Burundi: La rencontre des intérets impérialistes avec le projet Hima

Share Button

Le Royaume millénaire africain du Burundi, succession de dynasties monarchiques, a pris fin en 1966.  Un des adversaires (pour ne pas dire l’ennemi, celui qui est redouté ), de  l’unité de ce Royaume millénaire africain, avait toujours été  Ruhinda. Un monarque qui, autrefois régnait, entre la fin de 14ème siècle et le début du 15ème , sur un territoire qui s’étendait  du KARAGWE ( région actuellement situé en Tanzanie )   jusqu’à NKORE  (en Ouganda).  Ruhinda était le monarque des  Bahima

Ruhinda souhaitait toujours l’expansion de son territoire. L’idée de l’Empire Hima  dans la région des Grands Lacs , ce serait lui …  Entre 1410 et 1420, Ruhinda tentera de s’installer au Burundi. Une guerre à l’usure l’ opposera lui, et ses Hommes,  au monarque des Barundi NTARE Rutshasi. Au final, ce sera la victoire des Barundi. D’un point de vue régional, le Rwanda, lui, ne sera pas épargné, face à ce projet expansionniste des Bahima.  Ruganzu II Ndoli (vers 1580) sera un descendant de Ruhinda.  Ndoli, fils de Ndahiro II Cyamatare, futur héritier du Royaume du Rwanda,  vivant au Karagwe  pour des raisons de sécurité -face aux intrigues de la Cour- avait été tué et remplacé par un enfant des  Bahinda (descendant de Ruhinda). C’est ce dernier, imposteur, portant le nom de Ndoli,fut rappelé secrètement du Karagwe  et intronisé Roi au Rwanda sous le nom de Ruganzu II Ndoli.

En novembre 1966, les Français ( ayant épousés, pour piquer aux Belges le Congo -ex-Zaïre, le Rwanda, et le Burundi, le projet de l’Empire Hima (Plan Hima) porté à la période des indépendances par  Mze Nyerere (Tanzanie)  ) mettent les Bahima au pouvoir au Burundi (Chez les Barundi). Cela se fait d’une manière très brutale…  Le dictateur Hima,  Michel Micombero, qui a été choisi par la France pour prendre en main le destin des Barundi et le pouvoir au Burundi (comme Joseph-Désiré Mobutu, préféré au Congo ex-Zaïre au même moment ),  proclame la République et met fin au Royaume millénaire des Barundi  -Ingoma Y’Uburundi-.  Les Barundi, structurellement, étant des monarchistes de par leur nature, étaient totalement désabusés d’un point de vue sociologique.

Les Anglosaxons (USA-UK-Australie), vers les années 1980, en vue de s’accaparer du trésors de l’Afrique des Grands Lacs, au détriment de la futur Union Européenne qui se mettait en place peu à peu,  avaient, eux aussi,  épousé un projet géostratégique régional vendu par le même  Président de Tanzanie Mze Nyerere : le projet de la création  de la République Unie du Kilimandjaro” ( un remix du Plan de l’Empire Hima).  Feu Mitterrand, ancien président de la France, proposera un projet démocratique à l’Afrique – dans son Discours de la Baule –  (en quelques sortes le projet Européen ). Mais c’était trop tard …  L’Afrique des Grands lacs, en vue d’instaurer la fameuse “République” issue du pacte Hima – Anglo-saxon   va connaître  pendant les années 90 :  l’assassinat du Président du Burundi  Feu  Melchior Ndadaye (fin du processus démocratique Burundais) ; la guerre civile du Burundi (1993-2003); l’assassinat du Président  Rwandais Havyarimana; le génocide rwandais de 1994 avec l’arrivée du FPR au pouvoir; le massacre parmi les millions de réfugiés Rwandais et Burundais installés au KIVU (Congo ex-Zaïre);  l’éviction du pouvoir du Président Zaïrois  Joseph-désiré Mobutu par Laurent Désiré Kabila; début de la  1er  guerre africaine  opposant les camps  Kabila (RDC Congo)- Mugabe (Zimbabwe) – Dos Santos (Angola) et   Kagame (Rwanda) – Buyoya (Burundi) – Museveni (Ouganda)

Les Barundi,  un Peuple de redoutables guerriers,  sont un des seuls peuples du monde, à avoir réussi, sans l’aide de qui que ce soit, de se défaire de leur Dictature. Le 16 novembre 2003, avec l’Accord Global de cessez le feu, les Forces Armées Burundaises (FAB) du Régime Hima du Major Pierre Buyoya, lâchées par l’Ouganda (Museveni), le Rwanda (Kagame)et détestées par la Tanzanie,  capitulent  face aux combattants intrépides Barundi du CNDD-FDD. C’était la fin de la guerre civile du Burundi.    Car, le regard des prédateurs Hima et Anglo-saxons, souhaitant l’instauration de la fameuse République,  était tourné et concentré sur la récupération, à tout prix,  de  la RDC Congo qui leur échappaient avec un front  KABILA  (Angola, Zimbabwe)  un peu trop résistant …

2005, c’était le retour de la démocratie au Burundi,  il s’agissait d’une sorte de pied de nez  au projet  de la République unis du Kilimandjaro.  Et depuis, tous les 5 ans, le Burundi organise des élections démocratiques.

DAM, NY, AGNEWS, le 20 novembre 2013

Facebook Comments