Burundi : 2014 – Une Présidence populaire mais coûteuse et à réformer

Share Button

bdi_burundi_agnews_bilan2014_presidence002Depuis Bujumbura, ce vendredi 30 janvier 2015,  le correspondant d’AGnews ( Africa Generation News), basée à New-York-Bruxelles et à Bujumbura, comme cela depuis déjà 2005, vous propose quelques extraits de son bilan – Burundi : Un an par le trou de la serrure – , reprenant une analyse se basant sur les actions plurisectorielles ( relatées par l’Etat, les citoyens burundais, les média publiques-privés, les associations burundaises ou autres, et les ONGS ) qui se sont déroulées au Burundi ( ou à l’étranger concernant le Burundi )  pour la période de janvier 2014 à  décembre 2014.

L’année 2014 écoulée a révélé comme 1er acteur de la société burundaise – l’Etat du Burundi –.   C’est à dire que les actions de l’État burundais ont contribué grandement à l’ambiance générale du Burundi d’aujourd’hui qui est celle d’un pays qui donne du rêve à ses jeunes …

Au niveau de l’exécutif, comme vue précédemment le gouvernement en 2014 s’est attelé principalement à améliorer sa gouvernance ainsi près de 60% des Ministères au Burundi ont été  bien administrés. De plus, le Ministère de l’Intérieur s’est distingué à la gestion de plus de 2500 associations qui représentent la société civile plurielle burundaise et 43 organisations politiques ( http://burundi-agnews.org/bdi_burundi_liste_des_partis_politiques_en_2009.html ) .

Le chef de l’Exécutif burundais, dont le gouvernement, c’est le Président. Qu’a fait la Présidence du Burundi en 2014 [ http://www.presidence.gov.bi  ou  https://www.facebook.com/PresidenceBurundi ] ?

 

 

FIG.1 - La Présidence du Burundi

FIG.1 – La Présidence du Burundi

L’institution de la Présidence au Burundi [ http://burundi-agnews.org/bdi_presidence_2014.html ] comprend : la présidence ; la 1er vice-Présidence ( gestion des ministères s’occupant de l’administration ) ; et la 2ème vice-Présidence ( gestion des ministères s’occupant du socio-économique ).

En 2014, on remarque que le Président du Burundi a été plus sollicité que le 1er vice président et le 2ème vice président ( voir FIG.1 ).

FIG.2 - La Présidence du Burundi

FIG.2 – La Présidence du Burundi

L’institution de la Présidence [ http://burundi-agnews.org/bdi_presidence_2014.html ], comme le montre la FIG.2, s’est occupé  en 2014 : – à plus de 25 % de questions d’ordre politique interne ( signatures de décrets ; entretiens avec les natifs d’une province pour leur expliquer les politiques en cours au niveau national, leur incidence dans leur localité et demander leur participation ; présider les Conseils des Ministres; réunions avec les gouverneurs ; audiences avec divers acteurs ; préparer les Messages à la Nation ; etc. ) ; – plus de 20 % de diplomatie ; plus de 20 % de coordination du Conseil des Ministres ; plus de 10 % de Travaux de Développement Communautaire (TDC) ; près de 10 % de gestion des questions sécuritaires nationales  ( coordination des acteurs au service de la sécurité nationale ); etc. La FIG.2 donne un aperçu de ce qu’est la fonction de la Présidence au Burundi. C’est à dire que l’État emploie 3 personnes ( Président, 1er vice Président et 2ème vice Président ) pour remplir ces fonctions ci-haut présenter.  On remarque l’importance qu’a pris cette institution, depuis 2006, à l’égard de sa proximité avec les citoyens Burundais, notamment avec les TDC. Il s’agit là de la marque de fabrique du très populaire président africain du Burundi : S.E. Nkurunziza Pierre.

Après environ 10 ans de fonctionnement institutionnel inspiré des Accord d’Arusha de 2000, de plus en plus de voix pensent qu’il faudrait réformer l’institution de la Présidence. Car, cette institution est budgétivore pour ce qu’elle accomplit. Aujourd’hui, l’État du Burundi dispose de 60 % des Ministères qui sont plus ou moins biens administrés. Pour améliorer ces chiffres, l’idée serait de garder un président et créer la fonction de premier ministre [ http://burundi-agnews.org/bdi-constitution-burundi-projet-revision-oct2013.pdf ], qui lui aurait pour charge première de s’occuper exclusivement de la coordination de tous les ministères du pays.

DAM, NY, AGNEWS, le vendredi 30 janvier 2015

Facebook Comments