civile politique « Générale »

 

 

-(Burundi Tribune) L’Ordre des Avocats de Gitega est créé [ Raphaël Gahungu Président du Barreau de Gitega. L’Ordre des Avocats de Gitega a été officiellement agréé le 29 mars 2010 par le Ministre de la Justice. Dans une conférence de presse animée ce mercredi 14 avril 2010, le président du Barreau de Gitega Maître Raphaël Gahungu a indiqué que le nouvel organe d’assistance judiciaire est déjà composée de six avocats. « L’innovation de l’Ordre des Avocats auprès la Cour d’Appel de Gitega est de rapprocher la justice des justiciables », a dit le Bâtonnier Raphaël Gahungu au cours de cette conférence de presse.


 

Société civile politique « tendance Uprona » (Celle des fils/filles de la Dictature militaire – des Bahima barundi) :

 

(Burundi Tribune) Une année après l’assassinat d’Ernest Manirumva, la société civile réclame que la vérité éclate au grand jour. S’exprimant lors d’une conférence conjointe à l’occasion de la commémoration du premier anniversaire de l’assassinat d’Ernest Manirumva ancien vice président de l’Observatoire de lutte contre la corruption et les malversations économiques (OLUCOME), 7 organisations de la société civile se sont dit « toujours mobilisées pour obtenir que l’enquête sur l’assassinat soit menée à terme et fasse éclater la vérité, et toute la vérité »… Ces organisations à savoir l’APRODH, OLUCOME, FORSC, OAG, ITEKA, CAFOB et COSYBU déplorent des rendez-vous manqués. Une année après l’assassinat …

 

 

 

(Burundi Tribune) Education- STEB, SLEB, SYNAPEP et CONAPES en grève.

 

 

 

 

 


Mai :


Société civile internationale :


-(Burundi Tribune) L’OMS octroie un don de plus de 80.000 Dollars américains.

 

 

 

 

 

 

Société civile politique « tendance Uprona » (Celle des fils/filles de la Dictature militaire – des Bahima barundi) :

 

 


-(Burundi Tribune) Liberté de la presse – Le correspondant de la Radio Isanganiro à Makamba en fuite [ Le correspondant de la Radio Isanganiro en province Makamba a, depuis ce dimanche ce 2 mai, fui sa province pour des raisons d’insécurité. Marc Niyonkuru dit qu’il allait être assassiné pour des informations faisant état d’une éventuelle distribution d’armes au village de paix de Musenyi et des entraînements militaires qui s’y déroulent. Des informations diffusées le 25 avril 2010 sur les ondes de la Radio Isanganiro. Le correspondant de la Radio Isanganiro, actuellement à Bujumbura, dit qu’il a été averti par certains de ses amis qui travaillent au BINUB et au CNC. Et c’est à bord du véhicule du BINUB qu’il est parvenu à quitter la province de Makamba…]

 

 

-(Burundi Tribune) Deux albinos, une maman et son fils de 4 ans, ont été tués la nuit de lundi sur la colline Rukoyoyo, commune Cendajuru en province de Cankuzo.

 

 

-(Burundi Tribune)– Syndicats des enseignants : Pas question de se conformer au calendrier modifié. Les syndicats des enseignants STEB, SLEB, SYNAPEP et CONAPES menacent de ne pas terminer l’année scolaire 2009-2010. Après deux mois de grève des enseignants, le ministère de l’enseignement primaire et secondaire a prévu un calendrier modifié qui prévoit la fin des cours au mois d’Août pour donner la chance aux élèves de récupérer le temps perdu et ainsi terminer les programmes…

 

 

(Burundi tribune) Mwaro- Paralysie des activités scolaires. Eulasie Nibizi,présidente du STEB – [ Les enseignants de la province scolaire de Mwaro réunis au sein des syndicats STEB, SLEB, SYNAPEP et CONAPES ont décidé d’arrêter leurs activités ce lundi 31 mai 2010…]

 

 

(Burundi Tribune) Un journaliste de la RPA malmené et intimidé. [ Un journaliste de la Radio Publique Africaine (RPA) a été malmené par un cadre du ministère des finances. Florine Mukeshimana affirme qu’il a été reçu par un certain Paul Ndereyimana pour les investigations qu’elle menait en rapport avec les plaques d’immatriculations des véhicules…]

 

 

 

-(Burundi Tribune) Bonne Gouvernance – 209 véhicules de l’Etat jusqu’ici remis [ Dans le récent programme de réduire le charroi de l’Etat, 209 véhicules sur les 400 attendus sont jusqu’ici remis à la commission chargée de la vente des biens de l’Etat. Pierre Banyihishako, président de la commission chargée de la vente des biens de l’Etat du domaine public se dit déçu de l’effectif de véhicules collectés…]

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Juin :


Société civile internationale :

 

 

-Fidh et Iteka pour un processus électoral "régulier, inclusif et surtout sécurisé [ … Les acteurs politiques burundais doivent tout mettre en œuvre pour garantir la crédibilité du processus électoral … – La Fédération internationale des ligues des droits de l’Homme (FIDH) et son organisation membre au Burundi, la Ligue ITEKA, regrettent vivement les événements ayant entouré et suivi les élections communales du 24 mai 2010 et appellent l’ensemble des acteurs politiques burundais à tout mettre en œuvre pour garantir la crédibilité du processus électoral, déterminant pour le maintien de la paix et le renforcement de l’État de droit dans ce pays. Les élections communales, premières des cinq élections prévues cette année au Burundi, avaient valeur de test pour le bon déroulement de l’ensemble du processus électoral. Si aucun incident sécuritaire majeur n’est à déplorer le jour du scrutin, certaines irrégularités auraient entouré le processus : non respect des horaires d’ouverture et de fermeture de certains bureaux de vote, achat de votes, bulletins de vote non mis dans les enveloppes, absence du double comptage des voix, port de signes distinctifs de partis politiques, actes d’intimidation à l’encontre des électeurs, dispositions d’isoloirs sans garantie du secret de vote, etc…]

 

 

 

– (AFP) Les Médias accusent une radio du Burundi de promouvoir la haine [ Vestine Nahimana, president, Conseil National de Communication … – Les médias du Burundi ont accusé ce jeudi une station de radio proche du parti au pouvoir de promouvoir la haine en même temps que l’Organisation des Nations Unies a mis en garde contre l’incitation à la violence au regards des tensions provenant des élections contestées. Les groupes de médias ont écrit au Conseil national de la communication, l’organisme de réglementation, pour "protester contre le silence" face à la diffusion par la station privée FM Rema de qu’ils décrivent comme haineux et dangereux…]

 

 

 

-(Net Press) Les violences basées sur le genre sont des maux à bannir à jamais. [Les violences basées sur le genre restent une réalité dans notre pays. C’est dans ce cadre que l’Association de coopération et de recherches pour le développement (Acord Burundi), a organisé ce matin, un café de presse sur le rapport d’audit judiciaire réalisé par cette association dans trois provinces du pays entre autres Bujumbura mairie et rural ainsi que dans la province de Kayanza. L’objectif de cette étude était de dresser les principales variantes du problème des violences sexuelles, d’analyser le système juridique et judiciaire par rapport à cette problématique tant au niveau national qu’international ainsi que la réponse psychosociale réservée à la question…]

 

 

 


Société civile politique « Générale »

 

 

 

 

 

(Burundi Tribune)-SYMABU- Il n’y a toujours pas de liberté des magistrats burundais / Vital Nshimirimana président du SYMABU [ Le Syndicat des Magistrats du Burundi (SYMABU) vient de tenir une conférence de presse ce vendredi 4 juin 2010 pour informer du carnet des revendications des magistrats. Selon Vital Nshimirimana, président du SYMABU, il y a toujours le non respect par le gouvernement burundais de l’indépendance de la magistrature et la violation massive des principes relatifs à l’indépendance de la magistrature…]

 

 

-(Net Press). Les hommes d’églises s’expriment par rapport aux querelles politiques du moment.[ … L’archevêque des églises anglicanes du Burundi, Mgr Bernard Ntahoturi dit qu’il n’est pas question de désespérer car selon lui quand un enfant est en train de grandir, il rencontre pas mal d’obstacles pendant son parcours. L’archevêque du diocèse anglicane de Matana reste optimiste et demande à ceux qui aiment ce pays n’importe où ils se trouvent de contribuer pour que le Burundi ne fasse pas marche-arrière en ce qui concerne la démocratie. L’abbé Adrien Ntabona quant à lui, indique que la Ceni et les partis contestataires des élections communales devraient mener un dialogue pour analyser ensemble ce qui n’a pas marché lors du scrutin dernier. Cette étape départagerait les deux parties et favoriserait la continuité de la course électorale…]

 


(Net Press) L’Addf s’engage à venir en aide des victimes de violences basées sur le genre. [ C’est ce matin que l’épouse du 1er vice-président de la République, Mme Jacqueline Sahinguvu a posé la première pierre sur un centre de transit des victimes de violences basées sur le genre se trouvant à Carama III, en commune urbaine de Kinama. Ce centre appartient à l’Association pour la défense des droits de la femme (Addf), et les travaux de construction seront financées par des églises chrétiennes de Norvège à hauteur de 1.600.000 couronnes norvégiennes et dureront 7 mois. La représentante de l’Addf, Mireille Niyonzima, dans son discours a indiqué que c’est une journée extraordinaire pour son association en général et pour la femme en particulier. Elle a aussi précisé que l’Addf ne soutient pas seulement les personnes en danger, mais aussi participe au développement de la femme en période normale. Quant à Mme Christine Ndayishimiye, la ministre des droits de l’homme et du genre, après avoir salué les initiatives de l’Addf, a signalé que le gouvernement envisage via les ministères de la santé publique, de la justice, de la sécurité publique ainsi que celui des droits de l’homme et du genre de construire un centre similaire à Gitega pour aider les victimes de l’intérieur du pays. Elle a tranquillisé l’Addf que le gouvernement n’hésitera pas à appuyer son centre même après avoir ouvert le sien…]

 

 

 

 

 

Société civile politique « tendance Frodebu »

 

 

-(Association pour la protection des droits humains et des personnes détenues)Les arrestations d'opposants se multiplient [ … Pierre Claver Mbonimpa, président de l'Association pour la protection des droits humains et des personnes détenues, a clairement indiqué que 17 militants d'opposition ont été arrêtés samedi 29 mai après les violences qui ont suivi la découverte d'une « urne contenant des bulletins de vote non décomptés », dans le quartier de Kinama…]

 

 


 

Société civile politique « tendance Uprona » (Celle des fils/filles de la Dictature militaire – des Bahima barundi) :

 

 

 

-(Net Press). Le président de l’Abr refuse au Cndd-Fdd le prétexte d’utiliser les journalistes pour justifier ses fraudes. [… Une des raisons qu’avancent le parti présidentiel et la Ceni pour expliquer que les élections se sont déroulées dans la transparence, c’est que les professionnels des médias qui les ont couvertes le jour du vote n’ont signalé aucune irrégularité. Hier, le président de l’association burundaise des radiodiffuseurs et coordinateur de la synergie des médias le jour du vote, a rejeté cette façon de présenter les choses. M. Corneille Nibaruta a affirmé que les professionnels des médias ont certes couverts les élections communales, mais pas en nombre suffisant pour pouvoir déceler d’éventuelles tricheries…]

 

 

 

-(Net Press) Le Symabu s’élève pour réclamer l’indépendance de la magistrature. [ … Hier, le syndicat des magistrats du Burundi (Symabu) a animé une conférence de presse dans les enceintes du Cercle Saint-Michel pour informer la population nationale et internationale du non respect de l’indépendance de la magistrature. En effet, le président de la Symabu a tenu à rappeler que l’indépendance de la magistrature est une garantie de l’état de droit, une exigence pour un système de démocratie moderne. Elle permet à chaque citoyen de jouir de ses droits fondamentaux…]

 

 

 

-(Net Press) Une double absence très suspecte.[ … La fondation Intahe, en collaboration avec la Cosome a organisé ce matin, dans les enceintes de l’orphan’s aids, une rencontre qui devait réunir les partis politiques, la société civile et la Ceni. Ceux qui étaient présents dans la salle ont fait un constat, loin d’être normal, celui de l’absence du parti Cndd-Fdd et de la Ceni à cette invitation. Pourtant, comme l’a fait savoir Cassien Simbare, le président de la Fondation Intahe, les objectifs qui étaient à l’ordre du jour nécessitaient impérativement la présence de la commission nationale indépendance, qui, selon lui, devait donner quelques éclaircissements en rapports avec la question des élections communales contestées du mois dernier. Conscient que la polémique qui s’est créée autour des communales dernières ne pourra être résolue qu’à travers un dialogue franc et sincère, M. Simbare a fait savoir que la tenue de ladite réunion n’a d’autres visées que celles de rapprocher d’un côté, les partis politiques de l’opposition avec le parti présidentiel et la Ceni de l’autre…]

 

 

 

-Fidh et Iteka pour un processus électoral "régulier, inclusif et surtout sécurisé [ … Les acteurs politiques burundais doivent tout mettre en œuvre pour garantir la crédibilité du processus électoral … – La Fédération internationale des ligues des droits de l’Homme (FIDH) et son organisation membre au Burundi, la Ligue ITEKA, regrettent vivement les événements ayant entouré et suivi les élections communales du 24 mai 2010 et appellent l’ensemble des acteurs politiques burundais à tout mettre en œuvre pour garantir la crédibilité du processus électoral, déterminant pour le maintien de la paix et le renforcement de l’État de droit dans ce pays. Les élections communales, premières des cinq élections prévues cette année au Burundi, avaient valeur de test pour le bon déroulement de l’ensemble du processus électoral. Si aucun incident sécuritaire majeur n’est à déplorer le jour du scrutin, certaines irrégularités auraient entouré le processus : non respect des horaires d’ouverture et de fermeture de certains bureaux de vote, achat de votes, bulletins de vote non mis dans les enveloppes, absence du double comptage des voix, port de signes distinctifs de partis politiques, actes d’intimidation à l’encontre des électeurs, dispositions d’isoloirs sans garantie du secret de vote, etc…]

 

 

 

-(Burundi Tribune) Rema FM – Une radio manipulée par le pouvoir, accuse l’opposition [ … Le président du parti FNL dément les informations diffusées dimanche 13 juin sur l’une des stations locales (la radio Rema FM) pour son implication dans la perturbation de la sécurité par lancement des grenades ce samedi 12 juin dans différents coins de la capitale. Agathon Rwasa parle d’une manipulation habituelle de la radio Rema FM par les institutions de la république, et plus spécialement ceux qui veulent le disqualifier politiquement. « C’est étonnant de voir que la radio Rema FM ait terminé d’établir les responsabilités moins de 24 heures après le lancement de ces grenades, alors que les autres institutions habilitées à le faire ne se sont pas jusqu’ici prononcées sur cette affaire », s’exclame Agathon Rwasa lors d’une conférence de presse animée ce lundi 14 juin par les partis de l’opposition qui se sont désengagés de la course électorale réunis au sein de l’ADC-Ikibiri…]

 

 

 

(Net Press/Pacam). [ … Cette semaine, les journalistes du Pool Pacam ont mené leur investigation sur les suites des élections communales du 24 mai 2010. A la grande surprise générale, celles-ci se sont déroulées dans le calme et n’ont connu aucune perturbation majeure comme le craignaient beaucoup d’analystes. Les électeurs ont répondu massivement et ont voté dans la sérénité et dans la bonne humeur. Le climat politique ne s’est crispé et grippé qu’à l’annonce des résultats provisoires dans la nuit du 24 confirmées dans la journée du 25 mai. Ces résultats provisoires consacraient un score fleuve obtenu par le parti au pouvoir, le Cndd-Fdd, dans presque tout le pays. Les partis de l’opposition ont aussitôt qualifié ces élections de véritable « hold up électoral »…]

 

 

 

-(Net Press)Le président de l’Ubj juge « indigne » le comportement des militants du Cndd-Fdd en commune Kanyosha.[… Notre consœur Aline Dusabe de la section Swahili de radio Bonesha, a failli se faire lyncher hier dimanche par les militants en furie du Cndd-Fdd. Son erreur : être tout simplement journaliste d’une radio privée. Mme Dusabe était partie à Kanyosha effectuer un reportage sur l’assassinat, la veille, du président de la ligue des jeunes du Cndd-Fdd dans cette commune urbaine dont le (ou les) meurtrier n’était pas encore connu ce lundi. Elle a été priée de vider les lieux mais comme elle refusait de s’exécuter, elle s’est vu encercler par des militants qu’elle a soupçonnés d’appartenir au Cndd-Fdd, puisqu’ils portaient des t-shirts frappés des insignes du parti présidentiel. « Nous ne voulons entendre qu’une seule radio », ont-ils crié en direction de notre consœur, faisant sans aucun doute allusion à Rema Fm, la voix du Cndd-Fdd. Il n’en fallait pas plus pour faire réagir le président de l’union burundaise des journalistes (Ubj) M. Alexandre Niyungeko qui a condamné sans ambages le comportement de cette population, il l’a qualifié « d’indigne » d’autant plus que, n’eût été son évacuation par le chauffeur de Bonesha, Aline Dusabe était à deux doigts d’être giflée…]

 

 

 

 

-(Net Press) La Parcem fait son analyse du contexte politique depuis le scrutin du 24 mai 2010.[ … Au cours d’une conférence-débat organisée ce matin par parole et action pour le réveil des consciences et l’évolution des mentalités (Parcem) sous le thème « Réflexion sur l’évolution de la situation politique au Burundi depuis les élections communales du 24 mai 2010 par la méthodologie des scenarii », M. Siméon Barumwete qui a exposé a indiqué que maintenant, il ya une crise politique car les communales sont contestées par l’opposition. Le politologue et professeur à l’université du Burundi a signalé que les acteurs politiques burundais devraient porter une attention particulière à la situation actuelle. Il est parti sur 2 scenarii pour rendre compte des éventualités possibles. Partant sur les croyances et les représentations du pouvoir en Afrique, M. Barumwete a dégagé deux scenarii possibles à cette impasse. Il s’agit du scénario optimiste et de celui pessimiste.La première optimiste serait d’espérer le retour de l’Uprona et de l’Adc ikibiri (ou une partie) dans la course électorale en vue d’un processus électoral apaisé. Celui pessimiste insiste sur les éventuelles conséquences politiques, économiques, diplomatiques et sociales de cette situation dans laquelle le Cndd-Fdd et la Ceni banaliseraient les allégations portées contre eux et préfèreraient conduire le processus électoral tel que prévu mais avec un seul parti. Ce scénario fait craindre la menace de replonger le pays dans des tensions sociales pour un pays aussi fragile que le Burundi, a-t-il poursuivi. Tous les intervenants mettent en avant le dialogue afin que la situation ne soit débloquée. C’est notamment l’ex-président de la Ceni édition 2005, M. Paul Ngarambe qui lui aussi a ajouté d’autres scenarii tous optimistes, à savoir que le parti présidentiel décide d’arrêter la campagne et vient débuter le dialogue avec l’opposition. Son deuxième scénario serait que la Ceni s’engage à démissionner pour amener les partenaires en désaccord à entamer les discussions. M. Ngarambe renchérit en affirmant que la paix n’a pas de prix et que le dialogue est plus qu’une nécessité. Pour lui, le calendrier électoral peut être prolongé de seulement quelques jours et qu’il n’est même pas question du coût que peut occasionner la reprise du scrutin s’il s’avère nécessaire, pourvu que le consensus soit dégagé…]

 

 

 

(Burundi Tribune) – La CENI – Une institution fragile selon Julien NIMUBONA.[ En analysant la situation actuelle au Burundi, Julien Nimubona, un professeur à l’Université du Burundi et dans d’autres universités de la sous région conseille aux acteurs politiques burundais de reconnaître qu’il y a une réelle demande politique de clarifier la nature du régime qui doit régir le pays en vue de résoudre le contentieux politique actuel. Le politologue Julien Nimubona affirme que les acteurs politiques burundais ont situé le problème politique uniquement sur le plan technique. Pour cet analyste, c’est étonnant de voir que la CENI et le parti CNDD-FDD continuent à faire des braquages pour des questions aussi sensibles que celles qui divisent la classe politique burundaise actuelle. Julien Nimubona ajoute que les problèmes de la CENI à pouvoir réguler les contentieux pendant les élections trouvent leurs sources dans sa dépendance économique et des lois (le code électoral et la constitution) qui ne sont pas claires sur les attributions de l’administration et de la CENI pendant la période électorale. « Les temps électoraux au Burundi sont entre espoir et illusion démocratique », affirme l’analyste politologue Julien Nimubona. Le professeur Julien Nimubona propose qu’il y ait un dialogue entre les partenaires politiques burundais autour des mécanismes institutionnels internes et internationaux, afin de clarifier la nature du régime politique burundais. Cela éviterait de tomber dans des violences politiques causées par une majorité écrasante, sans opposition : un présidentialisme mono centré et autoritaire ainsi que l’émergence d’une démocratie absolue, sûre d’elle-même, gouvernant sans partage puisqu’il n’y aurait pas de débat contradictoire. Ce qui serait contraire aux piliers de la démocratie qui sont la stabilité politique, la légitimation du pouvoir et la socialisation politique avec la conséquente diminution des passions et tensions politiques …]

 

 

 

 

 

Une organisation des anciens combattants réagit face aux explosions de grenades [ … Le Centre d’Encadrement et de Développement des Anciens Combattants, CEDAC en sigle, une organisation d’anciens combattants condamne les explosions des grenades qui ont commencé à travers tout le pays il y a une dizaine de jours. Cette association veille de quatre ans a pour mission de sensibiliser à la lutte contre les armes légères et les violences armées. Dans une déclaration rendue publique ce lundi 21 juin 2010, le CEDAC « condamne énergiquement les attaques à grenade » observées ces derniers jours dans le pays. Il dit que le recours à la violence n’a jamais donné solution à un problème quelque soit sa nature. » Eric Niragira, Représentant Légal de cette organisation lance un appel à la population et surtout aux anciens combattants de continuer à montrer un comportement responsable en cette période électorale…]


 



Juillet:



Société civile internationale :

 

 

 

 

(Net Press) Reporters sans frontières s’étonne du comportement de l’organe de régulation des médias.[ … A travers une déclaration rendue publique hier, l’association des journalistes reporters sans frontières semble ne pas comprendre le comportement du conseil national de la communication face à la radio Rema Fm. Alors que plusieurs organisations locales de défense des droits de l’homme et des journalistes du Burundi ont adressé, le 8 juin dernier, une lettre conjointe au conseil national de la communication (Cnc) condamnant l’attitude de la radio privée Rema Fm, reporters sans frontières s’étonne que le Cnc n’ait pas encore daigné répondre…]

 

 

 

-(Source: xinhua) Les observateurs de la présidentielle continuent de présenter leurs rapports. [ … La Ligue des droits de la personne dans la région des Grands Lacs (LDGL) et la Coalition de la Société civile pour le Monitoring des Elections (COSOME ) apprécient positivement le déroulement de l'élection présidentielle du 28 juin dernier. ..]

 

 

-(Source: xinhua) [ … l’observatoire de l’action gouvernementale fait le bilan de la performance du parlement sortant. L’observatoire de l’action gouvernementale du Burundi regrette dans son bilan que les deux chambres réunies du parlement n’aient jamais convoqué le chef de l’exécutif pour aller présenter le programme du gouvernement pendant les cinq ans qu’ils viennent de passer à l’assemblée nationale et au Sénat…]

 

 

 

-Le PNUD vole au secours des femmes candidates aux élections législatives [ … Grâce à l’appui du Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD), la Synergie des partenaires pour la défense des droits de la femme (SPDDF) a organisé, le 16 juillet, une cérémonie officielle de l’activité d’appui aux femmes candidates aux élections législatives de 2010. Il s’agit, en substance, d’une enveloppe budgétaire globale d’environs 46 millions de FBu octroyée par l’unité « Genre » du Bureau intégré des Nations Unies au Burundi (BINUB)…]

 

 

-(AFP) Burundi- début des élections législatives boycottées par l'opposition


-(Burundi Tribune)-La Fédération Africaine des Journalistes exige Libération de Kavumbagu [… Le Secrétaire Général de la Fédération Africaine des Journalistes a lancé lundi 19 juillet un appel vibrant pour la libération « immédiate et inconditionnelle de Jean Claude Kavumbagu » emprisonné samedi par le procureur de la république en Mairie de Bujumbura…]

 

 

-( JOSH KRON) Burundi – Journalist Who Criticized Military Is Charged With Treason […A journalist has been arrested and charged with treason for publishing an article suggesting that Burundi’s military was not capable of defending the country against terrorist attacks, Human Rights Watch said Tuesday. The group condemned the arrest on Saturday of Jean-Claude Kavumbagu, the editor of the online news agency Net Press, for writing in a July 12 article that the Shabab, a militant Islamist insurgency in Somalia, could easily attack Burundi. The Shabab have claimed responsibility for bombings in Kampala, Uganda, that killed 76 people, many of whom were watching televised soccer matches on the last day of the World Cup. The terrorist group has threatened to next attack Burundi, which contributes troops to the African Union peacekeeping mission in Somalia…]

 

 

 

 

trois organisations demandent la libération d’un journaliste détenu pour trahison [ … Les autorités burundaises se doivent de libérer Jean-Claude Kavumbagu, un journaliste arrêté pour trahison le 17 juillet, déclarent aujourd’hui le Comité pour la protection des journalistes, l’East and Horn of Africa Human Rights Defenders Project (le Projet des défenseurs des droits de l’homme de l’Est et de la Corne de l’Afrique) et Human Rights Watch. L’arrestation porte atteinte au droit à la liberté d’expression de ce journaliste, affirment les trois organisations…]

 

 

 

 

– (AFP)Burundi -un journaliste écroué pour avoir douté de la sécurité nationale [ … Le directeur d’un journal en ligne a été arrêté pour "trahison" samedi au Burundi, à la suite d’un article mettant en doute la capacité des services de sécurité à prévenir un attentat comme celui perpetré par les islamistes somaliens en Ouganda, a-t-on appris de source officielle. "La police a procédé à l’arrestation du directeur de Netpress sur un mandat d’amener du procureur de la République, et qui portait comme motif +trahison+", a annoncé à l’AFP le colonel David Nikiza, commissaire général de la police pour la région ouest du Burundi… "Le pouvoir reproche à M. Kavumbagu un article paru le 12 juillet et qui mettait en cause les capacités des corps de défense et de sécurité du Burundi à faire face à un attentat des islamistes somaliens comme celui qui vient de frapper Kampala", a expliqué à l’AFP un journaliste de Netpress, sous couvert d’anonymat…]

 

 

 

– (FRONTLINE) Déclaration sur Kavumbagu –[… Front Line exprime sa préoccupation face à l’arrestation de Jean-Claude Kavumbagu, et considère cette arrestation comme étant motivée par son travail de journaliste et défenseur des droits humains. Front Line demande instamment aux autorités du Burundi de : Relâcher immédiatement et sans condition Jean-Claude Kavumbagu, car Front Line considère que son arrestation était uniquement motivée par son travail de journaliste et défenseur des droits humains ; Faire tomber l’accusation de trahison, ou toute autre accusation, car manifestement infondée ; …]

 

 

 

ACAT demande une remise en liberté immédiate de Jean-Claude Kavumbagu.

 

 

 

 

– (TOM ODULA / AP) Survey – Burundi most corrupt East African country […Transparency International-Kenya said in a report released Thursday that Burundi is the most corrupt country in the five-nation bloc. Kenya was named as the most corrupt last year, but that survey did not include Burundi and Rwanda…]

 

 

 

(HRW) Les violences et atteintes aux droits humains ternissent les elections [ – La multiplication des violations des droits humains risque de porter atteinte au processus électoral burundais à moins que le gouvernement ne prenne des mesures immédiates pour y remédier, a déclaré Human Rights Watch aujourd’hui…]

 

 

 

 

Société civile Sociale

 

 

 

-Elyse Ngabire/ Iwacu – De jeunes belges apportent leur soutien aux sourds muets de Gitega [… Une expérience que les sourds muets de Gitega et de la flandre ne vont oublier de si tôt. Dans une ambiance détendue et avec passion, une équipe belge de 17 élèves de 15 ans à 16 ans et leurs trois accompagnateurs s’étaient associés aux sourds muets du Centre d’Education spécialisé pour déficients auditifs « Notre dame de la persévérance », du 5 au 19 juillet, pour réhabiliter des locaux démolis pendant la crise de 1993. Durant leur séjour de deux semaines à ce centre, l’équipe belge en collaboration avec les sourds muets a peint six salles de classe et deux bureaux…]

 

 

 

 

 

 

 

Société civile politique « tendance FRODEBU»

 

 

 

-(Burundi Tribune)- L’APRODH inquiète des conditions d’incarcération des militants de l’opposition.[ … Burundi L’APRODH déplore la multiplication des arrestations des militants de l’opposition ainsi que les conditions de leur incarcération. Le président de cette association de défense des droits humains précise qu’il s’agit de 74 personnes arrêtées depuis la deuxième semaine de campagne présidentielle…]

 

 

 

-(Burundi Tribune) APRODH – Plus de 100 personnes irrégulièrement détenues après les communales. [… L’Association pour la Protection des Droits Humains (APRODH) fait un bilan sombre du respect des Droits humains en cette période électorale. Pour cette organisation de défense des droits humains, plus de 100 personnes appartenant aux partis politiques de l’opposition sont détenues dans différents cachots de la police et du Service National des Renseignements depuis les élections communales du 28 mai…]

 

 

 

-(Net Press). L’Aprodh très inquiète des conditions d’incarcération des opposants après les élections. [ … Intervenant hier sur les médias, M. Pierre-Claver Mbonimpa, le président de l’Aprodh, a déclaré que 100 militants appartenant aux formations politiques de l’opposition se trouvent déjà sous les verrous depuis les élections communales du 24 mai 2010. Si cette organisation non-gouvernementale de défense des droits des prisonniers est au courant des lieux de détention où sont internés certains parmi eux, elle ignore en revanche la destination d’autres détenus, ce qui met dans une profonde angoisse les membres de leurs familles que l’on voit errer d’une maison de détention à une autre, qui, à la recherche d’un mari, qui, à la recherche d’un enfant, qui, à la recherche d’un frère…]

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Société civile politique « tendance Uprona » (Celle des fils/filles de la Dictature militaire – des Bahima barundi) :


 

Pacifique Nininahazwe / Déclaration préliminaire de la COSOME sur les élections présidentielles du 28 juin 2010 [ … Plus de 4500 observateurs de la Coalition de la Société Civile pour le Monitoring Electoral COSOME ont assuré l’observation des élections présidentielles intervenues en date du 28 juin 2010 dans les 129 communes du pays. Les élections présidentielles se sont déroulées dans un contexte politico-sécuritare tendu marqué par une grande divergence entre le parti au pouvoir et les partis de l’opposition sur l’issue des élections communales. Les partis d’opposition déploraient « une mascarade électorale » et exigeaient la reprise des élections communales ainsi que la révocation des membres de la CENI. Regroupés dans l’alliance démocratique pour le changement « ADC Ikibiri », ces partis ont retiré leurs candidatures à l’élection présidentielle et ont appelé la population à boycotter le scrutin présidentiel… Dans ce contexte, la COSOME a assisté à la dégradation de la situation sécuritaire allant des actes de vandalisme des symboles des partis au lancement des grenades jusqu’à des assassinats. Malgré la tension, le scrutin s’est déroulé dans le calme et la sérénité sur l’ensemble du territoire. La COSOME tient à saluer certaines améliorations dans l’organisation technique du scrutin : emplacement des isoloirs, disponibilité du matériel électoral, respect de l’horaire, proclamation rapide des résultats. La COSOME constate que les forces de l’ordre se sont bien comportées en assurant la sécurité de la population. La COSOME tient à féliciter les journalistes et les médias pour le professionnalisme et l’endurance dont ils ont fait preuve dans la couverture du scrutin…]

 

Jean Bosco Nzosaba / Processus électoral : émet une série de recommandations de la LDGL aux différents partenaires.[ Les organisations de la société civile multiplient des déclarations en rapport avec les élections présidentielles du 28 juin dernier. Après la Coalition de la société civile pour le monitoring des élections (COSOME), c’est autour de la ligue des droits de la personne humaine dans la région des Grands Lacs (LDGL) de publier un communiqué de presse lié à ce scrutin. Elle recommande à la CENI de tout mettre en œuvre pour renforcer davantage l’organisation des prochains scrutins, de permettre l’ouverture d’un dialogue entre tous les partenaires politiques en vue de favoriser un scrutin pluraliste, de garder sa neutralité durant tous les scrutins à venir et d’appliquer les dispositions légales contre tous les contrevenants au code électoral. Elle lui recommande également de permettre à tous les acteurs politiques de participer et de s’exprimer sur les différents scrutins à venir, y compris ceux de l’opposition qui se sont retirés du processus et qui font la promotion de l’abstention car elle est une expression politique du moment qu’elle est non violente. La LDGL recommande au gouvernement de faciliter la tâche à la CENI afin que tous les autres scrutins se déroulent dans de bonnes conditions respectant les valeurs et principes démocratiques, de permettre l’ouverture d’un dialogue entre tous les partenaires politiques en vue de promouvoir les scrutins pluralistes et démocratiques…]

 

 

 

– Jean Bosco Nzosaba / Crise électorale : le président de l’OAG appelle au dialogue [ … Les organisations de la société civile ne cachent pas leur inquiétude face à l’impasse politique dans laquelle se dirige le pays depuis que les résultats du premier scrutin ont été largement contestés par les douze partis politiques de l’opposition. Dans une intervention faite à travers les médias le 4 juillet 2010, M. Onesphore Nduwayo, président de l’Observatoire de l’Action Gouvernementale (OAG), s’est dit inquiet de l’enlisement de la situation et de la radicalisation des positions des uns et des autres. Il en appelle au sens de responsabilité du Magistrat Suprême pour calmer le jeu en privilégiant le dialogue. « Maintenant nous avons un Président élu qui est considéré comme chef de famille ; c’est lui qui doit rassurer les uns et les autres en amorçant un dialogue qui puisse conduire à des solutions durables ; tous les regards sont donc tournés vers lui et rien ne peut justifier encore son silence », déclare-t-il. Depuis que le leader FNL, Agathon Rwasa, a pris la poudre d’escampette, l’inquiétude a monté d’un cran. D’aucuns estiment que le pays risque de basculer une fois de plus dans la violence. D’où ces appels tous azimuts pour éviter le danger que l’on voit déjà venir…]

 

 

 

– (FORSC) Ca se corse à Nyenkarange (commune Rugazi) [ … Le pire n’est pas encore définitivement écarté. Les démons de la rébellion semblent refaire surface à l’ouest de Bujumbura, capitale burundaise. Depuis quelques jours, les habitants de la colline Nyenkarange en commune Rugazi de la province Bubanza sont, de nouveau, en proie à une peur panique. Cette partie serait en effet infectée par une mystérieuse et naissante bande de rebelles armés. Ils seraient entrain de s’installer sur cette colline qui jouxte la profonde forêt de la Kibira. Selon des sources policières, l’on observe des mouvements d’hommes en armes se déplaçant la nuit par groupes de six à huit personnes. Ils prennent la direction de Nyenkarange…]

 

 

 

-(Net Press) La Ldgl s’exprime sur le déroulement des présidentielles du 28 juin 2010. [ A travers la déclaration rendue publique par la ligue des droits de la personne dans la région des grands lacs (Ldgl) sur les élections présidentielles du 28 juin 2010, elle a indiqué que cette activité a été bien déroulée dans tout le pays en général et partout où se trouvaient ses observateurs en particulier. Ainsi, la Ldgl signale qu’elle avait déployé des observateurs dans 8 provinces surtout celles qui ont un grand nombre d’électeurs à savoir Bujumbura mairie et rural, Bururi, Kayanza, Gitega, Muyinga, Ngozi, et Kirundo. Pour cette organisation, les opérations de vote ont été clôturées et le dépouillement s’est déroulé conformément au prescrit de la loi électorale malgré quelques confusions des agents des bureaux de vote en ce qui est des termes pour qualifier tel ou tel autre vote comme abstention ou vote contre. Et ensuite, ajoute-t-elle, les résultats du scrutin ont été aussitôt proclamés et signés par les mandataires politiques du parti en lice en présence des observateurs, là où ils étaient. A cet effet, la Ldgl se félicite d’une part, que la commission électorale nationale indépendante ait tenu compte de certaines recommandations lui faites par les observateurs sur le déroulement du scrutin communal. D’autre part, elle déplore la non participation des autres partis, surtout de l’opposition, à la compétition pour la magistrature suprême. Les scrutins à parti unique ne garantissent pas l’alternance du pouvoir ainsi que le caractère compétitif des élections a-t-elle poursuivi. Encore plus, elle regrette que les partis de l’opposition n’ont pas eu le droit à l’expression et à faire campagne pour faire valoir leurs opinions politiques. Par conséquent, la participation de la population au scrutin présidentiel du 28 juin 2010 était faible par rapport à celle du scrutin communal du 24 mai 2010 auquel les partis d’opposition étaient parties prenantes…]

 

 

 

(SurviT-Banguka)La société civile exhorte les Nations Unies à secouer le Président burundais[ … A l’occasion d’une visite qu’il vient d’effectuer à Bujumbura, l’Ambassadeur Paul SEGER, Président de la Configuration Burundi au sein de la Commission onusienne de consolidation de la paix, a rencontré les leaders des organisations de la société civile pour échanger sur l’impasse politique dans le quel laquelle le pays s’est plongé depuis que le premier scrutin (élections communales) s’est avéré comme n’ayant été qu’une mascarade d’élection. La réunion a eu lieu le 2 juillet dans les enceintes du BINUB. Les leaders de la société civile n’ont pas mâché leurs mots. Ils demandent au diplomate onusien de secouer la communauté internationale par le biais de l’ONU afin qu’elle contraigne le Chef de l’Etat, Pierre Nkurunziza, à amorcer un dialogue avec les partis d’opposition. Les participants à cette rencontre ont été unanimes pour déclarer que le pays va droit au mur. « Si le parti présidentiel est leseul qui contrôle le parlement, le gouvernement et l’administration, la démocratie ne sera plus qu’un vain mot au Burundi, les droits de l’homme seront bafoués à grande échelle et même notre existence en tant que société civile sera menacée, et le risque de retomber dans les violences sera évident ; c’est ainsi que nous voulons demander à l’ONU d’intervenir tant qu’il est encore temps », explique Pacifique Nininahazwe, délégué général du Forum pour le renforcement des organisations de la société civile (FORSC)…]

 

 

 

 

-(Burundi Tribune) Les Bashingantahe réclament toujours un cadre de dialogue politique [ … A l’occasion d’une réunion ordinaire du Conseil National des Bashingantahe tenue ce lundi 5 Juillet 2010, cet organe a une fois de plus réclamé un cadre de dialogue politique,en vue de prévenir un regain de violence consécutif aux élections contestées. L’ambassadeur Barthazar Habonimana, président de ce conseil a indiqué que « tôt ou tard, sous les hospices des Bashingantahe ou d’autres, les parties en conflit devront être rapprochées, pour une paix durable dans le pays. Mais le préalable est que les leaders politiques fassent preuve de bonne foi et d’humilité »…]

 

 

 

 

 

(Source: xinhua) Les observateurs de la présidentielle continuent de présenter leurs rapports [ … La Ligue des droits de la personne dans la région des Grands Lacs (LDGL) et la Coalition de la Société civile pour le Monitoring des Elections (COSOME ) apprécient positivement le déroulement de l'élection présidentielle du 28 juin dernier. Au cours d'un point de presse tenu samedi, JMV Kavumbagu, président de la COSOME, trouve que cette élection s'est déroulée dans le calme et la sérénité sur l'ensemble du territoire et estime que "les résultats reflètent l'expression de la population" malgré l'impact de la sécurité sur le vote. Il a fait référence aux attaques à la grenade à Bujumbura et ailleurs et au comportement de certains jeunes du parti au pouvoir qui se sont substitués en policiers pour assurer la sécurité. Il a salué l'amélioration des conditions de vote, notamment l' emplacement des isoloirs pour le secret de vote et le matériel qui a été disponibilisé à temps par rapport au scrutin communal du 24 mai dernier. Joseph Ndayizeye, vice-président de la LDGL, trouve lui aussi que "le matériel électoral était au complet et disponible en quantité suffisante". Les deux organisations de la société civile déplorent toutefois le comportement des hommes politiques qui, selon eux, ont placé la population entre le marteau et l'enclume en l'invitant les uns à aller voter par force, les autres à ne pas aller voter. Elles demandent toutes aux partis politiques de se mettre ensemble pour engager le dialogue en vue de redresser le processus électoral en cours et de trouver une issue aux problèmes posés beaucoup plus sur le terrain politique que sur le terrain électoral…]

 

 

 

-(Net Press). Quel péché Rwasa et sa famille ont commis ? [ … Depuis un certain temps, la population burundaise a été informée par les médias tant nationaux qu’internationaux, de la fuite du patron du parti Fnl, juste après les élections communales du 24 mai 2010. Rappelons que le président des Fnl M. Agathon Rwasa avait été choisi par les partis contestataires de ces élections pour être à la tête d’une alliance des démocrates pour le changement (Adc-Ikibiri), qui leur sert de cadre de revendications…]

 

 

 

-(Net Press). La population burundaise doit être transformée en une force productive [ … A l’occasion de la journée mondiale de la population qui sera célébrée ce lundi 11 juillet 2010 sous le thème « Chaque individu compte », l’association parole et action pour le réveil des consciences et l’évolution des mentalités (Parcem), a sorti une déclaration pour se joindre au peuple burundais en vue de commémorer cette journée…]

 

 

 

-(Burundi Tribune) OLUCOME -Plus de 25 Milliards Frs Bu détournés dans 3 mois [ … L’Observatoire de Lutte Contre la Corruption et les Malversations Economiques (OLUCOME) s’indigne du détournement croissant des fonds publics par des agents et cadres de l’Etat sous la bénédiction des structures gouvernementales. Le président de l’OLUCOME affirme que l’Etat risque de perdre plus de 25 milliards de nos francs dans des dossiers de détournement traités par cette organisation au cours du premier semestre si rien n’est fait…]

 

– Jean Bosco Nzosaba / Incident de RUZIBA-communiqué de presse de l’ADC-Ikibiri [… COMMUNIQUE DE PRESSE – Concerne : Condamnation des massacres commis par le Gouvernement à RUZIBA – La coalition ADC-IKIBIRI vient d’apprendre avec stupéfaction que ce samedi 10 juillet 2010, l’armée gouvernementale appuyée par des détachements de la Police Gouvernementale et des milices « Imbonerakure » du CNDD-FDD, a engagé une vaste opération de massacres des populations civiles vivant dans la zone Ruziba en commune Kanyosha de la mairie de Bujumbura…]

 

 

-( COSOME)Arrestation d’un Directeur d’une agence de presse indépendante au Burundi [ … Le directeur de l’agence de presse en ligne, Netpress, Jean Claude Kavumbagu, a été arrêté pour la cinquième fois consécutive de sa vie professionnelle puis immédiatement écroué à Mpimba, la prison centrale de Bujumbura, pour des raisons non encore clairement élucidées, apprend-on de diverse sources concordantes à Bujumbura… Dans une émission radiodiffusée sur les antennes de la radio publique africaine (RPA), le Président de l’Union des journalistes burundais(UJB) a demandé la libération « immédiate et inconditionnelle » du Journaliste étant donné qu’il peut comparaitre en étant en liberté sans nuire à l’ordre public ou tenter de se soustraire à la justice de son pays. D’autres sources concordantes au sein de la corporation journalistique et de l’opinion pensent que le patron de Netpress est encore une fois victime de l’exercice de « la liberté d’expression » et « du droit à la liberté d’opinion » pourtant bien reconnus par la Constitution burundaise…]

 

 

 

 

-(Burundi Tribune) Besoin de plus de dialogue entre les professionnels des média.[ Innocent Muhozi, Président de l’Observatoire de la Presse Burundaise – Après de longs mois de relations tendues au sein des professionnels des media, surtout entre les responsables des stations Rema FM et RPA, un nouveau cadre de dialogue vient d’être initié ce mardi 20 Juillet 2010 à l’occasion d’une journée de réflexion sur « Les problèmes spécifiques de la déontologie des media pendant les élections ». C’était l’occasion pour la présidente du Conseil National de la Communication, CNC de réévaluer les journalistes qui oeuvrent en synergie pour couvrir le processus électoral. « Dans l’ensemble, les media ont joué leur rôle mais, en cas de dérapage, que le problème se règle au sein de l’instance d’autorégulation, Observatoire de la Presse Burundaise (OPB) ; au lieu de laisser la situation s’empirer », selon Madame Vestine Nahimana. Dans sa précédente sortie médiatique, elle avait estimé que les journalistes avaient agi comme la Radio Mille Colline qui a accompagné le génocide rwandais de 1994. « Vous aviez brûlé le pays, n’eût été la volonté de Dieu », avait-elle dit lors d’une conférence de presse. Pour le Président de l’OPB (Observatoire de la Presse Burundaise), Innocent Muhozi, les principes universels qui régissent la profession et ceux qui sont chargés de les appliquer doivent peser lourd afin d’amener tout le monde à la raison. Quant à l’autorégulation, elle doit se faire à l’échelle individuelle, rédactionnelle et communautaire, selon toujours M.Muhozi…]

 

 

 

-Vestine Nahimana amadoue les journalistes [ … Changement de ton de Vestine Nahimana, après ses virulentes critiques de l'action des journalistes dans la couverture de la campagne et du scrutin des Présidentielles. Selon la présidente du CNC, «les journalistes ont bien travaillé même si des manquements ne sont pas à exclure.» Ces propos ont été entendus alors que Mme Nahimana participait à une conférence sur les problèmes spécifiques de déontologie des médias pendant les élections…]

 

 

 

-(SurviT-Banguka) Le directeur de l’agence Netpress retombe dans la nasse judiciaire.

 

 

 

-(SurviT-Banguka) Exit le multipartisme, bonjour la tyrannie.[ … Les Burundais sont de nouveau convoqués pour élire leur président. Mais contrairement au flux massif de votants observé lors du dernier et premier scrutin, ils ne se bousculent pas pour aller plébisciter l’actuel président de la République, unique candidat en lice après le désistement des autres candidats navrés par les fraudes massives qui ont émaillé les élections communales du 24 mai, sur fond de complicité de la commission nationale électorale (CENI)…]

 

 

 

 

-(Net Press) La Rtnb met toujours en doute son caractère public.[… Bien qu’on ne sache pas si la décision de boycotter les journaux de la synergie hier vendredi soir prise par les autorités de la radio-télévision nationale du Burundi interviendra au cours de la campagne des prochains scrutins, le moins que l’on puisse dire est qu’une fois de plus, le pouvoir du Cndd-Fdd vient de montrer par là que la radio et la télévision nationales ne sont pas des médias appartenant au public et donc à tous les Burundais de toutes les tendances politico-ethnico-religieuses, mais bien deux objets entre les mains du pouvoir…]

 

 

 

 

-(Net Press) Peu de gens sur les files d’attente est que le candidat est élu à plus de 80 %, qui serait le mieux placé pour expliquer ?[… Sans surprise, le seul candidat à la présidence est, selon les informations qui nous parviennent de nos confères qui sont sur terrain, élu dans plusieurs régions du pays à plus de 80%, une situation qui inquiète pourtant plus d’un. Inquiétude par ce qu’en effet, depuis hier matin, les journalistes déployés dans tout le pays n’avaient cessé un seul instant de s’étonner sur la faible fréquentation des bureaux de vote qu’ils observaient étant sur terrain…]

 

 

 

(Net Press) Ceni- Exploitation de l’homme par l’homme ! [ … De source proche des agents de la Ceni, cette dernière fait travailler ses agents presque gratuitement. Des grognes sont donc légion au sein de ces travailleurs dont la valeur de leur prestation est à concurrence de 18.000 Fbu après 26 heures de travail sans relâche…]

 

 

 

 

-(Net Press) Le président de l’Abr satisfait du travail effectué par les journalistes de la synergie. [ … M. Corneille Nibaruta, président de l’association burundaise des radiodiffuseurs, a félicité les journalistes en synergie des médias. Il a remercié les professionnels pour le travail combien louable pendant la présidentielle du 28 juin 2010. Cependant, il n’a pas oublié de déplorer le comportement du président du centre de vote de Kinama qui a malmené les journalistes de la radio-télévision Renaissance en les empêchant l’accès à l’information qu’ils étaient en train de chercher. Il a évoqué que ces journalistes faisaient leur travail dans le strict respect de la loi. Il a terminé en remerciant tous ceux qui ont aidé pour que cette synergie ait lieu…]

 

 

 

(Net Press) Après 48 ans d’indépendance, l’Olucome dresse un bilan négatif. [… A travers son communiqué de presse rendu public, l’observatoire de lutte contre la corruption et les malversations économiques regrette que toute cette période a été caractérisée par une mauvaise gestion du point de vue économique à telle enseigne que l’Etat est resté dans une dépendance économique inimaginable vis-à-vis de l’extérieur et des fois même de certains individus. Paradoxalement, certaines personnes et partis politiques sont devenus plus puissants que l’Etat à cause de l’enrichissement illicite et de la corruption, précise le communiqué…]

 

 

 

 
 
 
 
 
 

 

 

Aout :


Société civile internationale :

 

 

-(PANA) – Nouvelle arrestation d'un journaliste [ … Arrestation d'un journaliste au Burundi – Le directeur de publication de l'hebdomadaire indépendant Arc-en-ciel, Tierry Ndayishimiye, a été arrêté mardi par la police et conduit directement à la prison centrale de Bujumbura pour un article sur des malversations dans la passation d'un marché à la Régie nationale de l'eau et électricité (REGIDESO), a-t-on appris auprès de son avocat…]

 

 

 

-Eva Palmans, ancienne Coordinatrice régionale de l’ONG belge 11.11.11 a dit ses adieux à ses anciens collaborateurs au Burundi. Les cérémonies d’adieu ont eu lieu à l’hôtel Safari Gate, près du lac Tanganyika à Bujumbura.

 

 

 

-Heard the one about the comedian, the quiz and the aid agency? [… The Twitter Quiz launches Christian Aid’s annual fundraiser, Quizaid which takes place between 13 and 19 September and aims to raise £230,000 for Christian Aid’s work with communities in 50 of the world’s poorest countries. Prospective quiz masters can hold their own QuizAid event at home, work, school or in their local pub by simply applying for a free Quizaid pack online at www.christianaid.org.uk/quizaid. The pack includes the quiz questions and answers and everyone who enters a quiz makes a donation… The money raised will help change the lives of some of the world’s poorest communities. £2 could buy four school books for children in Burundi …]

 

 

 

-In Burundi, 2nd editor arrested in less than a month [ … New York, August 11, 2010–Burundian police on Tuesday arrested Thierry Ndayishimiye, chief editor of the private weekly Arc-en-Ciel, on defamation charges related to a story about alleged government corruption. Ndayishimiye is the second Burundian editor to be jailed in less than a month. The state prosecutor summoned Ndayishimiye to a court in the capital, Bujumbura, and then placed him in Mpimba Prison, defense lawyer Gabriel Sinarinzi told CPJ. The arrest stemmed from a July 30 article that alleged embezzlement and the use of substandard materials at the state energy authority REGIDESO. The authority did not publicly respond but an executive filed a complaint alleging the article had defamed him. Ndayishimiye appeared before state prosecutors on the matter once before, on August 6, according to Eric Manirakiza, chief editor of Radio Publique Africaine…]

 

 

 

 

-Burundi Journalists' Union condemns imprisonment of two colleagues [ … The Burundi Journalists' Union (BJU) has condemned the imprisonment of two colleagues since July. Thierry Ndayishimiye, director of the private Arc-en-ciel weekly was detained on Tuesday after the July 17 arrest of Jean Claude Kavumbagu, director of the Net Press online newspaper. At a press briefing held on Wednesday in the Burundian capital Bujumbura, BJU Chairman Alexandre Niyungeko said, "The procedures to arrest the two journalists were unlawful." … ]

 

 

 

-(Net Press Appel urgent pour la libération d’un journaliste qui croupit en prison au Burundi.

 

[… La fédération africaine des journalistes (Faj), la fédération internationale des journalistes (Fij) et l’association des journalistes de l’Afrique de l’Est (Ajae) ont exprimé leur profonde préoccupation par rapport à cette campagne d’intimidation orchestrée par le gouvernement burundais contre des médias et demandent que cela cesse. Ces organisations protestent contre la décision des autorités burundaises de retenir contre Jean-Claude Kavumbagu, directeur de l’agence de presse Net Press, la charge de « trahison » qui, si une fois établie, conduira à un emprisonnement à vie…]

 

 

 

-(By Leah Thorsen / post-dispatch.com / SLU Busch Student Center, on the campus of Saint Louis University) Survivors of Gatumba massacre gather at SLU […Survivors of the 2004 "Gatumba Massacre," in Burundi, Africa, sing and pray during a special memorial for the 166 lives taken by the armed factions in Africa. Hundreds of the survivors and their families have been relocated to America…]

 

 

 

 

La mise en place d’une commission nationale indépendante des droits de l’homme accuse du retard [ … La mise en place d’une commission nationale indépendante des Droits de l’homme au Burundi accuse un grand retard, a indiqué jeudi Mlle Chantal Mutamuriza, chargée des Droits de l’homme au Service international pour les droits de l’homme (SIDH) des Nations Unies basé à Genève. Mlle Mutamuriza, qui s’exprimait en marge des travaux de l’atelier régional organisé à Bujumbura depuis le 17 août sur le suivi des recommandations de l’Examen périodique universel (EPU) des Etats en rapport avec la situation des droits humains, a rappelé qu’en décembre 2008 à Genève, lorsque le Burundi a été examiné en matière de protection des droits humains, les plus hautes autorités nationales avaient accepté une mise en œuvre rapide d’une recommandation portant sur la création de la Commission nationale indépendante des droits de l’homme…]

 

 

 

 

 

 

 

 

Société civile politique (Générale)

 

 

-(Burundi Tribune) 22ème anniversaire des massacres de Ntega et Marangara [ Les familles des victimes des massacres de 1988 perpétrés dans les communes de Ntega (province Kirundo) et Marangara (province Ngozi) commémorent ce dimanche 15 Août le 22ème anniversaire de la disparition des leurs. A cette occasion, le président de l’association des familles des victimes Serge Mberamiheto déplore que des enquêtes n’aient jamais été diligentées pour identifier les planificateurs et les exécutants de ces massacres. « L’administration de l’époque avait fait preuve de négligence à telle enseigne qu’on ne connaît même pas à ce jour ne nombre de personnes qui avaient été tuées », indique M.Mberamiheto…]

 

 

 

 

 

 

 

Société civile politique (Frodebu)

 

 

-(Burundi Tribune) Pierre-Claver Mbonimpa reçoit le Prix Henry Dunant [ … Pierre Claver Mbonimpa, APRODH / Burundi – Le président de l’Association pour la défense des droits de l’homme et des détenus (APRODH) vient de se voir décerné le Prix Henry Dunant pour ses efforts dans la protection des détenus…]

 

 

 

 

 


Société civile politique (Celle des fils/filles de la Dictature militaire – des Bahima barundi):

 

-(Net Press) L’Opb présente le rapport bimensuel de monitoring des principes déontologiques. [ … Au cours d’une conférence de presse de ce matin, l’observatoire de la presse du Burundi a rendu public un rapport sur neuf radios, trois télévisions et quelques journaux tant du secteur public que privé. Ce document de 58 pages indique que le contexte sociopolitique et sécuritaire des secondes élections générales post-conflit au Burundi a pesé lourdement sur les reportages et a polarisé les médias écoutés et/ou lus de bout en bout de la période de juin à juillet 2010. Cette période qui correspond au processus électoral a vu la participation des différents médias dans la synergie pour couvrir les scrutins déjà organisés. M. Innocent Muhozi, président de l’Opb a affirmé que les médias en général se sont bien comportés mais qu’il y a eu bon nombres de dérapages. Comme le montre ce rapport qui a été effectué par l’expert de l’Opb M. Ferdinand Bigumandondera, l’interprétation des résultats a pris une tournure inattendue, aussi bien dans les médias qu’au sein des états-majors des partis politiques lors de la proclamation des résultats provisoires des communales. L’annonce des résultats provisoires par la synergie des médias a donné largement vainqueur le Cndd-Fdd et l’opposition les a vite contestés. Par après, il y a eu la formation de l’alliance des démocrates pour le changement (Adc ikibiri). Ce débat politique a bipolarisé les médias entre ceux qui défendaient, d’un côté, les gagnants, d’un autre, les perdants. Le code d’éthique et de déontologie journalistique n’était plus respecté…]


-(Net Press). Thierry Ndayishimiye sous les verrous… [ … Le Directeur de l’agence Net Press, Jean-Claude Kavumbagu, est à son 25ème jour d’incarcération arbitraire à Mpimba, accusé de « trahison », une infraction exclusivement possible en période de guerre, selon l’article 570 du code pénal burundais. Le Burundi est-il en guerre ? Après un interrogatoire de ce matin qui a duré plus d’une heure, le directeur de l’hebdomadaire, Arc-en-ciel, Thierry Ndayishimiye a été directement conduit à la prison centrale de Mpimba. Il avait répondu à une deuxième convocation signée par le procureur en marie de Bujumbura, Rénovat Tabu, après celle de vendredi dernier. Au cours de son interrogatoire d’aujourd’hui, Thierry Ndayishimiye a été demandé de fournir de plus amples explications sur un article paru dans son journal qui évoquait les malversations au sein de la Régideso. Son avocat, Me Gabriel Sinarinzi signale d’ores et déjà que les conditions de détention de son client sont illégales. Il convient de signaler que c’est la deuxième détention d’un homme de médias suite à un article publié, après celle de Jean-Claude Kavumbagu.

 

 

 

 

 

-(SurviT-Banguka) Le pouvoir exhibe ses muscles [ … Et de deux. Après avoir mis à l’écrou le directeur de l’agence de presse en ligne Netpress, le pouvoir continue à harceler les journalises à la langue pendante. C’est ainsi que Thierry Ndayishimiye, directeur de l’hebdomadaire Arc-en-ciel a, a été arrêté et conduit, illico, à la prison centrale de Mpimba, le 10 août 2010…]

 

 

 

-L'Olucome n'entend pas oublier l'affaire Interpetrol. Les juridictions internationales seront interpellées.

 

 

 

-(Burundi Tribune) La société civile, partenaire désormais incontournable dans la gestion du pays.[ Pacifique Nininahazwe, Délégué Général Forum pour le Renforcement – Burundi – Des défenseurs des droits humains du Burundi et de la RDCongo sont en formation à Bujumbura notamment sur les instruments juridiques internationaux. Il s’agit surtout de s’imprégner de l’importance de l’examen périodique universel auquel chaque pays est astreint et de la mise en ouvre de ses recommandations. A cette occasion, le délégué général du Forum pour le Renforcement de la Société Civile du Burundi (FORSC) a estimé que le gouvernement à venir devrait collaborer avec la société civile, pour ne pas rater le chemin de la démocratie… A cette occasion, le délégué général du Forum pour le Renforcement de la Société Civile du Burundi (FORSC) a estimé que le gouvernement à venir devrait collaborer avec la société civile, pour ne pas rater le chemin de la démocratie. « Seul le dialogue entre le gouvernement et la société civile portera des fruits, l’opposition s’étant retirée du processus électoral et partant des institutions. Un seul parti va dominer la vie politique et de façon écrasante. Seule la société civile servira de contrepoids. Malheureusement, une certaine opinion l’assimile délibérément à l’opposition politique », indique Pacifique Nininahazwe. Le parti au pouvoir, le Cndd-Fdd a raflé presque tous les sièges dans les deux chambres du parlement et aux conseils communaux. Il a aussi gagné l’élection présidentielle, ce qui lui permettrait de régner sans partage pendant une législature de cinq ans. Cela serait un pur retour au système de parti unique, contraire aux principes démocratiques, selon toujours Pacifique Nininahazwe …]

 

 

 

 

-(COSOME) –Les partis politiques ne sont pas autorisés à organiser la campagne électorale pour les élections collinaires burundaises du 7 septembre prochain pour lesquelles les citoyens en âge de voter (18 ans révolus), seront appelés à élire « les conseillers de collines ou de quartiers », indique un décret présidentiel sorti le 21août 2010. Le décret présidentiel précise en revanche que pour cette campagne dont le démarrage est fixé au 22 août 2010 à 6 heures locales pour se clôturer à 18heures, « seules les candidatures indépendants » ayant déposé les dossiers de candidatures à la Commission Electorale Communale Indépendante (CECI), sont autorisés à mener les opérations de propagande électorale…

 

 

 

 

-( COSOME) « Le Burundi à la croisée des chemins », selon l’OAG [ … , -Le rapport du premier semestre 2010 sur la gouvernance de l’Observatoire de l’action gouvernementale (OAG) trouve que le Burundi est « à la croisée des chemins de la démocratie ». L’OAG décrit dans le rapport un contexte « fortement marqué par le processus électoral » et « émaillé de contestations de fraude électorale ». Ce contexte, selon ce rapport, est caractérisé par une bipolarisation de débat politique et la formation des camps irréconciliables des « vainqueurs »et des « déçus ». Le rapport précise en outre que le contexte général est aussi resté celui des atteintes à l’intégrité physique des personnes et des biens particulièrement au cours de la période électorale avec des assassinats de membres de partis politiques…]

 

 

 

 

 

Quelles attentes de la société civile des institutions nouvellement élues ? [ A l’occasion de l’entrée en fonction de nouveaux élus à tous les niveaux, les Organisations de la Société Civile (OSC) signataires du présent mémorandum adressent ses sincères félicitations à tous ceux qui ont bénéficié de la confiance du peuple et leur souhaitent de travailler à la satisfaction de tous les Burundais ; A cette même occasion, les organisations de la société civile signataires de ce mémorandum expriment, sans être exhaustif, à l’endroit des nouveaux élus es attentes suivantes : …]

 

 

 

 

(Net Press/Pacam) La gestion du contentieux électoral. [… Les dernières élections au Burundi, ont été caractérisées par quelques irrégularités dont certaines ont fait l’objet d’un contentieux électoral. Les journalistes du Pool Pacam ont essayé cette semaine, dans le cadre du programme Mbariza ntore, d’analyser ce qui a été fait en matière de gestion du contentieux électoral, leur nature, les plaintes et les réponses fournies aux plaignants. Les irrégularités qui ont été signalées par certains partis politiques lors de ces élections de 2010, les ont poussé à se retirer du processus électoral, préférant la pratique de la chaise vide. Certaines pratiques ont été qualifiées d’irrégularités alors que selon la Ceni elles étaient issues d’un consensus entre les partis en compétition et cette institution technique…]

 

 

 

 

(Net Press Les droits humains au cœur des débats au sein de la société civile. [ … Le Directeur de l’agence Net Press, Jean-Claude Kavumbagu, est à son 36ème jour d’incarcération arbitraire à Mpimba, accusé de « trahison », une infraction exclusivement possible en période de guerre, selon l’article 570 du code pénal burundais. Le Burundi est-il en guerre ? La coalition des défenseurs des droits humains facilitée par le Forum pour le renforcement de la société civile (Forsc) et l’Action des chrétiens pour l’abolition de la torture (Acat), en collaboration du service international pour les droits de l’homme (Sidh), ont organisé du 17 au 20 août 2010, un atelier régional sur le suivi des recommandations d’examen périodique universel (Epu) et l’utilisation des mécanismes internationaux et africains des droits humains. C’est pour cette raison qu’une conférence de presse a été organisée ce matin, dans les enceintes de l’hôtel Safari Gate…]

 

 

 

 

(Net Press). Le président de la Ldgl met en doute l’indépendance de la justice burundaise. [… A l’issue d’une rencontre mixte regroupant 15 organisations de la société civile burundaise et 9 autres en provenance de la République démocratique du Congo, qui vient de se tenir dans la capitale burundaise, certains parmi ceux qui venaient de participer à la réunion ont accepté d’exprimer leur sentiment au cours d’une conférence de presse. Ainsi, le président du Forsc, M. Pacifique Nininahazwe a invité ses collègues à recourir aux mécanismes nationaux, sous-régionaux et internationaux existants pour faire respecter les droits de l’homme dans leurs pays…]

 

 

 

 

Burundi – une association s’insurge contre l’interdiction de l’ usage des devises dans les transactions intérieures [ … L’association Parole et Action pour le Réveil des Consciences et l’Evolution des Mentalités (PARCEM), du Burundi, s’insurge contre la décision de la Banque centrale du pays d’interdire l’utilisation des devises dans les transactions intérieures. "Au moment où le Burundi vient d’entrer avec le 1er juillet au Marché commun des Etats de l’Afrique de l’Est et se prépare à entrer dans l’Union douanière de cette communauté, c’est impassable que les autorités de la Banque Centrale décident de se recroqueviller sur elles-mêmes en interdisant l’usage des devises dans les transactions intérieures du pays", a indiqué mardi Faustin Ndikumana, président de la PARCEM. La Banque centrale burundaise indique que l’usage des devises à l’intérieur du pays, comme le paiement du loyer et du minerval en devises, viole "la réglementation en vigueur". "Ces mesures ne sont en rien nouvelles puisque la loi a toujours dit que les transactions se font en monnaie locale, en BIF", déclare Gaspard Sindayigaya, gouverneur de la Banque de la République du Burundi…]

 

 

 

 

(Burundi Tribune)- Centrales thermiques : actes de malversation? [ … L’Organisation de Lutte Contre les Malversations Economiques (OLUCOME) accuse le gouvernement burundais d’avoir cautionné des actes de malversations et de n’avoir pas préservé les intérêts de l’Etat. Selon le président de l’OLUCOME, le gouvernement n’a pas suffisamment fait attention au sujet de la location des centrales thermiques pour pallier à l’insuffisance de courant électrique pendant la saison sèche…]

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Septembre :

 

 


Société civile internationale :

 

 

Reporters Sans Frontières demande la libération de Jean Claude Kavumbagu, pour mettre en application les déclarations de Pierre Nkurunziza [… Ambroise Pierre, représentant en Afrique de Reporter Sans Frontières demande la remise en liberté de Jean Claude Kavumbagu,ce qui serait la mise en pratique par les autorités burundaises des promesses de Pierre Nkurunziza lors de son investiture, en matière de respect des droits de l'homme et de la liberté d'expression …]

 

 

 

(Burundi Tribune) La FIJ et la FAJ demandent au président Pierre Nkurunziza de s’impliquer pour que Jean Claude Kavumbagu soit libéré.

 

 

 

(Burundi Tribune) Le président de la FAJ satisfait de sa Mission au Burundi [ Omar Faruk Osman, Président FAJ- Le président de la fédération Africaine des Journalistes FAJ se dit très satisfait des échanges avec les autorités burundaises sur la situation de la liberté de presse au Burundi. Omar F.Osman, l’a indiqué samedi 18 septembre à Burundi Tribune au terme d’une mission qu’il vient d’effectuer au Burundi. « Nous avons eu des entretiens constructifs avec les hautes autorités du pays », s’est-il réjoui. Osman s’est montré optimiste quant à l’évolution prochaine du dossier J-Claude Kavumbagu emprisonné depuis le 17 juillet pour avoir dénoncé une incapacité des forces de sécurité à faire face à une probable attaque des Al Shebbab… ]

 

 

 

-(Net Press)La présidente du forum régional des femmes satisfaite de la place faite à la femme burundaise.

 

 

 

– (Thierry Niyungeko / IWACU ) Quand la coopération allemande organisait une chaîne d’eau, un symbole pour rappeler la valeur de cette richesse [ … Quelques participants à la chaîne d’eau : «Nous espérons que les difficultés rencontrées par les femmes rurales pour approvisionner leurs ménages puissent être levées.» Le Programme Sectoriel Eau (Pro Sec Eau) a organisé, ce jeudi 16 septembre 2010, une chaîne d’eau en plein centre ville. Le but était de montrer les difficultés que rencontrent les femmes burundaises dans l’approvisionnement des ménages en eau potable…]

 

 

 

 

– (Zack Baddorf / WFP ) With new electronic devices, UN World Food Programme (WFP) is speeding up the process of data collection and improving the accuracy of its food security surveys. Instead of writing out the answers to their queries by hand, answers to food assessments are typed directly into handheld Personal Digital Assistants (PDAs). [WFP programme assistant Gerard Bisman has been using the electronic tool since they were introduced. He says collecting data is more accurate and that he is collecting them faster because there’s no preparation time and no paper shuffling. Marc Neilson, WFP’s public information officer in Burundi explains: “You’ll ask questions, like: ‘How many meals a day are you eating? How are you cooking? How many people are in the household? …]

 

 

 

– BARK BIIGA / Burundi: une «démocratie» à forte odeur de cadavers.

 

 

 

– (Voice of America) Quatre militants de l’opposition tués au Burundi [ … Le phénomène de l’insécurité commence à inquiéter les Burundais. La semaine dernière, 14 cadavres ont été découverts près d’une rivière en périphérie de Bujumbura. Aujourd’hui, on apprend par une ONG burundaise, l’Association pour la protection des personnes détenues et des droits humains (APRODEH) que quatre militants des ex-Forces Nationales de Libération (FNL), parti de l’opposition, figurent parmi les victimes. ..]

 

 

-(Pool Pacam) Les élections des conseillers collinaires, une préoccupation des citoyens burundais.

 

 

 

 

 

 

 

 

Société civile politique (Celle des fils/filles de la Dictature militaire – des Bahima barundi):

 

 

 

-(SurviT-Banguka) Les assurances du président contrastent avec le quotidien des Burundais [ Depuis qu’il a rempilé pour une autre législature, il y a à peine trois semaines, le Chef de l’Etat burundais, Pierre Nkurunziza, insiste à chaque occasion sur l’impossibilité de relancer la guerre dans le pays par le biais d’une nouvelle rébellion. « La guerre est déjà finie au Burundi, tous ceux qui tenteraient de la relancer ne feraient aucun pas sans être mis hors d’état de nuire, un homme averti en vaut deux », menace-t-il…]

 

 

 

-(Burundi Tribune) Ligue Iteka – L’opposition burundaise doit être responsable.[ Joseph Ndayizeye, J.B. Manwangari, F. Bamvunginyumvira / Burundi -Les partis politiques de l’opposition affirment qu’on ne peut pas parler de démocratie au Burundi tant que certains leaders de l’opposition sont malmenés par le pouvoir en place. Au cours d’un panel organisé par la Ligue Iteka ce vendredi 17 septembre où il était question de voir le rôle des partis politiques de l’opposition dans la sauvegarde de la paix et la sécurité, différents intervenants ont constaté que le pouvoir en place ne peut pas faire la promotion de l’opposition d’autant plus que c’est son concurrent au pouvoir…]

 

 

 

-( Désiré Nimubona/ radio Isanganiro) Un homme âgé de 70 ans a été tué la nuit de ce dimanche à lundi 27 septembre 2010, dans la commune de Murwi de la province de Cibitoke. Obed Nzikondi a été tué par des hommes armés de fusils et en uniformes de police.

 

 

 

-La RPA dans le collimateur du pouvoir [ … Le responsable du charroi de la RPA, Faustin Ndikumana, serait dans les enceintes du Service National des Renseignements depuis plus d’une semaine. Un des véhicules de la radio, également saisi par le même service, aurait servi pour transporter des armes à destination de la réserve de Rukoko. Ce jeudi 23 septembre, M. Ndikumana a comparu au Parquet général en mairie de Bujumbura avec interdiction de l’approcher… ]

 

 

-Indignation des journalistes après le refuser d'accès au point de presse du Président. [ Le CNC parle d'erreur technique, la Présidence de mauvaise santé de Nkurunziza Colère parmi les professionnels des médias du Burundi après le refus par les services de la Présidence de laisser les médias privés, à part la radio Salama et la Radio Fm au point de presse du Président de la République après son retour d'Inde. Pour Corneille Nibaruta, président de l'Association Burundaise des Radiodiffuseurs, «personne ne peut comprendre cet acte, sauf celui qui l'a posé! Refuser à des médias ciblés l'accès à la conférence de presse du Président de la République alors qu'ils avaient été invités donne un tout autre visage à notre Président, très différent de l'honneur qu'il venait de recevoir en Inde. » Corneille Nibaruta, en même temps directeur de la radio Bonesha FM souligne que cette 'ségrégation' crée un sentiment de méfiance d'une part entre les médias publics ou travaillant pour le compte du Cndd-Fdd et le reste, et d'autre part entre les médias qui veulent travailler dans l'indépendance et les institutions, dont la Présidence. «Tel que nous le connaissons, je ne doute pas un seul instant que ce n'est pas le Président de la République qui est à l'origine de cette décision. Et ceux qui l'ont fait, dans l'entourage proche de Pierre Nkurunziza, n'ont pas cherché l'intérêt de leur patron » a souligné M. Nibaruta…]

 

 

 

-Bruit de bottes à Gihanga.[ 1er septembre 2010La situation sécuritaire vire encore au rouge en commune de Gihanga, province de Bubanza (ouest). Des sources policières indiquent qu’il y a eu un clash entre des hommes en armes et des militaires de l’armée burundaise, dans la nuit du 30 au 31 août. Ces affrontements ont été signalés sur la colline Kagaragara. Ce groupe armé venait de la réserve naturelle de Rukoko aux environs de 20 h 30 lorsqu’il est tombé nez à nez dans une embuscade des militaires de la position de Kagaragara. Les autorités policières indiquent que l’affrontement n’a causé aucun dégât humain. Selon des sources officielles, il s’agirait des bandits armés qui avaient l’objectif de voler dans des ménages de Buringa. Certains habitants de Buringa rencontrés au chef-lieu de la province demandent le renforcement de leur sécurité, car ils vivent tout près de la réserve de Rukoko, repaire naturel de tous les malfaiteurs. Rappelons qu’en date du 29 août, des téléphones portables, un groupe électrogène et une somme d’argent avaient été volés à main armée à Buringa. Il y a environ un mois, trois personnes y avaient également péri, tuées par des inconnus armées. Certaines informations non encore officielles font état d’une nouvelle rébellion en gestation, éventuellement initiée par l’ancien chef rebelle Agathon Rwasa pour déstabiliser les nouvelles institutions issues, estime-t-il, des élections volontairement truquées…]

 

 

 

(SurviT-Banguka) La journée internationale des disparus ravive les rancoeurs.

 

 

 

 

 

 

 

Octobre :


 

Société civile internationale :

 

 

-( RFI ) La RPA, principale radio d’opposition du Burundi dans le collimateur du pouvoir [ … La Radio publique africaine (RPA), l'une des stations privées les plus écoutées au Burundi, est soupçonnée par les autorités d’être derrière les nouvelles violences que connaît le pays. Des accusations rejetées par les responsables de la RPA qui parlent de harcèlement. A leur tour, ils accusent les services secrets burundais de vouloir les impliquer à tout prix dans ces violences pour pouvoir s'en débarrasser. Car la radio dérange. En deux semaines, plus d'une trentaine de personnes ont été tuées…]

 

 

 

Reporters without Borders (RSF) [ La principale radio d’opposition subit l’oppression des autorités / African Press Organization (APO)/ — Reporters sans frontières dénonce l’acharnement des autorités burundaises à l’encontre des journalistes de Radio Publique Africaine (RPA), station associative liée au principal parti d’opposition Mouvement pour la solidarité et le développement (MSD). Au cours des dernières semaines, l’organisation a recensé plusieurs tentatives de déstabilisation pour le moins préoccupantes…]

 

 

 

-(AFP) Burundi- une radio privée dénonce le "harcèlement" du pouvoir

 

[ La Radio publique africaine (RPA), une des stations privées les plus populaires du Burundi, a dénoncé mardi "le harcèlement" du pouvoir après la convocation par la police de plusieurs de ses cadres administratifs et journalistes. Faustin Ndikumana, le responsable des transports de la radio, est "détenu dans un cachot de la Documentation (services secrets) depuis 16 jours", a indiqué le secrétaire général de cette radio, André Palice Ndimurukundo.

 

"La RPA est en train de subir un harcèlement de la part du pouvoir", a-t-il dénoncé. "On assiste depuis une semaine à des convocations intempestives de plusieurs cadres et journalistes qui ont comparu devant la police ou le ministère public, sans qu'on sache exactement pourquoi", a expliqué M. Ndimurukundo…]

 

 

 

-( FAO)22 pays confrontés à des crises de longue durée, catastrophes naturelles ou conflits répétés […Les 22 pays -Afghanistan, Angola, Burundi, … — "ont besoin d'interventions spéciales de la part de la communauté internationale qui se consacre au développement", ajoute la FAO…]

 

 

 

 

 


 

 

Société civile Politique (FRODEBU)

 

 

-(APRODH) Le président de l’APRODH se prononce sur la détention de Faustin Ndikumana, chef charroi de la RPA. « Aucune raison ne justifie la prolongation de la détention du chef charroi de la RPA. Faustin Ndikumana est toujours détenu dans les cachots de la documentation, alors que son dossier a été transmis au Parquet par la police. » Déclaration de Pierre Claver Mbonimpa, président de l’APRODH. Faustin Ndikumana est à son 17 ème jour d’emprisonnement. Pierre Claver Mbonimpa considère la violation flagrante du droit, le refus d’accorder la permission à sa famille de lui apporter la nourriture. Ce défenseur des droits des prisonniers et des droits de l’homme profite de l’occasion pour demander que les conditions de détention des prisonniers dans les cachots du Service national des renseignements soient humaines.

 

 

 

 

(Burundi Tribune) Rumonge : Six détenus évadés, un tué. [ … Un détenu de la prison Murembwe (en commune Rumonge, vers le sud du pays) a été tué lors de la tentative d’évasion dans la nuit de samedi à dimanche, cinq ont réussi à prendre fuite tandis qu’un autre a été capturé ayant été retenu par le sable qui ceinture cette prison… Le représentant de l’APRODH à Rumonge dit que les raisons de ces tentatives d’évasion souvent risquant sont dues à la lenteur des procès ainsi qu’aux lourdes peines souvent prononcées à l’endroit des inculpés. Deux des six détenus avaient été condamnés à la peine à perpétuité, un devait purger la peine de 20 ans tandis que les autres étaient des prévenus…]

 

 

 

Réaction du président de l’APRODH sur les accusations de la police. [ Le président de l’APRODH, une association pour la protection des droits des personnes détenues, déplore les propos tenus ce mercredi par le porte-parole de la police nationale. Pierre Chanel Ntarabaganyi, porte-parole de la police, reproche à l’APRODH de tenir des propos mensongers sur la police, à qui, il accuse d’exécution des détenus retrouvés dans la Rusizi. Pierre Claver Mbonimpa indique qu’il possède des preuves et qu’il ne relâchera jamais malgré les menaces. L’APRODH souligne enfin que les cas de meurtre orchestrés par certains éléments de la police doivent pousser ce corps à réagir et à punir les coupables.]

 

 

 

 

 

 

 

Société civile politique (Celle des fils/filles de la Dictature militaire – des Bahima barundi):

 

 

-(LDGL/Carole Vann/Info Sud) Le Burundi esquive la critique Droits de l’Homme [ … Bujumbura a réussi à faire reporter l’examen devant le Conseil des droits de l’homme. Malgré la réélection du président Nkurunziza en juin 2010, opposants, activistes et journalistes sont harcelés, emprisonnés et menacés de mort…]

 

 

 

(SurviT-Banguka)Le syndicat des magistrats s’inquiète de l’ampleur de cas d’arrestations arbitraires. [ … Les défenseurs des droits de l’homme n’arrêtent pas d’alerter l’opinion nationale et internationale sur les nombreux cas d’arrestations suivis souvent par des disparitions mystérieuses et jamais élucidées au Burundi. Depuis qu’une rumeur de nouvelle rébellion circule dans le pays, la police nationale et en particulier le service des renseignements s’attelle à trousser les suspects, les arrêter et les embarquer, illico, pour des destinations inconnues. L’ampleur du phénomène a fini par inquiéter les praticiens du droit. Tant et si bien que le syndicat des magistrats du Burundi (SYMABU) a fini par donner sa lecture de cette inquiétante situation. Selon Vital Nshimirimana, président du SYMABU, deux raisons peuvent justifier ce phénomène : « c’est soit la criminalité qui monte en intensité dans le pays pour des raisons non encore connues ; ou alors ce sont les acteurs de la justice, en l’occurrence les officiers de la police judiciaire ou les magistrats, qui travaillent avec un excès de zèle », confie-t-il…]


 

 

(Burundi Tribune) L’OLUCOME salue la volonté de réprimer les actes de corruption et de malversations économiques.[ … L’organisation de Lutte conte la Corruption et les Malversations Economiques (OLUCOME) se dit satisfaite de la volonté gouvernementale de réprimer les actes de corruption et de malversations économiques. Selon le Secrétaire Général de l’OLUCOME, cette volonté a été matérialisée par les poursuites judiciaires engagées contre les Directeurs Généraux de la Société Sucrière du Moso (SOSUMO) et de l’Office de Transport en commun (OTRACO). Ces deux ex- mandataires politiques sont détenus à la prison centrale de Mpimba…]

 

 

 

(Burundi Tribune) L ’UBJ non satisfaite du niveau de collaboration avec le gouvernement. [ … L’Union Burundaise des Journalistes (UBJ) déplore que les autorités gouvernementales refusent d’accorder des informations aux médias. Selon le Secrétaire Général de l’UBJ, Jean Bertrand Bihizi, la création des postes de chargés de la communication dans tous les ministères qui devrait résoudre le problème n’a servi à rien. « Quand vous demandez l’information au chargé de la communication, le réflexe est de vous renvoyer au ministre et quand vous demandez à ce dernier les informations du ministère, il s’arrange pour ne rien vous donner … ]

 

 

 

– (RPA) Gabriel Rufyiri s’indigne de la passation du marché gré à gré entre Interpetrol et le ministère des Relations Extérieures et de la Coopération Internationale.

 

-L’OLUCOME dénonce des actes de malversations économiques et de corruption dans l’affaire « Don carburant japonais ». Selon Gabriel Rufyiri, Augustin Nsanze, ministre des Relations Extérieures et de la Coopération Internationale a passé un marché de gré à gré sur le carburant de plus de 7 millions de litres.

 
 

Novembre :

 


Société civile internationale :

 

-(Rtnb) Une réunion des avocats de l’Afrique de l’Est vient de lancer la 15eme session à Bujumbura la capitale burundaise. Selon le président de la république Pierre Nkurunziza, il faut que la justice soit libre dans toute la région de l’Afrique de l’Est.

 

 

 

 


Société civile politique (FRODEBU)

 

– (Rpa)Un député belge a adressé une correspondance au roi belge lui demandant de faire revenir le Burundi et son gouvernement à la raison. Selon la correspondance de cet élu belge, le gouvernement de Nkurunziza est en train de violer les droits de l’homme et surtout en menaçant les organisations de la société civile. Selon lui, cette situation est inacceptable vu combien la Belgique reste le premier partenaire économique du Burundi. Il demande à ce que le gouvernement en place respecte l’APRODH et son président au lieu de l’intimider; lit-on dans la correspondance.

 

 

 

 

 

 

Société civile politique (CNDD Nyangoma)

 

-(@rib News) Burundi – Importants détournements de fonds au ministère de la Sécurité publique

 

 

 

 

 

 

 

 

Société civile politique (Celle des fils/filles de la Dictature militaire – des Bahima barundi):

 


-(Net Press). Si l’on en croit aux informations publiées vendredi 19 novembre 2010 par deux journaux en ligne, www.arib.info et www.burunditransparence.org, le ministère de la sécurité publique (Minsp) dirigé par le général Alain Guillaume Bunyoni aurait versé dans les malversations économiques. L’auteur de cet article intitulé Des marchés fictifs au ministère de la sécurité publique : "Tolérance zéro" = "tolérance 100%", rappelle d’abord le cas d’implication de ce ministère dans l’octroi illégal d’un marché des documents biométriques intervenu en mars 2010 …

 

 

-(Isanganiro) Le président de l’Observatoire de Lutte Contre la Corruption et les Malversation Economique (OLUCOME) se dit filé et terrorisé par des inconnus par téléphone.

 

 

– (Bonesha/Rpa) Une double attaque s’est produite dans deux communes de Bubanza au Nord-Est du Burundi, ont confirmé des sources policières sur place.

 

 

– (Rpa) Une autre attaque a eu lieu dans la commune de Mpanda tout près de la première.

 

 

-(Rpa) Deux personnes seraient mortes touchées par des balles perdues lorsque des présumés rebelles burundais ont attaqué une station militaire congolaise, a annoncé ce lundi le commandant Delphin Kayimbi.

 

 

-(Rpa) Des sources de la République démocratique du Congo soulignent la formation d’une rébellion par l’ancien rebelle Agathon Rwasa, président du FNL. Le Comandant de la région Sud-Kivu Delphin Kayimbi a annoncé que 4 opérations ont été lancées conjointement entre l’armée burundaise et celle congolaise pour essayé de démanteler ce groupe de milice burundais.

 

 

– (Rpa) L’élection de l’administrateur communal de Ngagara a été emmaillée d’irrégularités comme l’a confirmé le porte-parole de la CENI Prosper Ntahorwamiye.

 

 

– (Bonesha) L’Observatoire de lutte contre la corruption et les malversations économiques (OLUCOME) se dit préoccupé par la manque de respects des procédures dans la privatisation des entreprises de l’Etat. Gabriel Rufyiri, président de l’OLUCOME, a fait savoir que la privatisation du Complexe Textile de Bujumbura (COTEBU), n’a pas respecté les lois en vigueur dans le domaine de la privatisation.

 

 

– (Bonesha) Le président de l’OLUCOME se dit aussi étonné par le fait que cette entreprise de vente du carburant gagne toujours de grands marchés souvent entourés de manœuvres illégales. Pour rappel, Interpetrole est cité dans une affaire de détournement de plus de 40 milliards de francs burundais encaissé par la même compagnie d’une façon illégale et qui a poussé la ministre des Finances Denise Sinankwa a prendre le large, sous couvert du gouvernement burundais qui n’a pas montré le courage de l’arrêter.

 

 

 

-(Rtr/Rpa) Les partis d’opposition se disent étonnés par la volonté du pouvoir en place de mettre fin au mandat du Binub au Burundi.

 

 

 

-(Rtr) L’élection de Mohamed Rukara comme Ombudsman est une entorse à la démocratie au Burundi, a déploré la présidente de l’UNIPROBA (une association de promotion des Batwa au Burundi). La sénatrice Liberate Nicayenzi se dit choquée qu’on puisse voter en faveur de quelqu’un qui ne parle même pas la langue nationale…

 

 

– (Rpa) L’élection de Cheikh Rukara comme Ombudsman burundais n’est pas tranquillisant, a déploré le délégué général du FORSC, Pacifique Nininahazwe. Selon lui, le rôle de l’Ombudsman est dure et nécessite une grande et parfaite collaboration entre les concernés, c’est à dire des acteurs politiques du pays…

 

 

– (Rpa) Les membres d’une association de transport sur motos en province de Bubanza ont déploré eux aussi le comportement de Remegy Nzeyimana, le commissaire de police qui ne cesse de verser le sang des innocents, en les fusillant alors qu’ils ne représentent pas de dangers pour le pays…

 

 

-Selon des sources es organisations de la société civile confirmées aussi par les membres de l’association des transporteurs de Bubanza, Remegy Nzeyimana est cité dans les assassinats et exécutions extrajudiciaires ces derniers jours. Le dernier cas fut l’assassinat de Jackson Ndikuriyo, ancien policier qui a été tué par le même commissaire puis enterré indignement.

 

 

-(Isanganiro/Rpa) La famille de Niyonsaba Antoine, tué ce vendredi par le commissaire de police à Bubanza, demande que ce commissaire soit puni conforment à la loi.

 

 

 

 

-(Rpa) La population de Kibumba de la commune Kanyosha dans Bujumbura vit dans une grande peur après l’arrestation de trois hommes soupçonnés d’être des combattants du FNL. Des gens qui se sont confiés à une radio locales disent que la population a pointé du doigt ces hommes armés et la police les a arrêtés sur place…

 

 

-(Bonesha/Rpa) Une personne connue sous le nom de Manirakiza Cewusi a été tué ce mercredi à Cibitoke au nord ouest de Bujumbura…

 

 

-(Rpa)Un homme et sa femme ont été tués la nuit de ce mercredi à Mubone dans Bujumbura Rural. Barampiga et son épouse ont été visités par des hommes en uniformes militaires vers 22h et ont encerclé la maison avant de faire sortir le chef de ménage qu’ils ont directement ligoté puis abattu sur place…

 

 

– (Rpa) Les organisations de défense des droits de l’homme dans la province de Ngozi au nord du Burundi demandent l’arrestation de Ciza Pascal, un agent de la documentation nationale, accusé d’avoir violé une fille de 14 ans dans la commune de Nyamurenza après l’avoir terrifié …

 

 

– (Rpa) Plus de 7 personnes seraient dans les cachots de la police dans les provinces du nord. Etant membres des partis d’opposition, ces personnes sont accusées de collaborer avec les groupes armés. Les associations de défense des droits de l’homme disent que ces personnes sont détenues à cause de leur appartenance politique.

 

 

-(Rpa) Cependant les familles des victimes soulignent que les membres des partis politiques de l’opposition sont menacés par le commissaire de police dans la province de Bubanza. Le cas le plus récent, souligne une source proche des familles des opposants en prison, c’est l’arrestation d’un certain Masengesho un des membres influent du parti Msd en province de Bubanza…

 

 

– (Rpa) Les corps sans vies sont découverts ces derniers jours dans certaines communes de Bujumbura Rural. Selon certaines sources, ces personnes ont été tuées par des éléments de l’armée nationale qui ont regagné es positions ces derniers jours …

 

 

 

-(Bonesha/Rpa) Deux corps sans vie d’un homme et une femme viennent d’être découverts flottant dans la rivière Kanyaru dans province de Muyinga au nord du Burundi. Des sources administratives de Muyinga disent être au courant de la situation mais souligne ne pas connaître l’identité des personnes tuées et les raisons de ces assassinats. Un enterrement digne est organisé par la province de Muyinga…

 

 

 

– (Isanganiro) L’ONU vient de mettre 15 provinces du Burundi dans la phase II au niveau sécuritaire. Seules deux provinces de l’Est du Burundi, à savoir Bubanza et Cibitoke sont restées dans la phase III ; selon les mêmes informations…

 

 

(Rpa) Des coups de feu ont également été entendus dans la ville de Kayanza, ce lundi dans la soirée. Des sources sur place parlent d’un affrontement entre les militaires d’une position et un groupe de gens de l’un des quartiers du centre urbain de Kayanza. Quatre militaires non armés mais habillé en tenues militaires se battaient avec la population. Pour séparer les deux groupes, il a fallu que les autres militaires tirent en l’air pour disperser la foule et donner la chance à ces militaires de s’échapper.

 

 

 

– (Rpa)Le président de l’OLUCOME Gabriel Rufyiri dit avoir rencontré l’ambassadeur du japon au Burundi sur ce même dossier et dit avoir montré certaines zones d’ombres autour de la vente « illégale » du carburant par le ministre des Relations extérieures et de la Coopération, une vente qui a occasionné plus de 2 milliards de perte pour l’Etat burundais. Il dit ne pas comprendre comment une personne peut faire une si grave malversation sans pour autant être inquiétée, comme c’est le cas pour le ministre actuel en charge de la Coopération Augustin Nsanze.


 

– (Bonesha)Le bureau de l’Ambassade du Japon au Burundi se dit préoccupé par ce qui se dit autour du don de carburant que le japon avait accordé au Burundi et qui a été mal géré.

 

 

 

-(Bonesha) L’Union Européenne aurait joué un rôle important dans la contrainte du gouvernement burundais pour mettre en place une commission d’enquête sur les récentes vagues d’arrestations des membres des partis d’opposition et dont les cadavres ont été découverts plus tard dans des rivières du Burundi…

 

 

 

 

Décembre :

 

 

 


Société civile Internationale

 

 

-(AFP ) Burundi – des soupçons de corruption sur un marché d'armement se conferment.

 

 

– (UN News Centre) Le Burundi progresse vers la paix, la stabilité et le développement, estime l'ONU.

 

 

-(Rpa/Rtnb/Isanganiro/Bonesha) Le vice-président du Comité de Protection des Journalistes demande la libération du directeur du journal en ligne Net Presse Jean Claude Kavumbagu détenu depuis le mois de juillet de cette année. Selon Robert Mahoney, il est inadmissible que Kavumbagu reste en prison un jour de plus alors qu’il est accusé injustement selon la loi burundaise.

 

 

-(AFP) Burundi – Une ONG anti corruption sous la menace du gouvernement.

 

 

-( PANA) Le CPJ demande la libération « immédiate » d’un patron de presse au Burundi

Droits de l'Homme.


 

 

 

 

 

Société civile politique (proche du CNDD)

 

 

 

-(@rib News) Burundi -Tollé général suite au dérapage d’un responsable religieux musulman

 

-(@rib News) Burundi – les révélations d’une ONG inquiètent le Gouvernement

 

-(@rib News) Burundi-le pouvoir accusé de l’assassinat d’un responsable religieux

 

-(@rib News) Burundi – la société civile réclame le respect des droits et libertés fondamentaux

 

 

 

 

 

 

 

 

Société civile politique (Celle des fils/filles de la Dictature militaire – des Bahima barundi):

 

 

-(Isanganiro)La population de Rugombo déplore la décision les obligeant à faire des rondes nocturnes depuis trois mois. Dans cette commune de Cibitoke au Nord-Ouest du Burundi, la population dit qu’elle est souvent forcée à faire des rondes pour veiller contre des bandits armés et souvent sous la pluie sans même des couvertures…

 

 

-(Rpa) La société civile burundaise déplore que de hauts cadres du gouvernement soient souvent cités dans des actes de corruption à grande échelle sans pour autant être inquiétés. Dans une conférence animée par 11 organisations de la société civile burundaises, il a été rappelé que la corruption se fait entendre alors que le président de la République avait pourtant déclaré que désormais la corruption allait finir une fois pour toute…

 

 

– (Bonesha)Des dossiers de corruption à grande échelles sont à la Une ces derniers jours au Burundi, selon un responsable de la société civile au Burundi. Des dossiers les plus récents rapportent que le ministère de la Défense et des Anciens combattants vient de perdre plus de 4 milliard de franc burundais, soit 4 million de dollars suite à une affaire de surfacturation dans le payement des équipements militaires que le gouvernement burundais venait de s’acquérir auprès d’une compagnie de l’Ukraine. (Bonesha)

 

 

 

-(Rpa/Bonesha)La société civile burundaise regrette que la justice traine les pieds pour mettre à jour la vérité sur l’assassinat de Manirumva, ancien vice-président de l’OLUCOME. Selon le président de l’APRODH Pierre Claver Mbonimpa presque tous les témoins ont été éliminés un a un pour que les enquêtes soient rendus impossibles.

 

 

 

 

 

 

(DAM,NY,AGNEWS, le 20 décembre 2010) –

 

Facebook Comments