Burundi : Media - La multinationale chinoise STARTIMES donne 300 Télévisions ( Photo : Nyabenda Albert 2018 )

Burundi : Media – La multinationale chinoise STARTIMES donne 300 Télévisions

Burundi : Media - La multinationale chinoise STARTIMES donne 300 Télévisions ( Photo : Nyabenda Albert 2018 )

Burundi : Media – La multinationale chinoise STARTIMES donne 300 Télévisions ( Photo : Nyabenda Albert 2018 )

GLOBALISATION, TECHNOLOGIE, MEDIA, ECONOMIE – La multinationale chinoise des médias, STARTIMES, va distribuer 300 Télévisions à 300 collines burundaises.

Burundi : Media - La multinationale chinoise STARTIMES donne 300 Télévisions ( Photo : Nyabenda Albert 2018 )

Burundi : Media – La multinationale chinoise STARTIMES donne 300 Télévisions ( Photo : Nyabenda Albert 2018 )

Bujumbura, lundi 12 mars 2018 – Dans le cadre de la coopération entre la Chine et le Burundi, la multinationale chinoise des médias, STARTIMES, a annoncé, lors d’une réunion technique autour du projet chinois d’accès à la TV satellitaire pour 10.000 villages Africains, à laquelle participaient M. Bankumukunzi Nestor, Ministre burundais des Postes, des Technologies de l’Information et de la Communication et des Médias, et l’Amb. Li Changlin , Ambassadeur de la Chine au Burundi, que 300 postes téléviseurs satellitaires allaient être distribués dans 300 collines burundaises ( villages ), afin d’aider à vulgariser la télévision dans les milieux ruraux et les coins les plus reculés, en touchant les ménages les moins nantis, leur permettant ainsi d’accéder à l’information et aux programmes de la télévision nationale et internationale.

Burundi : Media - La multinationale chinoise STARTIMES donne 300 Télévisions ( Photo : Nyabenda Albert 2018 )

Burundi : Media – La multinationale chinoise STARTIMES donne 300 Télévisions ( Photo : Nyabenda Albert 2018 )

Pour être pratique, le ministre Bankumukunzi a expliqué que, chaque commune sur les 118 que comptent le Burundi, aura entre 2 et 3 postes téléviseurs à installer sur différents endroits cibles où sont agglomérés plusieurs ménages.

Burundi : Media – La multinationale chinoise STARTIMES donne 300 Télévisions ( Photo : LE RENOUVEAU 2018 )

Au Burundi, après l’indépendance en 1962, les HIMA ( LES GENS DU DESORDRE CHEZ LES BARUNDI – http://burundi-agnews.org/afrique/burundi-2017-la-france-et-son-reseau-media-1ere-force-du-desordre-hima/  ), aidés par la France et les USA, ont commis un GENOCIDE REGICIDE : http://burundi-agnews.org/genocide.htm , avec plus de 4,5 Millions de victimes Barundi, qui a eu pour conséquences : 1/ la fin du Royaume millénaire des Barundi entre 1965-1966 : FIN DE L’ORDRE INSTITUTIONNELLE DES BARUNDI ou FIN DU SYSTEME INSTITUTIONNEL ET SOCIALE DES BARUNDI ; et 2/ la fin des CORPORATIONS DE GESTIONNAIRES BARUNDI- TUTSI et DES PRODUCTEURS BARUNDI – HUTU entre 1962 et 1972 : Tous les membres de ces corporations ont été assassinés (*).

La SOCIETE des BARUNDI ( Photo : AGNEWS 2017 )

La SOCIETE des BARUNDI ( Photo : AGNEWS 2017 )

Depuis 2005, fin de la guerre civile burundaise ( 1993 – 2003 ) [ http://burundi-agnews.org/guerre_civile_du_burundi_1993_2003.htm ], opposant les Barundi aux HIMA Barundi associés à leurs alliées occidentaux ( FRANCE, USA, BELGIQUE ), l’Etat du Burundi ( INGOMA Y’UBURUNDI) tente de remettre en place son système institutionnel harmonieux d’organisation sociale traditionnelle. Dans la Tradition, le CHEF D’ETAT ( UMWAMI ) [ http://burundi-agnews.org/bilan/burundi-2017-umwami-y-ingoma-yuburundi-sest-attele-a-leconomie/ ]cherche, en tendant vers l’ORDRE D’IMANA ( Le créateur de l’Univers ), à installer l’EQUILIBRE, en reposant ses actions sur la VERITE, la JUSTICE et l’HARMONIE, avec ses producteurs (HUTU), ses gestionnaires (TUTSI) et ses régulateurs ( Savants-chercheurs BAPFUMU et Scientifiques TWA ou BATWA ), face au DESORDRE qu’instaure les HIMA .

L' ORGANISATION des BARUNDI ( Photo : AGNEWS 2017 )

L’ ORGANISATION des BARUNDI ( Photo : AGNEWS 2017 )

Les autorités Barundi espèrent que ces 300 postes de télévision aideront à renforcer cette dynamique de mise en place d’institutions traditionnelles fortes au Burundi.

(*) La plupart des membres de la CORPORATION DES REGULATEURS BARUNDI – BAPFUMU ET BATWA – avaient déjà disparu sous la Colonisation, une grande partie à cause du système éducatif mise en place par les Colons et de l’instauration forcée du Christianisme au Burundi.

DAM, NY, AGNEWS, http://burundi-agnews.org, le mercredi 20 mars 2018

Facebook Comments