Burundi: Pas de soldats FDN burundais en RDC Congo

Share Button
le Colonel Gaspard BARATUZA, porte-parole de la Force de Défense Nationale FDN

le Colonel Gaspard BARATUZA, porte-parole de la Force de Défense Nationale FDN

Depuis Kirundo, ce mardi  24 juin 2014, le Porte parole de l’armée burundaise le Colonel Gaspard Baratuza a informé, de manière ferme,  qu’il n’y aucun soldat burundais  FDN  sur le sol de la République démocratique du Congo RDC, contrairement aux dires d’une radio privée congolaise radiookapi.net , financée par la MONUSCO notamment.
“Les soldats burundais veuillent à la sécurité sur toutes les frontières y compris celles sur la RDC sans directement franchir le sol du pays voisin”,  affirme  le colonel Baratuza. La RDC Congo est un pays souverain et indépendant.
Un journaliste de Radiookapi.net, sans mentionner sa source,  affirme qu’ “Environ 500 familles ont fui les localités de Mwaba et Ruzia, à 15 km de la cité de Sangé (Sud-Kivu) à la suite de l’accrochage survenu, dimanche 22 juin, entre l’armée burundaise et les rebelles du Front national pour la libération du Burundi (FNL)….
Si ce journaliste de “radiookapi.net” ( qui n’a par ailleurs pas mis son nom  ni ses abréviations sur cet article ) dispose de preuves notamment les matricules des soldats burundais impliqués en RDC Congo. Il faut qu’il les fournisse.  Ce qui est incompréhensible, dans cet article du journaliste de Radiookapi, c’est qu’on ne cite pas  une source identifiable des  Forces Armées de la République Démocratique du Congo  (FARDC ) ou des soldats de la paix de la Monusco qui  puisse confirmer ces affirmations.  Ce n’est pas la première fois que cette Radio privée raconte ce type d’information sans relater ses sources …  Selon des sources proches du ministère des affaires étrangères burundaise,  le Burundi compte intenter un procès en justice en RDC Congo  contre le journaliste de “radiookapi.net” qui affirme cette présence des FDN burundais en RDC Congo  via l’ambassadeur du Burundi en RDC Congo.
Depuis quelques semaines au Burundi,  M. Pierre Claver Mbonimpa, président de l’APRODH ( organisation proche des enfants de l’élite de l’ancienne dictature militaire des Bahima burundais  Micombero, Bagaza, et Buyoya )  est emprisonné pour avoir lancé une rumeur, via des radio privés burundaises ( proche de l’opposition),  d’ “une présence  militaire burundaise en RDC Congo”. Apparemment le tamtam  semble avoir réussi à traverser la frontière du Burundi vers la RDC Congo.  La justice burundaise avait demandé à M. Pierre Claver Mbonimpa,  de fournir les preuves de ses allégations. Ce qu’il n’a pas réussi à faire.  Dans l’entourage du gouvernement burundais, on  soupçonne  le BNUB ( Bureau des Nations Unis au Burundi)  via certains fonctionnaires de la MONUSCO de tenter de créer “des preuves” pour sortir  M.  Pierre Claver Mbonimpa de prison via cette radio privée congolaise “Radiookapi”.   M. Pierre Claver Mbonimpa  semble être la taupe qui aurait donné des informations alarmistes au BNUB  en avril dernier, repris dans un document confidentiel du BNUB  daté du 3 avril adressé aux départements des affaires politiques et du maintien de la paix de l’ONU, ainsi qu’aux envoyés spéciaux pour la région des Grands Lacs des Nations unies et des Etats-Unis.  Ce document  faisait allusion de « l’armement et de l’entraînement de la jeunesse du parti au pouvoir, Imbonerakure ».  Jusqu’aujourd’hui, le BNUB n’a toujours pas pu fournir la moindre preuve de ses accusations graves.  Fin décembre de cette année 2014, le  Bureau des Nations Unis au Burundi BNUB fermera ses portes définitivement du Burundi.

DAM, NY, AGNEWS, le 25 juin 2014.

Facebook Comments