Burundi: L’ADC IKIBIRI, 1er acteur politique en 2012

Share Button

agnews_acteur_politique_adcikibiri_bdi2012L’ADC IKIBIRI, coalition de formations politiques ayant perdu les élections démocratiques de 2010, a été le premier acteur politique en 2012, présenté par les média, au Burundi. Et pourtant …

En 2010 , après les scrutins démocratiques, l’ADC Ikibiri, en “mauvaise perdante”, lance une campagne de terreur au Burundi avec des groupes de militants de cette coalition qui se mettent à lancer des grenades à tout azimut à des endroits publics dans la capitale Bujumbura. Il y a des victimes civiles ! Cette campagne de l’ADC Ikibiri sera amplifiée par son réseau de média (notamment le RPA – Radio Publique Africaine – ) pour répandre une tension à travers tout le pays -“on verra des hommes armées partout”-.   La stratégie des “médias terreurs” ne tiendra pas le coup longtemps car sur le terrain, les forces de sécurité burundaise ne verront rien du tout. Pas de rebelles en vue ! 
En 2011, l’ADC Ikibiri tentera alors de passer à la vitesse supérieur – de la rébellion virtuelle (créée par les média)- devenir une rébellion véritable sise au Burundi.
Septembre 2011, l’ADC Ikibiri, branche FNL, lance une tentative à la frontière entre le Burundi et la RDC Congo: C’est le massacre de Gatumba !  Plus de 39  Barundi sont massacrés dans un bar ! C’est l’émotion au Burundi… Tout le réseau (FNL) est jugé et démantelé par l’autorité burundaise.
Entre novembre et décembre 2011, les branches du MSD et UPD de l’ADC Ikibiri vont elles aussi tenter d’instaurer une rébellion au Burundi, mais sans succès ! Ce sont les affaires : Pauline Simonet (France 24)/ Fronabu Tabara pour le MSD et, Hassan Ruvakuki /  FRD – Abanyagihugu  pour l’UPD.
Fin 2011, les rapports de l’ONU accuseront tous les leaders de l’ADC Ikibiri comme étant des acteurs agissant parmi les forces négatives en RDC Congo ( comme consultants de multinationales d’armes entre autres, ou participants à la désolation des civils congolais au Kivu -vols, viols etc. ).
Certaines “rumeurs” ont même annoncé le début de poursuites de cette organisation ADC IKIBIRI à la CPI, Cour Pénale Internationale …

—————————————————————————————————————————–

🙄 Bilan des acteurs de la société burundaise en 2012

—————————————————————————————————————————–

Revenons alors au bilan annuel d’AGnews (Africa Generation News), que l’on retrouve dans le document intitulé « Burundi : Un an par le trou de la serrure (de janvier 2012 à décembre 2012)», qui sort chaque année depuis 2005 … 

L’ADC IKIBIRI est le premier acteur politique en 2012 au Burundi. Parmi l’ADC Ikibiri, le plus médiatisé en 2012 fut : – le FNL (près de 34%) ; – le FRODEBU (27%) ; le MSD (25%) ; l’UPD (6.5%) ; et le CNDD (0.5%). Le FRODEBU est la seule formation politique de cette coalition, dont le leader, résidait au Burundi en 2012. Leonard Nyangoma (CNDD), Alexis Sinduhije (MSD), et Rwasa Agathon (FNL) vivaient en Europe (la plupart en France), tandis que la représentante de l’UPD à Kinshasa.
Un petit rappel, sur l’échiquier politique au Burundi, le rapport de force – démocratique- (ou Poids électoral [Pe] ) de ces formations est (par rapport aux Communales de 2010) : FNL=16.4% ; Frodebu= 6.36% ; MSD=4,75% ; UPD=1.65% ; et CNDD Nyangoma = 0.98% . L’ ADC IKIBIRI avec un [pe] de 30,14% se pose comme force d’opposition face à la coalition gouvernementale avec un [pe] de 72,27% ( CNDD-FDD qui dispose d’un poids électoral [pe]= 64%; l’UPRONA de 7.86% ; et le Frodebu Nyakuri 0.41% )

agnews_acteur_politique_adcikibiri1_bdi2012Le FNL / ADC IKIBIRI a été le premier acteur de l’ADC Ikibiri en 2012. Comment se présentait cet acteur politique de l’ADC Ikibiri ?
Le FNL / ADC IKIBIRI a été présenté par les média, comme un acteur présent, en RDC Congo, plus précisément au SUD-KIVU, aux côtés des forces négatives. Le FNL/RWASA/ADC IKIBIRI était en début d’année 2012 coalisé aux FDLR (les Bahutu rwandais), introduit à ce réseau par le CNDD Nyangoma. Puis, le FNL/RWASA/ADC IKIBIRI s’est coupé en deux au courant de l’année pour rejoindre le M23 (les -Banyamulenge-), avec le concours du MSD/ADC Ikibiri qui les a introduit à ce réseau…
Le FNL/ ADC IKIBIRI qui a refusé d’être au côté des Banyamulenge du M23, conduit par le Général Aloys Nzabampema qui a préféré les FDLR rwandais, s’est distancé de Rwasa Aghaton dont il a écarté de l’Etat Major de la branche militaire du parti.
Au printemps 2012, Claver Nduwayezu du FNL a été tué en RDC. Il était (ditons)- le cerveau du massacre de septembre de 2011- dans la localité de Gatumba.
Au Burundi, M. Emmanuel Miburo a pris les commandes du FNL / ADC IKIBIRI ,après un congrès comme la loi des partis politiques burundais oblige, écartant ainsi Rwasa qui est à l’étranger.
Se conformant à la Constitution burundaise et à la loi sur l’opposition politique, Emmanuel Miburo est aujourd’hui le chef de file de l’opposition au Burundi.

Le FRODEBU / ADC IKIBIRI , avec 27% de présence médiatique en 2012, est la deuxième force de la coalition ADC Ikibiri. Le FRODEBU / ADC IKIBIRI conduit par M. Léonce Ngendakumana et M.Frédéric Bamvuginyumvira, joue, politiquement, au Burundi, le rôle d’amplificateur du discours de la société civile -dite Uprona- (car elle rassemble les enfants de la Dictature des Bahima burundais et qu’elle porte tout haut – la politique de l’Uprona-. Par exemples : elle combat les Imbonerakure – la jeunesse Bahutu Barundi du CNDD-FDD – ; elle met en avant le débat de l’Uprona : avec les questions de la Commission Nationale Vérité Réconciliation ou pour la Composition de la CENI; le rapport de Human Right Watch contesté; l’affaire Hassan Ruvakuki; la constation du travail de la CNTB; les déplacés; la campagne de la vie chère etc.). Le FRODEBU / ADC IKIBIRI s’est montré comme une formation politique sans initiative et manquant de personnalité politique avec cette stratégie. A la fin de l’année 2012, le FRODEBU / ADC IKIBIRI a invité le Frodebu Nyakuri de Minani (dans la coalition gouvernementale) à venir le rejoindre dans l’opposition.

Le MSD / ADC IKIBIRI lui, en tant que 3ème acteur de l’ADC Ikibiri,a été connu en 2012 par :
– l’affaire de l’arrestation d’Alexis Sinduhije en Tanzanie et sa libération;
– le mandat d’arrêt international lancé par le ministère public burundais via Interpol le 14 septembre 2011 contre Alexis Sinduhije pour son implication -supposé- dans deux assassinats ;
– l’accusation de l’ONU comme étant un aliment-eur- en armes de forces négatives en RDC/KIVU ;
– son encadrement médiatique, via sa radio RPA , du député Manassé Nzobonimpa (sorti du CNDD-FDD);
– le lancement de la “Communauté des Barundi” en RDC ;
– ses militants perçus, par l’autorité publique, comme les organisateurs du « banditisme à mains armée » qui perpètrent dans attaques à main armée (braquages,assassinats, viols, etc.) dans plusieurs coins de la provinces de Cibitoke (frontalière avec la RDC);
– etc.
Le discours politique du MSD / ADC IKIBIRI, au niveau national, a été  le même que celui de la société civile dite UPRONA (voir in-supra).
Le N° 2 du parti MSD / ADC IKIBIRI, Maître François Nyamoya, est un familier du très célèbre sinistre Albin Nyamoya qui a organisé – le génocide/régicide des Bahutu Barundi – après l’indépendance du Burundi. Il a fait parti du sérail des apparachites sous la dictature des Bahima burundais (Micombero, Bagaza, Buyoya) qui a fait plus de 4.5 Millions de victimes Bahutu Barundi (Batutsi et Baganwa compris) en 40 ans de pouvoir au Burundi.

L’UPD / ADC IKIBIRI est une organisation politique comprenant -des partisans swahili familiers à l’ancien secrétaire général du CNDD-FDD – El Hadj Radjabu Hussein. M. Zed FERUZI est le président du parti UPD- Zigamibanga. Le porte-parole est Cheauvineau Mugwengezo (celui médiatisé).  L’UPD a été la 4ème force politique médiatisée de l’ ADC IKIBIRI en 2012.
En 2012, l’UPD / ADC IKIBIRI a été perçu par :
– le jugement des 23 prévenus, soupçonnés d’avoir perpétré, en novembre 2011, sous l’étiquette FRD – Abanyagihugu , les attaques terroristes des communes de Cankuzo ;
– l’arrestation, en province de Bubanza (frontalière avec la RDC), de 5 de ses militants pour détention illégale d’armes à leurs domiciles en septembre 2012;
– etc.
Le discours politiques du UPD / ADC IKIBIRI, au niveau national, a été aussi celui de la société civile dite UPRONA (voir in-supra).

( Vous pouvez découvrir quelques exemples de discours et d’actions des partis politiques burundais au travers de ce document : Les partis politiques du Burundi en 2012 . )

DAM, NY, AGNEWS, le 17 mars 2013

—————————————————————————————————————————–

🙄 Les analyses bilans ( période de janvier 2011 à  septembre 2011)  :

—————————————————————————————————————————–

 

Facebook Comments