La société civile du Burundi en 2016 ( Photo : burundi-agnews.org 2017 )

Burundi: 2016 – Apparition d’une nouvelle Société Civile Burundaise, nationale

Share Button
La société civile du Burundi en 2016 ( Photo : burundi-agnews.org 2017 )

La société civile du Burundi en 2016 ( Photo : burundi-agnews.org 2017 )

SOCIETE CIVILE, BILAN – La société civile burundaise en 2016 est  devenue un véritable adjuvant à la dynamique sociale du Burundi (Etat Nation )

Depuis Bujumbura, ce vendredi 29 septembre 2017, le correspondant d’AGnews ( Africa Generation News), basée à New-York-Bruxelles et à Bujumbura, comme cela depuis déjà 2005, vous propose quelques extraits de son bilan – Burundi : Un an par le trou de la serrure – , reprenant une analyse se basant sur les actions plurisectorielles ( relatées par l’État, les citoyens burundais, les média publiques-privés, les associations burundaises ou autres, et les ONGS ) qui se sont déroulées au Burundi ( ou à l’étranger concernant le Burundi ) pour la période de janvier 2016 à décembre 2016.

Ce qu’il faut retenir de la société civile burundaise en 2016 est qu’elle est devenue un véritable adjuvant à la dynamique sociale du Burundi (Etat Nation ). Les associations burundaises apportent désormais leurs parts personnalisées ( dans un secteur social précis ) à la société burundaise. Les artistes et les sportifs ont fait leurs jobs en détendant et faisant toujours rêver la société.

Voici un petit résumé de cette société civile en 2016 au Burundi :  http://burundi-agnews.org/wp-content/uploads/2017/09/BDI_BURUNDI_SOCIETECIVILEDUBURUNDI_EN_2016.pdf

En 2016, un grand nombre d’organisations civiles burundaises ont protesté contre la géopolitique des Grands Lacs Africains et la Mondialisation.
Notamment contre la GUERRE HUMANITAIRE menée contre l’ETAT du Burundi [ http://burundi-agnews.org/guerre-humanitaire/ ].
Cette nouvelle société civile – politique – burundaise a une posture véritablement opposée ( une coupure nette ) à la société civile burundaise entre 2005 et 2015, où elle avait plutôt une posture politique d’opposition qui allait à l’encontre de la dynamique de vouloir construire ou d’apporter un plus à l’Etat et à la société burundaise.
La société civile burundaise, entre 2005 et 2015, était celle de l’ancienne dictature HIMA burundaise ( Plus de 4,5 Millions de victimes Barundi : http://burundi-agnews.org/genocide.htm ), qui, elle, avait fait une alliance contre l’Etat ( conduit aujourd’hui par les filles et fils de l’ancien Royaume millénaire des Barundi – http://burundi-agnews.org/histoire_du_burundi.htm  ) et pour la dynamique mondialiste de vouloir détruire les NATIONS afin d’instaurer le nouvel ordre mondial, où les multinationales font la loi dictée par l’union des grands cartels banquiers du Monde.
La société civile burundaise d’avant 2016 ( Société civile HIMA burundaise – Celle de la REVOLUTION COLOREE RATEE DE 2015 au BURUNDI ) était dans la philosophie de l’ OPEN SOCIETY de l’Homme d’Affaire et philanthrope milliardaire américain M. Georges SOROS. C’est à dire contre les valeurs de l’UNIVERSISME [*] ( UBUNTU ) des Barundi.

Au Burundi, la société civile vient en aide à l’Etat en occupant les places oubliées par cette dernière. Depuis la Colonisation ( 1885 – 1962 ), le système social ( et institutionnel) africain de manière général a été détruit. Le travail de la société civile est d’aider à le reconstruire …

[*] La philosophie africaine, Mbog Bassong.

DAM, NY, AGNEWS, http://burundi-agnews.org, le vendredi 29 septembre 2017

Facebook Comments