[2007] Burundi – sécurité : 2007, une année assez bonne en termes sécuritaire au Burundi (VII)

Share Button
DAM, AGNEWS, NY,  14/2/2008
FIG. 1 :  La sécurité et le socio-économique  au Burundi  en  2007  (par thèmatiques) ( sources : AGNEWS )
La question sécuritaire en 2007  est relativement importante face au défi socio-économique que le gouvernement NKURUNZIZA tente d'entreprendre.  Les mois de  juin, août, septembre et novembre  2007  ont été relativement agités au Burundi, soit 4 mois sur 12.
FIG. 2 :  La sécurité au Burundi  en  2007 ( sources : AGNEWS )
En 2007,  la situation sécuritaire au Burundi a été  bonne  dans sa globalité.  Le premier trimestre 2007 était  plus ou moins satisfaisant.  Les  trimestres restant  ont été relativement  bons, avec tout de même en fin d'année 2007  des incidents  "ciblés"  (violences visant les étrangers  et leurs biens au Burundi ).
FIG. 3 :  La sécurité au Burundi  en  2007 ( sources : AGNEWS )
D'où  une année 2007 qui aura été  plus "bonne"  que "satisfaisante" en matière de sécurité.
FIG. 4 :  La sécurité au Burundi  en  2007  (par thèmatiques) ( sources : AGNEWS )
Le banditisme demeure la préoccupation première au niveau sécuritaire au Burundi.  Le gouvernement NKURUNZIZA dont  les Ministères de l'intérieurs, de la sécurité publique, avec leurs corps de Police, d'année en année, sont de plus en plus présents sur le territoire national. La Police burundaise, malgré les torts reprochés, devient de plus en plus performante.   Le travail  de la police burundaise devient de plus en plus important, preuve que le Burundi  n'est plus un état en guerre  mais bien une nation en période post-conflit.
FIG. 5 :  La sécurité au Burundi  en  2007  (par thèmatiques) ( sources : AGNEWS )
L'armée burundaise FDN est  restée  mobilisée aux frontières  BURUNDO-RWANDAISE, et  BURUNDO-CONGOLAISE, à cause des mouvements armées  fortement  présente dans notre  Région des Grands Lacs ( Les forces de NKUNDABATWARE et des  Ex-FAR).  Quand à la question du PALIPEHUTU/FNL  d'un point de vue sécuritaire, elle reste très négligeable. Elle est comparable à la problématique de "démobilisation" ou "de désarmement", ou encore à plus grande mesure à la question "des réfugiés".
Globalement l'insécurité en 2007  est due, au delà du banditisme élevé, au conflit régnant  (une sorte de guerre de l'ombre) entre les officiers militaires  appartenant aux  anciens  services de renseignements burundais sous la Dictature et la nouvelle équipe adjuvante du système démocratique en cours.  L' "Affaire des assassinats de MUYINGA" permet de mieux appréhender ce contentieux.     Mieux,  cet affaire fait découvrir les réseaux tentaculaires des anciens services de renseignement burundais passant  par les médias (BONESHA, ISANGANIRO …) aux organisations des Droits de l'Homme ( comme l'APRODH,   ITEKA ou  LDGL ).   Le même "modus operandi", la  même méthode de procéder qu'avec l'"Affaire ITABA" …  Souvenez -vous  du 9  Septembre 2002 à ITABA (GITEGA) où les Forces Armées Burundaises (FAB) avaient massacrés 500 civiles.  Les média et la Ligue ITEKA avaient rendu des propos favorables aux FAB (tout comme pour la politique des Camps de Regroupement en 1996).  ITEKA  chargera la rébellion CNDD-FDD(aujourd'hui au pouvoir) d'être en parti  responsable du massacre…
Avec  l'Affaire du putsch ratée de l'été 2006,   les membres des ex-services de renseignement burundais semblent avoir été renforcés par  le soutien ferme de pays voisin(s).  Malgré que la stratégie autour  l'arrestation de l'Hon. HUSSEIN Radjabu n'aurait pas suffit  à  détendre cet atmosphère …
Déjà deux ans et demi  de démocratie, le Burundi sort de 40 ans de Dictature, basée sur une criminalisation socio-économique aiguë, responsable  de plus de 2 Millions et demi de victimes parmi la population.
Facebook Comments