Burundi: 2015 – La société civile HIMA burundaise, fer de lance de la Révolution Colorée

Share Button
La société civile du Burundi en 2015 ( FIG. 1)

La société civile du Burundi en 2015 ( FIG. 1)

En 2015,  la société civile UPRONA (  ex parti unique sous la dictature HIMA (*)  burundaise – Micombero, Bagaza, et BUYOYA  [ http://burundi-agnews.org/afrique/burundi-hima-muhima-bahima-et-le-hamitisme/ ] )  a été le fer de lance de la Tentative de Coup d’état militaire du mercredi 13 mai 2015 au Burundi ou de la Révolution de Couleur …

Depuis Bujumbura, ce jeudi  28 juillet 2016,  le correspondant d’AGnews ( Africa Generation News), basée à New-York-Bruxelles et à Bujumbura, comme cela depuis déjà 2005, vous propose quelques extraits de son bilan – Burundi : Un an par le trou de la serrure – , reprenant une analyse se basant sur les actions plurisectorielles ( relatées par l’État,  les citoyens burundais, les média publiques-privés, les associations burundaises ou autres, et les ONGS ) qui se sont déroulées au Burundi ( ou à l’étranger concernant le Burundi )  pour la période de janvier 2015 à  décembre 2015.

Les acteurs de la sociéte burundaise en 2015 (AGNEWS) FIG.2

Les acteurs de la sociéte burundaise en 2015 (AGNEWS) FIG.2

L’année 2015 écoulée a révélé comme  3ème  acteur de la société burundaise – la Société Civile du Burundi –  ( voir FIG.2 ) [  http://burundi-agnews.org/wp-content/uploads/2016/07/bdi_burundi_societe_civile_2015.pdf   et  http://burundi-agnews.org/wp-content/uploads/2016/07/bdi_burundi_media_2015.pdf   ] . 

 

La Société Civile du Burundi en 2015 ( AGNEWS) FIG 3

La Société Civile du Burundi en 2015 ( AGNEWS) FIG 3

La Société Civile du Burundi [   http://burundi-agnews.org/wp-content/uploads/2016/07/bdi_burundi_societe_civile_2015.pdf  et  http://burundi-agnews.org/wp-content/uploads/2016/07/bdi_burundi_media_2015.pdf   ], comme le montre la FIG.3 est diverse.  Elle est composée  de : 

  • la société civile politique ( voir sur la FIG 3 – SOCIV-UPRONA  en couleur rouge  et SOCIV-AUTRES  en couleur vert );
  • la société civile internationale ( Voir couleur Jaune sur FIG.3 ) composée d’ONGs qui travaillent essentiellement dans l’Humanitaire mais aussi au niveau des Droits de l’Homme ;
  • la société civile en phase avec la politique socio-économique burundaise dont  fait parti les coopératives, les associations d’agriculteurs et d’éleveurs,  associations d’entrepreneurs  etc. ( Voir couleur bleu sur FIG.3 )
  • la société civile relatif à la société et à la culture  dont fait parti les associations de solidarité,  de femmes, mais aussi les artiste etc.     ( Voir couleur orange  sur FIG.3 )
  • la société civile  qui s’occupe de sensibiliser sur les questions de santé comme le Sida,  les contraceptions, etc.  ( Voir couleur bleu ciel  sur FIG.3 )
  • la société civile religieuse   ( Voir couleur grise sur FIG.3 )
  • la société civile de l’Extrême Droite Hima Burundaise EDHB [ http://burundi-agnews.org/Exdroite.htm ]comme  le média Netpress, l’association  AC Génocide etc  ( Voir couleur vert foncé sur FIG.3 )
  • la société civile spécialisée en matière de sécurité  ( Voir couleur gris sur FIG.3 )
  • et la société civile composée d’associations de la diaspora burundaise ( Voir couleur  vert foncé sur FIG.3 )

 

La Société Civile du Burundi en 2015 ( AGNEWS) FIG 4

La Société Civile du Burundi en 2015 ( AGNEWS) FIG 4

Comme le montre la FIG 4, lorsque l’on parle  de la Société Civile au Burundi, il n’y en a que pour  la société civile politique  – UPRONA ( SOCIV-UPRONA  voir couleur Rouge FIG. 4 ) . C’est la société civile burundaise au main de l’ancienne élite HIMA burundaise sous la période de la dictature ( grosso-modo de 1965 à 2005 ).   Pourquoi seul cette société civile politique est mise en avant au Burundi ?  1/  C’est d’abord, depuis 2005, une volonté politique des partenaires américains et européens. Les occidentaux, de par leur financement, favorisent ce déséquilibre dans la société burundaise.  2/ C’est  grâce au monopole médiatique [ Cfr. FIG.5  ou   Burundi: 2014 – L’Espace Médiatique (Espace Public) – Monopole des Bahima burundais February 27, 2015  http://burundi-agnews.org/bilan/burundi-2014-lespace-mediatique-espace-public-monopole-des-bahima-burundais/  ;     Burundi: 2012, une société civile monopolisée par les média mars 10, 2013 [ http://burundi-agnews.org/uncategorized/?p=5609 ] ,  dont bénéficie les enfants de l’ancienne dictature militaire des Bahima burundais – Micombero-Bagaza-Buyoya  ( à dominance membres de l’ex-parti unique UPRONA)  qui a régné pendant près de 40 ans au Burundi,  commettant le fameux Génocide-Régicide du Burundi contre les Barundi : http://www.burundi-agnews.org/genocide.htm  – http://burundi-agnews.org/agnews_refugees.htm –  http://burundi-agnews.org/guerre_civile_du_burundi_1993_2003.htmhttp://burundi-agnews.org/ccburundi.htm , qui a fait plus de 4,5 Millions de victimes Barundi.   Comme le montre tous ces faits, il s’agit bel et bien d’un courant GENOCIDAIRE


😥 Voici quelques articles pour mieux comprendre la société civile burundaise :


En 2015, petit résumé de la société civile burundaise …

Janvier 2015 :  La société civile UPRONA domine l’actualité avec : 1/  l’APRODH qui couvre la suite de l’affaire de l’attaque de Cibitoke et 2/ l’arrestation de Bob Rugurika (RPA) qui ne veut pas collaborer avec la justice burundaise sur l’affaire des 3 soeurs Italiennes assassinées  en 2014 à Bujumbura.

Février 2015 :  La société civile UPRONA lance la campagne anti-3ème mandat de S.E.  Président NKURUNZIZA Pierre, le très populaire Président africain du Burundi.

Mars 2015 : La société civile UPRONA fait monter la pression au niveau social en essayant de démontre que rien ne va plus … Elle écrira une lettre à l’ONU pour se plaindre de la CNTB Commission Nationale Terre et autres Biens.   Pendant ce temps , IZERE  lance une boulangerie hollandaise en plein Kamenge. Une marche pour la paix lancée par le parti CNDD-FDD  à travers tout le Burundi arrivent à rassembler plus 1 Millions de citoyens Barundi. De nombreuse organisations de la société civile burundaise y participent, sauf bien entendu  la société civile UPRONA.

Avril 2015 :  La société civile UPRONA commence sa campagne « Halte au 3ème mandat de Pierre Nkurunziza ».  Les artistes burundais lancent une chanson pour la paix.       Le ministre burundais des Relations extérieures et de la coopération internationale ont condamné les discriminations ethniques envers les Barundi (Hutu) pratiquées lors du recrutement du personnel d’appui dans certaines Organisations non gouvernementales étrangères (ONGE).

Mai 2015 :  La société civile UPRONA  lance les manifestations contre un 3ème mandat de Pierre Nkurunziza malgré une interdiction des forces de l’ordre. Ces manifestations insurrections font leurs 1ères victimes. Pourtant la Cour Constitutionnelle du Burundi le mardi 5 mai 2015 a déjà tranchée juridiquement sur la question du mandat. Il s’agit du 2ème mandat au Suffrage Universelle Directe…  Vers 14H, au 14ème jour des manifestations insurrections anti-3ème mandat Nkurunziza localisées dans 4 quartiers de Bujumbura seulement ( au Burundi, il y a 2913 collines et quartiers ), le mercredi 13 mai 2015,  la société civile UPRONA et les média privés exultent suite au Coup d’Etat militaire …    Le Général Major Godefroid Niyombare, avec le Général Cyrille Ndayirukiye …,  annonce sur les ondes des radios privés  Isanganiro, Bonesha fm et Télé Renaissance ( media de l’ancien dictateur Hima burundais  Pierre BUYOYA )  que le président Nkurunziza est destitué de ses fonctions.  De suite  M. Willy Nyamitwe, porte parole du très populaire Président africain du Burundi, S.E.  Nkurunziza Pierre,  dément via twitter et  à la radiotélévision privée Rema FM et à  la RTNB.  A 19h,  M. Edouard Nduwimana,  ministre burundais de l’intérieur,  confirme que la tentative de coup d’Etat militaire a échoué.  Dès le lundi 18 mai 2015,  La société civile UPRONA  relance timidement les manifestations insurrections contre un 3ème mandat …  Mais cette fois ci,  les manifestants se transforment en terroriste ..; C’est le début des attentats terroristes à la grenade contre des innocents citoyens et  mais aussi des assassinats ciblés de personnalités burundaises…

Juin 2015 : Une organisation burundaise de développement  ADISCO est récompensé par la Fondation Roi Baudouin en Belgique et  félicitée par l’Etat burundais. Un bon nombre d’organisations de la société civile burundaise dont  Coalition féminine pour la démocratie et le monitoring électoral au Burundi (COFEDE);  ACOPA ;  etc participent à la supervision des élections législatives et communales du 29 juin 2015.   Cette élection se  déroulera dans le calme …

Juillet 2015 :  L’ Observatoire Africain pour la Démocratie et l’Assistance en Matière Electorale (OADAME – BURUNDI)  se déclare  contente du déroulement des scrutins
du 29/6/2015.   L’artiste Buddy sort 2 nouvelles chansons  : https://myspace.com/budi.miles/music/songs   . L’Association pour la Consolidation de la Paix au Burundi (ACOPA) sort son rapport d’observation de l’élection Présidentielle 2015 du mardi 21 Juillet 2015. L élection présidentielle 2015 s’est bien déroulé dans le calme.  ACOPA, avec ses 300 observateurs dans 14 provinces sur 18 que compte le Burundi, confirme la crédibilité de ce scrutin et des résultats, comme les nombreux autres organisations d’observateur.

Août 2015 :  Le metteur en scène burundais Maître Yves Ntirenganya sort son 1er film Kung FU en Kirundi : UMUTWE w’INKUBA ( The head of thunderbolt ).  L’ organisation de jeunes burundais NEW GENERATION organise un atelier sur la non violence et prime 3 jeunes entrepreneurs burundais pour leur business plan …

Septembre 2015 :  PARJE [ Parc des Jeunes Entrepreneurs ]  remet à 23 jeunes leurs certificats en entrepreneuriat.  L’APC PARLE se lance dans la formation à  l’Education sexuelle des adolescents et des jeunes  de 38 710 jeunes burundais provenant de 45 communes burundaises.  Le procureur général de la République, Valentin Bagorikunda a livre à  la presse  le rapport d’ enquêtes   judiciaires   ouvertes   à   la   suite   du déclenchement   du   mouvement   insurrectionnel.  De nombreuses associations de la société civile UPRONA  sont impliqués.  Enfuis à l’étranger,  leurs leaders sont frappés  par un mandat international …

Octobre et novembre 2015 :  Le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) se dit “extrêmement préoccupé par la violence qui sévit au Burundi et par les conséquences humanitaires de celle-ci   et  Médecins Sans Frontière qualifie la situation à Bujumbura de similaire à une guérilla urbaine.  Le Burundi est frappé par des actes terroristes et des assassinats ciblés de personnalités publiques.  Cette violence est localisé seulement dans 4 quartiers de Bujumbura.  Depuis RADIO CANADA,  Mme
Marguerite Barankitse, dit Maggy,  de la Maison Shalom,  insulte en direct le très populaire Président africain du Burundi, S.E. Nkurunziza Pierre…

Décembre 2015 :  Le Procureur général de la République Valentin Bagorikunda  suspend tout retrait sur les comptes de quatre organisations de la société civile UPRONA : STEB,  ITEKA, RPA (Radio Publique Africaine) et l’AREDDHO.


 🙄 A travers ce petit résumé de 2015 concernant la société civile burundaise, on retiendra que la société civile UPRONA (ou Hima burundaise ) a été le fer de lance de la tentative de Coup d’état militaire du mercredi 13 mai 2015 au Burundi ou de la Révolution de Couleur de 2015 au Burundi.  Cette société civile UPRONA a organisé -la fameuse manifestation anti-3ème mandat Nkurunziza – bien qu’interdite, qui a conduit au 14ème jour au Coup d’Etat militaire.  Par la suite, elle n’a pas accompagné  le scrutin démocratique de 2015. Au contraire, elle a  favorisé le terrorisme [ http://burundi-agnews.org/securite/burundi-2-attaques-terroristes-sindumuja-a-la-grenade-a-bujumbura-1-citoyen-mort-et-7-blesses/ ] et les assassinats ciblés,  coordonnés depuis l’étranger  à partir des réseaux sociaux – twitter / Facebook / Whatsapp.


La Société Civile du Burundi en 2015 ( AGNEWS) FIG 5

La Société Civile du Burundi en 2015 ( AGNEWS) FIG 5

 

Comme  le démontre la FIG.5,  les enfants de la dictature Hima burundaise  dominaient encore en 2015  les média  au Burundi ( le fameux 4ème pouvoir ) et ils décidaient  quelles sont les associations de la société civile  qui ont droit de visibilité. Ce sont ces associations qui se retrouvent en couleur rouge sur la FIG.5, que nous appelons SOCIV-UPRONA.  Ce sont ces associations qui sont connus à l’extérieur du Burundi  et qui bénéficient de la majorité des subventions étrangères ( coopération multilatérale ).     En conclusion, au Burundi, la lumière des média est  mise sur  les associations SOCIV-UPRONA qui donnent une fausse image générale   de la société civile au Burundi.

La société civile du Burundi en 2015 ( FIG. 1)

La société civile du Burundi en 2015 ( FIG. 1)

Ce monopole médiatique et ce hold up de l’image de la société civile burundaise  est  dommageable pour le Burundi, car depuis 2005, l’Etat du Burundi ( majoritairement du parti politique CNDD-FDD ) s’est lancé dans une politique de  modernisation de tout son tissu socio-économique [ http://burundi-agnews.org/philosophie.htm ], et en2015,  par exemple,  il y a de nombreuses réalisations socio-économiques  ( Burundi : 2015 – 98% des TDC ont été réalisés en incluant une autorité publique June 16, 2016 [ http://burundi-agnews.org/bilan/burundi-2015-98-des-tdc-ont-ete-realises-en-incluant-une-autorite-publique/ ]  ou   Burundi : 2015 – Inaugurations d’œuvres économiques, scolaires, civiles,sanitaires, et publiques July 27, 2016 – [ http://burundi-agnews.org/bilan/burundi-2015-inaugurations-doeuvres-economiques-scolaires-civilessanitaires-et-publiques/ ] etc.).  Mais, malheureusement  pour l’Etat ( 1ère acteur de la société burundaise ), il ne contrôle pas ce 4ème pouvoir – les MEDIA –  et sa société civile qui est resté au main de l’élite HIMA burundaise proche de l’UPRONA, ex-parti unique.   Si l’ETAT disposait d’un monopole médiatique ou d’un rapport de force plus équilibré au niveau de l’image, il pourrait mettre la lumière  sur la Société Civile burundaise dans sa diversité comme le montre la FIG.5


:roll:   L’Etat du Burundi comme 1er Acteur de la société burundaise  a réalisé en 2015 :

 


(*) Pour bien comprendre la population burundaise : http://burundi-agnews.org/histoire_du_burundi.htm

DAM, NY, AGNEWS, le lundi 1 août 2016

Facebook Comments