Burundi : Le 2ème acteur sociétal – les partis politiques Rundi (en 2007).

Share Button

{jcomments on}L’année 2007 était une période hautement politique. Les acteurs politiques ont appris ce qu’était une Constitution. Le Parlement a été bloqué à cause de mauvaise coalition gouvernementale. En effet au gouvernement on avait le Frodebu – L’Uprona et le CNDD-FDD. Il a fallu un problème interne au CNDD-FDD (la mise en congé de l’Hon. Rajabu Hussein) pour que les deux partenaires ne profitent pour déstabiliser les institutions –Blocage du Parlement-. Et même certains en étaient arrivés à penser à destituer SE. Le Président. Nkurunziza. Les citoyens barundi ont appris aussi à quoi sert le mandat de Député, et Sénateur, grâce au journal INTUMWA. Le résultat est qu’en 2010 la majorité des Parlementaires n’ont pas été reconduit. Une année très riche d’instructions …

Les acteurs de la société rundi

2007 :

FNL-PALIPEHUTU :

Janvier : Ce que les nouvelles autorités découvrent, est que le FNL-PALIPEHUTU a été utilisé par les services de renseignement burundais sous les présidences BUYOYA – NDAYIZEYE. La porte parole de l’armée burundaise FAB, MANIRAKIZA Adolphe, était devenue ” le porte-parole attitré du FNL-PALIPEHUTU”, allié à un certain Pasteur habonimana (Rwasa). Ce FNL-PALIPEHUTU était très fortement médiatisé par l’AFP, REUTER, et PANA, grâce à ce lien avec ce réseau officiel. La couverture médiatique du massacre de GATUMBA est à mettre à l’actif de ce couple.

Février : Selon le FNL, les accords signés ne sont pas encore mis en application. Il demande la libération des prisonniers politiques avant de s’engager dans la mise en application des accords avec le gouvernement. Le gouvernement lui libère six prisonniers du FNL qui étaient emprisonnés dans les Services Nationaux de Renseignement, ancienne Documentation.

Juin:

Gatayeri rejoint Mugabarabona en prison. Quant à Rwasa (le joker de Ndayizeye et du dictateur Buyoya), selon les bruits, ses troupes sont toujours là et il se permet de circuler dans Bujumbura rural et Bubanza.

Juillet:

– En province Makamba, des accrochages ont lieu entre les combattants du PALIPEHUTU-FNL aile Jean Bosco Sindayigaya et les militaires de la FDN dans le secteur Mutuntu de la zone Kabonga, commune Nyanza-lac.

Les combattants du PALIPEHUTU-FNL d’Agathon Rwasa ont violé la loi en organisant une rencontre regroupant un effectif impressionnant sans avertir l’Administration de la commune Mpanda selon l’Administrateur de cette commune de la province Bubanza.

– Fuite des représentants du FNL Palipehutu (Rwasa) à Bujumbura. De plus ils sont accusés d’avoir volé des armes des militaires Sud-Africains. Apparemment, le réseau qui orchestre le FNL /PALIPEHUTU (Rwasa) entrevoit une autre carte à jouer en ce moment où certains -parlent- de mise en place d’ – Etat d’exception – …

-A Paris, deux Burundais sont présents à l’enterrement de -Michel Kipoké ( ONG française, -Initiative et Changement-). Il s’agit de Jacques Kenesse, représentant du Palipehutu FNL, chargé des relations extérieures du FNL; et de Rukindikiza Gratien …

Septembre:

Le FNL-Palipehutu Rwasa  rejette Charles Nqakula comme médiateur.

– Le PALIPEHUTU-FNL d’Agathon Rwasa intensifie ces derniers temps des recrutements en province Cankuzo, des cotisations sont également perçues.

 

Octobre:

-Les combattants du PALIPEHUTU-FNL [Jean Bosco Sindayigaya / Rwasa] s’affrontent de nouveau …

CNDD-FDD :

Janvier :

-Visite du Président du CNDD-FDD, Hussein Radjabu, en Europe.

– “Le président Domitien Ndayizeye, ainsi que quatre de ses compagnons, ont été acquittés par la Cour suprême du Burundi”, a déclaré l’avocat de l’ancien président, Me Gédéon Mubirigi. “Alain Mugabarabona a été condamné à 20 ans de prison, tandis que Tharcisse Ndayishimiye en a eu pour 15 ans”.

– Destitution par décret de M. Dieudonné Ngowembona (CNDD-FDD), ancien Ministre des Finances et jusqu’à date Ministre de la Planification du Développement et de la Reconstruction Nationale.

-Les élus du CNDD-FDD viennent de signer la destitution de l’Hon. Radjabu Hussein de la présidence du parti. L’Hon. Radjabu hussein se retrouve seul autour de quelques fidèles comme Karenga Ramazani, Pascasie Kampayano, Nadine Nzomukunda, Bonaventure Ndikumagenge(Bone), Valentin Manirakiza et Jean Petit Nduwimana.

-Les Bagumyabanga commentent une bonne nouvelle : ” Le conseiller principal en matière juridique, diplomatique et politique du Président de la République du Burundi, Mr Gabriel Mpozagara, vient d’être rattrapé par la justice française. Son procès aura lieu. Il est accusé d’esclavage moderne à l’encontre de ses nièces. Ces faits ont eu lieu à Paris au moment où il travaillait à l’Unesco “.

-Un bref entretien du Sénateur Sheikh Mohammed RUKARA à des journalistes sur ce qui se passe au sein du parti CNDD-FDD, dont il est Président du Conseil des Sages. :

“Je commence par demander à tous les membres du parti CNDD-FDD, aux citoyens burundais et à vous les journalistes de rester calmes et sereins. Au sujet de ce qui se passe au parti CNDD-FDD actuellement, sachez qu’à la dernière Assemblée Générale qui a eu lieu à Gitega les 23 et 24 décembre 2006, les participants ont formulé deux demandes importantes qui ont été acceptées et lues publiquement en séance plénière, à savoir :

1. Que les statuts du CNDD-FDD soient revus et amendés

2. Que les dirigeants du Parti à tous les échelons soient élus plutôt que nommés.

En ce qui me concerne, je vous informe également qu’après le prochain congrès au mois de février, je ne me présenterai

pas comme Président du Conseil des Sages [du parti CNDD-FDD] afin que je sois libre de donner mon rapport en toute vérité et dans la transparence. Après mon rapport, je sais que ma vie sera en grand danger, mais Dieu est le plus Grand. Quant à ceux qui menacent les autres en faisant du chantage sur eux, je les prie d’arrêter immédiatement ces manœuvres sordides.”

Février :

-Le mercredi 7 février 2007 à vote – mains levées -, le colonel Jérémie Ngendakumana, ambassadeur au Kenya, est élu président du CNDD-FDD par les participants au congrès extraordinaire du parti au pouvoir, avec deux vice-présidents à savoir Pascal Sesema et Denise Sindokotse, ancien journaliste à la RTNB. Le secrétaire exécutif est Lazare Mvuyekure.

 

-Le Président de la République S.E Nkurunzia est élu président du conseil des sages de ce parti. Radjabu a été aussi désigné pour participer à ce conseil y compris Jean Marie Ngendahayo, un pro Radjabu.

-Quelques jours après, Madame Marine Barampama (Vice Présidente / CNDD-FDD) est révoqué pour irresponsabilité et insubordination au chef de l’Etat. Elle est remplacé par monsieur Gabriel Ntisezerana (CNDD-FDD).

-La député CNDD-FDD, Alice Nzomukunda à Londres devant les Parlementaires britannique : ” … C’est pour moi un grand honneur et un réel plaisir de pouvoir m’adresser à vous dans ce prestigieux building du Parlement Anglais. Je suis particulièrement heureuse que cette conférence sur l’évolution de la situation économique et sociopolitique de mon pays, coïncide pratiquement avec la tenue au Burundi, d’un congrès extraordinaire du CNDD-FDD, parti au pouvoir, dans l’objectif de se remettre en question et mettre les pendules à l’heure. En effet, une année et demi après les élections ayant porté le CNDD-FDD au pouvoir, la gestion du pays n’a pas été des meilleures ; et les résolutions issues dudit congrès viennent de redonner une lueur d’espoir à un peuple meurtri par plus de 10 ans de guerre ; une population qui attend

avec impatience les dividendes de cette restauration de la démocratie…”

Mars:

Mathias Basabose (CNDD/FDD), et la député Alice Nzomukunda (CNDD-FDD), après un petit exil, rentrent au pays.

L’aile -Gitega- des Bagumyabanga n’est pas content (pourtant elle a été un des fers de lance de la destitution de l’Hon.

Hussein Radjabu)… Onésime Nduwimana (CNDD-FDD) est nommé à la SOCABU.

Avril:

Alice Nzomukunda (CNDD/FDD) est élue au poste de premier vice- président de l’Assemblée nationale avec les votes massifs du FRODEBU, de l’UPRONA, et du CNDD Nyangoma …

L’hon. Hussein Radjabu,ex-Président du CNDD-FDD est mis sous les verrous.

Mai:

Difficile mise et reprise pour le nouveau président du CNDD/FDD … Depuis le limogeage de l’Hon. Hussein Radjabu, les véhicules, les finances, les cachets et les documents confidentiels du CNDD-FDD, ne sont pas encore restitué à la nouvelle équipe. C’est un problème !

Juin:

-Une rencontre est organisée au niveau des cadres Bagumyabanga autour du Président S.E. Nkurunziza. Le Frodebu va jouer le jeu de blocage au Parlement. Un bruit qui coure : le Frodebu et l’Uprona (aidé par Nyangoma) et certains Bagumyabanga souhaitent désormais tenter la destitution -du Président du Burundi- prévue par la constitution …

-L’aile -pro Radjabu- crée un partie politique ( pas encore agréé). Feruzi , un proche de Radjabu devient le leader de ce parti appelé l’union des patriotes démocrates (UPD). Il compte plus de 10 députés, voire 20, démissionnaires du CNDD-FDD. Cela renforce le FRODEBU,l’UPRONA, le CNDD Nyangoma et certains Bagumyabanga d’une autre aile.

N’oublions pas que ce TRIO joue aussi en ce moment -la carte FNL/PALIPEHUTU Rwasa-.

-Le nouveau président du CNDD-FDD, le colonel Jérémie Ngendakumana, n’est plus en odeur de sainteté avec -la société civile (uprona) – et certains médias. Ces derniers commencent à le charger comme ils l’ont fait précédemment avec l’Hon. Radjabu Hussein. Ceux-ci lui reprochent de ne pas rentrer dans les magouilles en tendant les bras au Frodebu plutôt que de le fustiger…

Août:

-Les bruits de couloirs lançaient par les médias hostiles au régime CNDD-FDD disent que les bailleurs de fonds refusent de débloquer les fonds tant que le pouvoir ne négocie pas avec l’opposition (C’ést à dire leur donné le gouvernement qu’ils souhaitent !). Le président du CNDD-FDD Ngendakumana Jérémie, avec le Président S.E. Nkurunziza Pierre tiennent bon ! Le CNDD/FDD contre-attaque et prend les citoyens Barundi comme témoins. Les députés du Front de l’opposition refusent de voter des projets d’intérêt généraux -ex. le projet d’Interpostale -. Les Bagumyabanga publient dans le journal -intumwa- les photos, les lieux d’origine et les pères de ces députés qui payent pour servir les citoyens aujourd’hui bloquent tout. Le journal Intumwa est distribué dans tous le pays. C’est le tolé ! Ce journal est distribué sur des positions militaires et de police accessibles aussi.

-20 députés et sénateurs du CNDD-FDD, dont l’Hon. Jean Marie Ngendahayo, écrivent une lettre à envoyer au Président S.E. Nkurunziza Pierre pour lui exprimer leur mécontentement quant à sa façon de gérer la crise actuelle -le blocage du Parlement-. Après avoir élaboré la lettre, les 20 députés et sénateurs du CNDD-FDD invitent leurs collègues de l’opposition pour la signer. La peur au ventre, 16 députés qui l’ont rédigée, n’ont pas osé la signer.

– Le CNDD- FDD célèbre le 2° anniversaire de leur victoire au stade de Gitega.

Septembre:

-Les Bagumyabanga sont contents …. En effet, Mr et Mme Mpozagara sont condamnés par la justice française, lundi soir

 

-17 septembre, à 12 et 15 mois de prison avec sursis pour avoir maintenu leurs deux nièces dans des conditions, proches de l’esclavage. Selon l’avocat des victimes, Patrick Caillet, ils doivent payer en outre une amende de 10.000 euros chacun, et 24.000 euros de dommages et intérêts à verser à la plus âgée des victimes.

-L’Hon. Jean Marie Ngendahayo, député du CNDD-FDD et membre du conseil des sages, démissionne du parti CNDD-FDD. Pendant ce temps, le parti CNDD-FDD traverse une grave crise et ne dispose plus de 50 % du parlement. Parmi les motifs de sa démission, on peut citer le refus du pouvoir de négocier avec l’opposition, la mauvaise gouvernance et son isolement au sein du conseil des sages. En effet, il n’ a jamais été convoqué à aucune réunion des sages.

Octobre :

Basabose (CNDD/FDD) reprend sa place à l’Assemblée Nationale.

Décembre :

-Alice Nzomukunda (CNDD-FDD – Premier Vice Président de l’Assemblée Nationale ) fait une déclaration sur l’assassinat de Benazir Bhutto au Pakistan.

-Le CNDD-FDD s’oppose à la mise en place de la Commission parlementaire sur le suivi des négociations avec le FNL: Les parlementaires du CNDD-FDD boudent une séance plénière à l’Assemblée.

FRODEBU :

Mai : Un nouveau gouvernement doit être mise en place… Depuis les tiraillements au sein du CNDD-FDD, désormais le Frodebu est capable de bloquer le fonctionnement du Parlement s’il n’estime pas que la constitution soit respectée.

juillet: la situation reste bloquée avec le FRODEBU malgré les aménagements faites dans la formation du nouveau gouvernement. Le FRODEBU et l’UPRONA rejettent les propositions du Président de la République.

Août:

– A l’Assemblée Nationale, le FRODEBU, l’UPRONA, le CNDD Nyangoma, et la branche du CNDD-FDD pro Radjabu forment – le Forum de l’opposition – . Ils contestent la formation du nouveau gouvernement burundais.

-Le président du Frodebu, l’honorable Léonce Ngendakumana salut l’initiative du Chef de l’Etat qui a pris la parole pour s’adresser au peuple burundais et reconnaître qu’il y a des problèmes actuellement lors du message à l’occasion du 2éme anniversaire de sa prise de pouvoir. Néanmoins comme on collègue de l’Uprona, il attend des actions concrètes pour faire face à ces problèmes.

Décembre:

– Les partis UPRONA et FRODEBU demandent au peuple burundais de faire des efforts pour sauver les accords de paix signés entre le gouvernement burundais et le mouvement PALIPEHUTU-FNL.

UPRONA :

Lettre ouverte de Ngoga Gateretse (UPRONA) au 1er Vice-Président du Burundi -Nduwimana – : ” Je me permets encore une fois de vous écrire directement en tant que membre du Parti Uprona pour vous faire état de ma vive et profonde préoccupation quant aux nombreux rapports consistants et vérifiés qui me parviennent faisant état de votre tentative, en connivence avec le Député Thérence Sinunguruza, de porter secrètement secours au très contesté Président du parti CNDD-FDD et ceci sans en avoir l’accord et encore moins le mandat des organes dirigeants de l’Uprona…”

Juillet:

– Les bras long de l’Uprona (le Dictateur Buyoya et autres) trouvent que le poste de Premier V-Président occupé par un des leurs n’est pas bien utilisé. Cela va jusqu’à dire que la présence de Nduwimana aux sommets de l’Exécutif risque d’être mortel pour l’Uprona…

– la situation reste bloquée avec l’UPRONA malgré les aménagements faire dans la formation du nouveau gouvernement. Le FRODEBU et l’UPRONA rejettent les propositions du Président de la République.

– (Extrême droite Hima burundaise) A l’occasion du 11ème anniversaire de la tragédie de Teza [Massacres de Teza : les criminels courent toujours.], l’aile Charles Mukasi du parti UPRONA (antigénocidaire) a sorti ce mercredi 4 juillet 07, une déclaration pour matérialiser sa pensée à l’endroit des innocentes victimes et exprimer aussi sa sympathie envers leurs familles.

Aout:

Le président du parti Uprona Aloys Rubuka indique à la presse que les militants de son parti sont restés sur leur soif face à ce qu’il a appelé l’inconsistance du message du Chef de l’Etat lors du discours à l’occasion du 2éme anniversaire de sa prise de pouvoir. L’Uprona attend des actions concrètes pour faire face aux problèmes nationaux …

Septembre:

– La discorde au sein de l’Uprona se poursuit : Le camp martin Nduwimana demande de faire partie des négociations avec le président de la république. Les Parlementaires issus du Parti UPRONA (Rubuka) qui s’apprêtaient à tenir une réunion à leur permanence ont trouvé cette dernière barricadé par les jeunes commandés par les Upronistes pro-Martin.

Octobre :

Frederic Ngoga Gateretse membre de l’UPRONA s’exprime sur la crise qui secoue le parti du Prince Louis Rwagasore et du mouvement des jeunes cadres de Rwagasore pour le renouveau du parti (RAJER). Selon lui, l’Uprona oppose des gens qui ont tous mis de côté les principes pour uniquement promouvoir leurs intérêts. Il pense qu’il n’y a ni anges ni démons entre Messieurs Rubuka et Nduwimana. Il y a eu beaucoup de maladresses des deux côtés ces derniers jours qui ont en quelque sorte contribué à la détérioration de la situation au sein de l’UPRONA.

Décembre:

– (Extrême droite Hima burundaise ) Les pros unionistes du parti UPRONA (aile Charles Mukasi) se retrouvent à Bujumbura pour faire le point sur le projet de rapprochement avec l’aile gouvernementale de ce même parti. Plus de 400 participants originaires de tous les coins du pays effectuent le déplacement à cet effet.

– Les partis UPRONA et FRODEBU demandent au peuple burundais de faire des efforts pour sauver les accords de paix signés entre le gouvernement burundais et le mouvement PALIPEHUTU-FNL.

CNDD Nyangoma :

Octobre :

Nyangoma reprend sa place à l’Assemblée Nationale.

Les députés Idi Omar et Théophile Minyurano (des Proches à Radjabu) de la province de Gitega viennent de quitter le parti CNDD-FDD.

Décembre :

Le Président du Parti CNDD, et leader de l’opposition, le Député Léonard Nyangoma, demande au gouvernement de prendre les choses en main et procéder au renvoi immédiat de leurs services et de traduire en justice toutes les personnes de la police impliquées dans les tueries signalées ici et là dans le pays, des tueries faites pendant les vols à mains armées, telles que citées par le Commandant Jean-Bosco, alias Maregarege.

Le CNDD se saisit de la situation qui prévaut actuellement à l’Université du Burundi (UB).

MSD:

Alexis Sinduhije crée le MSD, le Mouvement pour la Sécurité et la Démocratie, et lance un message de nouvel an.

Le secrétaire général du parti est Déo Hakizimana, connu pour avoir rédigé la lettre ouverte au Président Buyoya lors des événements de Ntega Marangara de 1988. Il a été le principal organisateur du réseau européen du Frodebu à sa création. Alexis Sinduhije refuse de s’exprimer avant son allocution du mardi. Selon son entourage, le bureau politique est composé de : Alexis Sinduhije, Déo Hakizimana, François Nyamoya, Dr Liévin Sabiyumva, Odette Ntahiraja, Chantal , Bakuzako et Innocent Majanja.

EDBT (Extrême droite Hima burundaise )

juillet:

– A l’occasion du 11ème anniversaire de la tragédie de Teza [Massacres de Teza : les criminels courent toujours.], l’aile

 

Charles Mukasi du parti UPRONA (antigénocidaire) a sorti ce mercredi 4 juillet 07, une déclaration pour matérialiser sa

 

pensée à l’endroit des innocentes victimes et exprimer aussi sa sympathie envers leurs familles.

décembre:

– (Extrême droite Hima burundaise ) Les pros unionistes du parti UPRONA (aile Charles Mukasi) se retrouvent à Bujumbura pour faire le point sur le projet de rapprochement avec l’aile gouvernementale de ce même parti. Plus de 400 participants originaires de tous les coins du pays effectuent le déplacement à cet effet.

– La recrudescence des violences observée au Burundi est consécutive à la banalisation du crime de génocide de 1993. Selon Venant Bamboneyeho, président de l’association AC-Génocide.

« L’heure est à la Vérité, le Pardon et la Réconciliation, … l’absolution de tous les crimes graves inhérents à ces conflits, y compris le génocide antitutsi, en cours depuis 1993. » dit l’Extreme droite Hima burundaise

RADDES :

Septembre

Joseph Nzeyimana, président du parti RADDES, un des signataires de l’Accord d’Arusha, s’est éteint à Bujumbura à

 

l’âge de 61 ans. Il était connu comme homme politique actif selon Jean Baptiste Bagaza, ex-président de la république du Burundi. Mais il est aussi associé aux villes mortes dont l’objectif était une épuration ethnique dirigé contre les Bahutu vivant dans la ville de Bujumbura. . (DAM,NY,AGNEWS, le 14 novembre 2010 )

Facebook Comments