Burundi : Le Forum Panafricain de la Jeunesse à Bujumbura du 21 au 25/08/2017 ( Photo : AJAP 2017 )

Burundi : Le Forum Panafricain de la Jeunesse du 21 au 25/08/2017

Share Button
Burundi : Le Forum Panafricain de la Jeunesse à Bujumbura du 21 au 25/08/2017 ( Photo : AJAP 2017 )

Burundi : Le Forum Panafricain de la Jeunesse à Bujumbura du 21 au 25/08/2017 ( Photo : AJAP 2017 )

SOCIETE, JEUNESSE – Lancement du Forum Panafricain de la Jeunesse à Bujumbura, qui aura lieu du lundi 21 août 2017 au vendredi 25 août 2017

Burundi : Le Forum Panafricain de la Jeunesse à Bujumbura du 21 au 25/08/2017 ( Photo : AJAP 2017 )

Burundi : Le Forum Panafricain de la Jeunesse à Bujumbura du 21 au 25/08/2017 ( Photo : AJAP 2017 )

A Bujumbura, ce lundi 21 août 2017, M. Hitimana Jean-Bosco, ministre burundais de la Jeunesse, a lancé le début du Forum Panafricain de la Jeunesse organisé par l’Association pour une jeunesse africaine progressiste (AJAP), aux côtés de M. Nsengimana Eric, président et représentant en Afrique de l’AJAP. Ce forum, qui aura lieu du lundi 21 août 2017 au vendredi 25 août 2017, rassemblant quelque 350 jeunes Africains, va se concentrer sur l’opportunité donné aux jeunes africains de débattre de : la paix, la participation dans les organes de décision, le système éducatif et le marché d’emploi, le genre et le développement économique, la santé sexuelle et reproductive et bien d’autres.

Burundi : Le Forum Panafricain de la Jeunesse à Bujumbura du 21 au 25/08/2017 ( Photo : AJAP 2017 )

Burundi : Le Forum Panafricain de la Jeunesse à Bujumbura du 21 au 25/08/2017 ( Photo : AJAP 2017 )

Au Burundi , l’Etat a mis en place pour les jeunes : 1/ un Programme National de Volontariat des Jeunes pour initier des Jeunes au don de soi, à la solidarité et à la fraternité ; et 2/ une agence burundaise pour l’emploi des jeunes (ABEJ) dans le souci de réduire le chômage chez les jeunes.
Mais le débat fondamental qui va se poser pour ces jeunes africains lors de ce forum sera de savoir si les politiques mise en place actuellement en Afrique pour la jeunesse sont appropriées. L’Afrique est Jeune car à près de 70% la population y est jeune. Comme on le voit fréquemment, la jeunesse africaine est de plus en plus la cible des occidentaux qui souhaitent l’utiliser dans leur stratégie géopolitique de combat contre l’Afrique, notamment pour créer des troubles ( cfr. Révolution de Couleur, en utilisant la technologie les Radio ou Media , Watsapp, Twitter, Facebook, … ).
De manière transversale, le problème de l’Afrique est qu’elle a perdu un peu la boussole avec l’Esclavage et la Colonisation, de 1490 à 1962.
L’enjeu de l’Afrique est de retrouver sa Penséé, sa Philosophie. L’Africain, comme les Barundi, croit au créateur de l’Univers, soit à IMANA ( traduit par DIEU ). Pour prouver sa croyance et son Amour en IMANA, l’Africain se doit de connaître sa création : L’Univers. Ainsi l’UNIVERSIME [1] est la philosophie de l’Africain. Pour ce Forum des Jeunes, le message premier doit être de retrouver les Humanités Classiques Africaines [2] permettant au Peuple africain, à la jeunesse africaine de retrouver ses repères. Les repères occidentales commencent avec la GRECE et ROME ( vers 500 avant notre ère  ) . Ceux de l’Afrique, commence avec l’HOMO SAPIENS SAPIENS soit 312.000 avant notre ère.

Burundi : Le Forum Panafricain de la Jeunesse à Bujumbura du 21 au 25/08/2017 ( Photo : AJAP 2017 )

Burundi : Le Forum Panafricain de la Jeunesse à Bujumbura du 21 au 25/08/2017 ( Photo : ABP 2017 )

Par exemples :

A/ Concernant la DEMOCRATIE et les INSTITUTIONS POLITIQUES : En Afrique, et au Burundi en particulier, depuis 3.200 avant notre ère, on maîtrisait la mise en place de ROYAUMES, c’est à dire la science des institutions ROYALES… Le Burundi est un vieux Royaume millénaire africain -INGOMA Y’UBURUNDI – (le TAMBOUR des BARUNDI soit le ROYAUME DES BARUNDI ) [ http://burundi-agnews.org/histoire_du_burundi.htm ] qui a toujours eu des institutions stables pendant des millénaires, avec une complexité organisationnelle qui,autrefois, était réputée dans cette région africaine, à la SOURCE DU NIL. Le secret était, que, simplement le fonctionnement des institutions de l’État s’inspirait des LOIS DE L’UNIVERS, dont ceux de la NATURE. Pour mettre en place les CONSTITUTIONS AFRICAINES d’autrefois, ce sont les chefs des CLANS MAJORITAIRES en AFRIQUE sur un ESPACE DONNE qui se m’étaient autour d’un même table ( un même BAOBAB ) et qui se mettaient d’accord sur leur alliance.
Au Burundi, la dernière dynastie des BAGANWA ( 1410 à 1965-66 ) avait assis autour d’une même table pour leur alliance des [3] BAHANZA, des BAJIJI, et des BASHUBI : les 3 clans les plus nombreux du Burundi ( même actuellement ). Le Royaume des BARUNDI -INGOMA Y’UBURUNDI – était millénaire, dont STABLE, grâce à cette formule politico-institutionnelle. NTARE RUTSHATSI ( un MUHANZA ), 1er MWAMI (ROI) de la DYNASTIE DES BAGANWA, avait été formé à la fonction de MWAMI (ROI) par le MWAMI des BASHUBI qui s’appelait FUMBIJE. Puis, NTARE RUTSHATSI ( du clan des BAHANZA ) sera initié et déclaré MWAMI par le MUJIJI ( du clan des BAJIJI ): SHAKA ( fils de BAKEBA), assisté par son fils MITIMIGAMBA (du clan des BAJIJI) .

Comme notre UNIVERS ( et la NATURE) est complexe, les institutions des BARUNDI étaient aussi complexes. Ainsi par exemple, autrefois, lors de la fête de l’UMUGANIRO des Barundi ( fête de la Semaille , qui était la fête nationale par excellence, permettant de faire un bilan politique annuel de la société burundaise), le MWAMI invisible [4] ( le Roi Invisible ) apparaissait aux Barundi et décidait si oui ou non le MWAMI visible pouvait avoir encore une année de règne ou pas … Les BAMI (ROIS) visibles étaient des BAHANZA et les BAMI invisibles,apparaissant par exemple aux MUGANURO ( anciennes fêtes nationales liées au rituel des semailles du sorgho ),des BAJIJI.

Burundi : Le Forum Panafricain de la Jeunesse à Bujumbura du 21 au 25/08/2017 ( Photo : AJAP 2017 )

Burundi : Le Forum Panafricain de la Jeunesse à Bujumbura du 21 au 25/08/2017 ( Photo : ABP 2017 )

B/ Concernant la structure socio-économique et les jobs des JEUNES en Afrique : Il n’y avait pas de chômage autrefois. L’Africain est communautaire et non individuel. Au Burundi par exemple, autrefois, lorsque l’on était jeune chez les Barundi, comme chez d’autres peuples Africains de manière générale, entre 14 et 21 ans, ont été dirigés vers 4 corporations socio-économiques. Ces CORPORATIONS étaient à la fois – l’ECOLE d’aujourd’hui- mais aussi – l’EMPLOI ou le METIER – . Voici ces 4 corporations : 1/ HUTU : reprenant tous les métiers qui produisent pour le ROYAUME, soit une CORPORATION DE PRODUCTION ( agriculteurs, éleveurs, commerçants, pécheurs, et artisans) ; 2/ TUTSI : regroupant les professions de CONFIANCE [5] liées au ROYAUME, une CORPORATION essentiellement DE GESTION ( guerriers, prêtres, médecins, savants, notables [ – comptable, conseiller du ROI, etc ] , grosso-modo la classe des FONCTIONNAIRES de l’ETAT actuel ; 3/ TWA : regroupant les spécialistes de la FORÊT, de la NATURE et du TEMPS ( une branche des scientifiques ), une CORPORATION de SCIENCE ( la Nature, l’Univers ) ; et 4/ une corporation de l’ETAT ( chez les BARUNDI, du MWAMI – le Roi ), elle était particulière. Dans cette corporation on s’occupait de l’éducation de la famille Royale dont les BAGANWA, les princes et les enfants des ROIS. On y codifiait les règles royales ( Code ésothérique ou la fameuse alliance ) et on veillait à ce qu’elles soient respectées. Par exemple, pour la DYNASTIE DES BAGANWA, avec le Cycle royal en 4 temps : NTARE, MWEZI, MUTAGA, MWAMBUTSA, à la fin du CYCLE, les membres BAGANWA de ce cycle terminé entraient dans la CORPORATION TUTSI.

 

Les jeunes Barundi de cet âge rentraient, selon leur choix mais dépendant aussi de leur clan ( Imiryango ), dans une de ces 4 corporations où ils étaient initiés, éduqués et formés à un métier ( à un Savoir ). Ainsi à la fin de cette étape, que l’on appelle aujourd’hui l’adolescence, après 21 ans, ces jeunes Barundi avaient un métier et vivaient de ce métier ou de ce savoir. Ces Barundi étaient devenus HUTU, TUTSI, TWA, ou prêt à devenir MWAMI (MUGANWA, etc. ). Il n’y avait pas de chômages ou de chômages des jeunes au Royaume du Burundi appelé – Ingoma y’Uburundi –
Ce qu’il faut retenir des enfants issus d’un même clan IMIRYANGO pouvaient se retrouver dans ces 4 corporations. Il était aussi possible ( selon des conditions ) pour un HUTU de devenir TUTSI, TWA ou pour un TUTSI de devenir HUTU,ou TWA… Le système était flexible.

Burundi : Le Forum Panafricain de la Jeunesse à Bujumbura du 21 au 25/08/2017 ( Photo : AJAP 2017 )

Burundi : Le Forum Panafricain de la Jeunesse à Bujumbura du 21 au 25/08/2017 ( Photo : AJAP 2017 )

Le Burundi est vieux Royaume millénaire africain – Ingoma y’Uburundi – : – 1/ qui a donné jadis une Dynastie en Egypte ( celle des Anous “Abantou” – la Dynastie des Nagada – 9.000 à 3.200 avant notre ère ); – 2/ qui a géré l’Empire Mwene Mwezi ( Burundi, Rwanda, Ouganda, Sud Soudan, Tanzanie, Kenya, Malawi, et le nord de Mozambique ) entre le 14ème et le 15ème siècle de notre ère ; – et 3/ qui était le plus grand Etat au 17ème siècle dans la Région des Grands Lacs africain.
Le vieux Royaume -Ingoma y’Uburundi – s’est mis en pause pour 40 ans en 1965-1966 lorsque la France a décidé de mettre en place -le Régime Hima burundais ( Micombero, Bagaza, et Buyoya )-. Depuis 2005, les Barundi ont repris leur destin en main dans cette Région de l’Afrique et du Monde.

Burundi : Le Forum Panafricain de la Jeunesse à Bujumbura du 21 au 25/08/2017 ( Photo : AJAP 2017 )

Burundi : Le Forum Panafricain de la Jeunesse à Bujumbura du 21 au 25/08/2017 ( Photo : AJAP 2017 )

Notes :

[1] Mbog Bassong, La Philosophie Africaine.
[2] OMUTUNDE, les Humanités Classiques Africaines.
[3] Les Barundi sont représentés par plus de 200 clans, majoritairement des sous clans des 3 plus grands clans que sont les BAHANZA, les BAJIJI, et les BASHUBI.
[4] Ce type d’institutions complexes – Roi Visible ou Invisible – , inspirées de la configuration de notre Univers , permettait aux Barundi, d’avoir un œil à la fois sur la politique nationale du Royaume – INGOMA Y’UBURUNDI -, et en même temps sur celle de l’Empire. Au 15ème siècle, les Barundi sont au contrôle de l’EMPIRE MWENE MWEZI ( BURUNDI, RWANDA, OUGANDA, SUD-SOUDAN, KENYA, TANZANIE, MALAWI et NORD DE LA MOZAMBIQUE )…
[5] Les BARUNDI n’avaient pas CONFIANCES aux HIMA, car ces derniers avaient la prétention d’instaurer leur Royaume (INGOMA YA RUHINDA ), au Burundi. Ainsi les HIMA ne pouvaient pas et ne peuvent pas être TUTSI chez les BARUNDI.

DAM, NY, AGNEWS, http://burundi-agnews.org, le mardi 22 août 2017

Facebook Comments